novembre, 2011 | le blog du storytelling le blog du storytelling

Archive pour novembre 2011

Chroniques du storytelling : Disneyland Paris 250 millions d’entrées plus tard, les ratés de l’automobilité pour PSA etc.

Samedi 26 novembre 2011

> «Il était une fois» peut parfois se réinventer en «il sera une fois» lorsqu’on se projette dans une histoire qui reste à écrire (storytelling projectif). Exemple avec Audi et cette campagne pour le coup très programmatique : «l’avenir ne se prédit pas, il s’imagine».

CHINE

> RT @darkplanneur : Le Défi Chinois : Passer du « Made in China » au « Designed in China » p.ost.im/p/eBtRVJ

———-

ENTERTAINMENT

> Eddie Murphy, lucide : «J’ai arrêté de réfléchir à ma carrière il y a 80 millions de dollars.» http://www.slate.fr/story/46443/eddie-murphy-casse-central-park

> RT @Disney_ParisFR: Aujourd’hui Disneyland Paris a atteint le quart de milliard de visites depuis son ouverture ! bit.ly/vnT271

> Hong Kong Disneyland s’inspire de la stratégie de Disneyland Paris pour réduire ses pertes en ouvrant son Toy Story Playland cnngo.com/hong-kong/visi…

> Disney Characters Get Augmented in Times Square zite.to/rArYCC

Image de prévisualisation YouTube

> Principes narratifs et économie des séries TV américaines. Storytelling http://www.lenouveleconomiste.fr/tv-success-stories-12768/

———-

FORMATION

> Calendrier des formations 2012 en storytelling Stratégies/Comundi ici: http://bit.ly/uUYIGx

———–

GAMING

> Dans le GQ de déc.: comment Kinext a amélioré l’image de Microsoft auprès des hackers et open sourceurs

> Sony attendra que Microsoft annonce sa nouvelle console pour dévoiler la sienne pulse.me/s/3vF6p Pusillanimité quand tu nous tiens…

———-

GRANDE CONSO / GRANDE DISTRIB

> Après l’hommage à Jobs (avec la pomme), Oasis très tactique RT @Leslie_Leroy: Quand Benetton inspire Oasis cela donne une affiche #FunHate http://www.creads.org/blog/fausse-publicite-parodie/bennetton-inspire-oasis/

> #Carrefour et son PDG L. Olofsson, la fin de leur histoire commune? Arnault & Colony à la manoeuvre

————

HÔTELLERIE

> Wifi gratuit/payant dans la chambre: les plus mesquins sont les vieux palaces http://www.lefigaro.fr/conso/2011/11/13/05007-20111113ARTFIG00210-internet-payant-une-manne-pour-les-hotels-de-luxe.php (via @laurent_local)

———-

MÉDIAS

> Je n’avais pas remarqué le titre so storytelling de l’émission de Béatrice Schönberg : Histoires en Série http://programmes.france2.fr/histoires-en-serie/index.php?page=article&numsite=4448&id_rubrique=4454&id_article=12992

> RT @egaucher: La presse papier qui dénonce le manque de « modèle économique » des médias web a donc accumulé les dettes par millions… bit.ly/twEed1

———-

MOBILITÉ

> PSA se désengage de la location de voiture, mauvais signal pour l’automobilité lemonde.fr/economie/artic…

> Renault dément le projet de voiture à 2500€. Sans doute un espion qui aura fait croire ça à Ghosn lemonde.fr/economie/artic…

> Ryanair fait une annonce choc (films porno en cabine). C’est bidon mais les médias en parlent. Ryanair fait une autre annonce bidon mais etc.

> « Mesdames et Messieurs, ce train étant opéré par la SNCF et non par Thalys, il n’y a pas de WiFi à bord ». Fail SNCF…

———-

MODE

> Cette pub n’est pas une capture web mais une pub papier qui imite les codes du web, + vendeur désormais que le print

———-

POLITIQUE

> « Rajoy: d’un parti de Mars, il a fait un parti de Vénus » http://bit.ly/vDxPEi Typologies de storytelling (via @pprodhon)

> Totems et tabous: pourquoi les peuples adorent haïr leurs tyrans. Storytelling des monstres : http://www.lenouveleconomiste.fr/monstres-et-cie-12790/

———-

RÉSEAUX SOCIAUX

> Facebook, twitter et al. à l’époque de Madame de Sévigné. Storytelling des réseaux sociaux internetactu.net/2011/11/21/les…

