Steve Jobs, Walt Disney : pas des grands hommes, des hommes avec de grandes idées ! | le blog du storytelling le blog du storytelling

Steve Jobs, Walt Disney : pas des grands hommes, des hommes avec de grandes idées !

Que vous considériez ou pas Steve Jobs comme un génie, il descend ici du piédestal de l’homme providentiel pour nous rappeler qu’il n’y a pas de grands hommes, il n’y a que des hommes avec de grandes idées.

Cette vidéo tourne depuis quelques jours et comme beaucoup d’interviews oubliées qui ressortent opportunément, on la mettra dans la série «Steve Jobs vous parle d’outre-tombe». Datant de 1985, juste avant que Jobs ne soit viré d’Apple (au cas où certains l’ignoreraient encore, il a passé 12 ans à diriger Pixar et NeXt avant de reprendre les commandes de la Pomme et de signer le plus grand-come back industriel du tournant du millénaire), il s’agit d’une leçon de vie telle que les aiment le public américain et les consultants en storytelling :)

Image de prévisualisation YouTube

«Grandir, c’est s’entendre dire que le monde est comme il est et que vous n’avez d’autre choix que de l’accepter tel quel. Vous devez vivre votre vie sans vous faire trop remarquer, fonder une famille, prendre du bon temps, mettre un peu d’argent de côté etc. Mais ça, c’est une vie très limitée. Votre vie peut être quelque chose de bien plus grand à partir du moment où vous réaliserez une toute petite chose : c’est que tout ce qui vous entoure, tout ce qui constitue votre «existence» a été créé par des gens qui n’étaient pas meilleurs que vous. Donc, vous avez la possibilité de tout changer, d’avoir de l’influence et de créer à votre tour des choses que les autres utiliseront. Si vous réalisez ça, alors vous ne serez plus jamais le même

N’hésitez pas à regarder cette vidéo, elle peut être une véritable source d’inspiration. Comme celle, beaucoup plus connue, de son discours devant les étudiants de Stanford en 2005 et dont j’ai analysé les implications en termes de storytelling dans mon livre.

Image de prévisualisation YouTube

Le précédent Disney

Ces deux vidéos nous rappellent que tous ceux qui se sont récemment demandés si Apple avait raison de sortir un iPad mini (alors que Jobs avait expressément dit que ce ne serait pas une bonne idée) se trompent lourdement. Outre qu’il n’a jamais été à une contradiction ou à un reniement près, ce qui importe ce n’est pas tant ce «qu’aurait fait Steve ?» mais de savoir si on respecte ses leçons de vie telles qu’exprimées plus haut. Ce que vient d’ailleurs de reconnaître Tim Cook, le patron d’Apple. C’est cela l’héritage qu’il laisse à ses collaborateurs et au monde.

C’est que, siégeant au conseil d’administration de Disney à partir de 2006, Steve Jobs avait été sensibilisé à l’état de quasi mort clinique de la Maison de Mickey dans les années 70. Endeuillée par la disparition du fondateur, chaque nouvelle décision était passée au crible du «qu’aurait fait Walt ?». Selon son biographe Walter Isaacson, Jobs s’était alors promis de mieux préparer Apple à lui survivre.

Ces deux vidéos de Steve Jobs sont une source d’inspiration pour moi. Comme ces deux autres, de Walt Disney. Da ns la première qui date de 1955, il dédie Disneyland pour en faire «l’endroit le plus heureux sur Terre». Dans la seconde, enregistrée quelques semaines avant son décès en 1966, il se révèle urbaniste visionnaire quand il décrit son projet de cité du futur (qui deviendra le parc Epcot en Floride). Alors que par ailleurs, il refusait lui aussi d’être considéré comme un grand homme et attribuait son succès à ce qu’il n’était pas meilleur que son public. Les mots mêmes de Jobs.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Et vous, quels sont les textes / discours qui vous inspirent ?

The bookmarklet

Add this to your bookmarks or drag it to your bookmarks bar to quickly access shortening functions.

Shorten

This bookmarklet takes the page URL and title and opens a new tab, where you can fill out a CAPTCHA. If you have selected text before using the bookmarklet, that will be used as the keyword.

Support for bookmarklets on mobile varies. For example, they work on Chrome for Android but you have to add and sync them from your desktop.

">Twitter cet article. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser une réponse