> Pareil ! RT @maudbousquet : Toujours étonnée quand je vois que Copains d’Avant reste le 3e réseau social préféré des français… bit.ly/rJkuj2

———-

RETAIL

> RT @laurent_local: Le secret des Apple Stores par celui qui les gérait docnews.fr/actualites/sec…

———-

TECHNOLOGIQUES

> Réplique déjà culte: « Je peux pas prendre un Samsung, je suis un créatif »

Image de prévisualisation YouTube

> Challenges: Philips, Sony à la peine: le téléviseur (ancien modèle) se mue en prestataire de services (nouveau modèle) »

> Après les tablettes, Amazon s’apprêterait à concurrencer Apple sur le marché des smartphones : http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20111118trib000665318/le-smartphone-d-amazon-c-est-pour-bientot-.html

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter. Les tweets précédés de la mention RT sont écrits par les personnes citées : RT @nom.

Les 7 typologies du storytelling : êtes-vous plutôt du mardi ou du samedi ?

Mardi 22 novembre 2011

Les typologies du storytelling sont un cadre, pas un carcan. C'est à l'intérieur que prennent place les éléments constitutifs du storytelling (le schéma actanciel).

Après le débat aux Assises de l’intelligence stratégique de Liège, nombre d’entrepreneurs sont venus me voir pour savoir à quel jour de la semaine, parmi les 7, ils appartiennent puisqu’on peut classer les typologies narratives ainsi. Ils voulaient plus d’infos. Vous pouvez trouver une version courte de ce concept qui s’impose depuis 4 ans sur le blog Marketing Community (typologies du dimanche au mardi ici, du mercredi au samedi ).

Enfin, vous pouvez retrouver une interview vidéo réalisée pour «Darketing – l’actualité littéraire du marketing» par l’Iseg et Dark Planneur. On y parle définition du storytelling, les 7 typologies narratives (les jours de la semaine), les 7 secrets du schéma actanciel; storytelling et digital; storytelling et politique, et même de Steve Jobs.

Image de prévisualisation YouTube

———-

Évidemment, je vous renvoie  sur mon livre « Storytelling- Réenchantez votre communication » (Dunod) pour la version complète.

Retour sur les Assises de l’intelligence stratégique (avec du storytelling dedans !)

Lundi 21 novembre 2011

Les 2e Assises de l’intelligence stratégique se tenaient à Liège, en Belgique, le 17 novembre (en France, on parle généralement d’intelligence économique). L’après-midi avait lieu un débat sur le thème du «Storytelling, la machine à raconter des histoires» où intervenaient Marina Aubert (CommunicationWeb.be, @aubertm), Philippe Moreau Chevrolet (Blog Yes The Can, @moreauchevrolet) et moi (Sébastien Durand Conseil, @sebastiendurand).

Le martin, un débat sur la rumeur avait déjà permis d’identifier «ces histoires qui naissent autour de la machine à café». Pendant le nôtre, les twittos étaient nombreux dans la salle et parmi nos propos, en voici quelques-uns qui ont été live-twittés (ceux repris de mes propos sont en gras) :

———-

> @barthox :L’art de raconter des histoires au service de la stratégie de l’entreprise …

> @barthox @aubertm le storytelling « humanise » la communication de l’Entreprise?

> @barthox Storytelling = des personnages, des émotions, une trame

> @DelfosseJ Il était une fois… Les Assises de l’Intelligence Stratégique

> @barthox On associe une émotion à une information, un peu de le concept de la madeleine de Proust #storytelling

> @barthox On ne peut prendre de décision sans émotions. C’est prouve scientifiquement ..

> @IntelligenSTGiq @moreauchevrolet « On ne peut prendre aucune décision sans émotion » #storytelling

> @fredericw On ne peut prendre aucune décision sans émotion. Le cerveau fonctionne de manière narrative… surtout chez un ENTP ;)

> @AnneDiscart #storytelling Le cerveau fonctionne de manière narrative

> @barthox Toute E a une histoire ou est en train de se construire une histoire. Donc le storytelling est intéressant pour toutes!

> @AnneDiscart L’histoire est plus forte que les produits #storytelling

> @barthox « Les premiers storytellers de l’E, ce sont les employés … »

> @barthox Il y a 7 types d’histoires, donc un par jour de la semaine

> @fredericw On communique plus et de manière plus transparente. Le besoin de cohérence de l’histoire en est devenu bcp plus grand #storytelling

> @SergeFontinoy Former ses collab à pouvoir raconter l’histoire de l’E en 5 sec, 30 sec et 2 min. Bel exercice ! #storytelling

> @alainler Le storytelling touche le cœur, les chiffres touchent la raison. Les deux sont nécessaires pour poser un choix.

> @andrehuynen Un excellent livre sur le #storytelling est « Made to Stick ». Sa méthode « SUCCESS » est simple et pratique à mettre en oeuvre.

> @barthox « jour de la semaine » au sens étymologique : lundi la lune ceux qui ont besoin de reconnaissance, mercredi mercure les Num2 du marché

> @barthox @moreauchevrolet « le storytelling met enfin la stratégie de communication dans le long terme »

> @IntelligenSTGiq « La communication lisse ne fonctionne pour personne. Le grain va faire que l’on s’attache à une histoire » #storytelling

> @JCGAB Dis papa, c’est quoi le storytelling ? cyroul.com/tendances/dis-… via @@cyroultwit

> @IntelligenSTGiq « Michel-Edouard Leclerc a compris le storytelling avant tout le monde : s’est construit un personnage et a tout conquis ensuite »

> @acliegeois Rien de tel que l’AUTHENTICITE, une valeur clé qui renforce le leadership du dirigeant d’entreprise!

> @LepereC @moreauchevrolet: Steve Jobs et Edouard Leclerc nous racontent des histoires, et ça marche! #aisbe #storytelling

> @JeanYves « Ramsès 2 a perdu plus de batailles que ce disent les stèles. Mais il a battu des peuples qui n’avaient pas l’écriture… »

> @sebastiendurand « Le #storytelling n’est pas l’histoire DE l’entreprise, mais une histoire AU SERVICE DE l’entreprise »

> @MRemacle J’ai toujours pensé que l’is était une affaire d’historiens ;-) #storytelling

> @AnneDiscart Ce n’est pas c’qu’on fait qui compte, c’est l’histoire, c’est l’histoire… (Y.Duteil) #storytelling

> Chris_GroupeS Storytelling : transmettre, rassurer et faire adhérer ses clients aux valeurs de l’E

> @JeanYves #storytelling « Il ne faut pas communiquer sur sa petite taille. Il faut communique sur ses ambitions ! »

> @JCGAB « @MSAdvertising: * The Art of Storytelling and Implications for Advertising bit.ly/uLRt92 »

> @fredericw « Dites aux gens ce que vous ferez plus tard. Communiquez sur vos ambitions pas sur votre taille. » Conseil de com pour les startups.

> @AnneDiscart Le #storytelling, ce n’est pas que du texte. C’est du son, de l’image..

> @fredericw Etre le héros de sa propre histoire. #sotrue #Ilike

> @barthox une histoire peut changer, évoluer dans le temps

> @fredericw « Plutôt que d’acheter une solution de communication de crise. Achetez une solution de communication »

> @SergeFontinoy Comment faites vous pour quantifier le coût RH int du déploiem d’une strat de com basée sur du #storytelling ? Possible?

> @fredericw De l’importance de la communauté : « direction et collaborateurs doivent pouvoir se projeter dans une histoire commune. »

> @barthox @SergeFontinoy quid du cout de non deploiement d’une strat de comm …

> @sebastiendurand « Entrepreneurs, saisissez-vous de votre histoire avant que vos clients ne s’en emparent à votre place »

> @alainler « Les clients s’emparent de votre histoire… « , tout risque est une opportunité!

> @sebastiendurand T.Froehlicher: « le #storytelling est une prophétie auto-réalisatrice »

> @sebastiendurand Les 7 typologies du #storytelling: http://on.fb.me/irDEPV (cc @fumierecedric) #aisbe Et vous, quel est votre type?

———-

Un grand merci aux organisateurs de ces Assises.

Jeux vidéo : le temps de la reconnaissance

Dimanche 20 novembre 2011


Succès mérité pour l’expo «Game Story – Une histoire du jeu vidéo» au Grand Palais. Déjà, l’an dernier – en moins ambitieux néanmoins – «MuséoGames» au CNAM avait ouvert la voie à cette reconnaissance muséale.

Exposer les jeux vidéo – et leur histoire – dans des lieux aussi prestigieux est un début de consécration pour tous ceux qui se sont battus depuis des années contre le mépris des pouvoirs publics et des tenants de la «Kultur» officielle. De la même façon, au Grand Palais également, 5 ans plus tôt, l’expo «Il était une fois Walt Disney – Aux sources de l’art des studios Disney» avait accompli le même prodige de «légitimer» un autre «art populaire» (vs. les Beaux-Arts officiels), celui de l’animation.

Image de prévisualisation YouTube

Car il serait temps que considérer qu’à l’instar de la littérature et du cinéma qui sont certes des arts mais aussi des industries, les jeux vidéos sont une industrie (qui pèse plus lourd que les deux susmentionnées) mais aussi un art, et vice versa. Les héros de ces derniers valent bien pour notre génération ceux du papier et du grand écran pour nos parents. Et ils méritent la même reconnaissance. De toute façon, le transmedia est déjà en train de faire éclater les frontières artificielles entre tous les supports. Et sur nos tablettes, les personnages passeront de l’un à l’autre au gré du storytelling des créateurs. D’ailleurs, pour le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, cité dans Challenges : «notre modèle, c’est Disney»

Mais tout n’est pas perdu pour les handicapés de l’ère numérique. La preuve ? Le catalogue de l’expo est sur papier, sans interactivité aucune. Game over pour la Kultur !

———-

> Coup de coeur pour Game Story : on peut prendre des photos et filmer sans restriction. Coup de gueule en revanche pour Des Jouets et des Hommes, l’autre expo au Grand Palais (vers laquelle je me refuse donc à faire un lien), qui les interdit avec la plus sévère stupidité. La jolie scénographie destinée à mettre en valeur jouets anciens et modernes est gâchée par le gardien qui a tenté de s’emparer de mon téléphone, tutoyé, saisi par la manche et a voulu m’expulser. Il s’agit en effet de protéger les ventes du catalogue (50€ !) en boutique… C’est un vieux combat que je mène et que je continuerai à menerv: si on n’utilise pas de flash, il n’existe aucune bonne raison pour qu’un musée national interdise la prise de photos. Notamment celle-ci et toutes les autres que j’ai prises et que je posterai sur mes blogs et sur les réseaux sociaux.

Chroniques du storytelling : l’invention des grands magasins, rétro gaming et musée etc.

Dimanche 13 novembre 2011

> Arte a diffusé récemment un excellent docu-fiction «Au bonheur des dames : l’invention du grand magasin» consacré à l’ascension d’Aristide Boucicault et du Bon Marché. Outre les avancées sociales que cela a pu représenter et la libération de la femme qui s’en est ensuivie (pour les clientes bourgeoises comme pour les vendeuses), c’est aussi l’invention du shopping. Et très storytelling avant l’heure, Bouciculat déclarait ; «Je ne voulais pas simplement vendre des produits mais le désir lui-même».

———-

CHINE

> L’opposition Chine/citoyens sur l’aide à nous apporter rappelle celle entre USA/Américains à l’époque du Plan Marshall : http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2011/11/02/les-chinois-sont-reticents-a-l-idee-de-preter-a-ceux-qui-jouissent-du-luxe-et-du-bien-etre_1597387_1581613.html#xtor=RSS-3208

———-

COMMERCE

> Avant Picard, c’était Paris/grandes villes et Thiriet la province. Aujourd’hui c’est la guerre totale sur le front du froid : http://www.lefigaro.fr/societes/2011/10/28/04015-20111028ARTFIG00659-surgeles-guerre-frontale-entre-picard-et-thiriet.php

> Dans sa dernière pub, je ne comprends pas pourquoi Alain Afflelou est en Chine. Les agences font vraiment avaler n’importe quoi à l’annonceur.

———-

ÉDITION

> « Amazon lance le prêt de livres numériques ». Comme pour les films l’avenir est plus à la jouissance qu’à la possession http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/11/03/amazon-se-lance-dans-le-pret-de-livres-numeriques_1597757_651865.html#xtor=RSS-3208

> RT @moreauchevrolet : «Entre l’arrivée du Kindle d’Amazon – en vente chez Virgin jeudi – et la hausse de la TVA à 7% le livre français vit une révolution.»

> Pourquoi nous finirons par renoncer à nos bibliothèques : http://www.slate.fr/story/45941/pourquoi-nous-finirons-par-renoncer-bibliotheques

———-

ENTERTAINMENT

> Fin des vacances + effet Intouchables + déception des fans = Tintin chute de 71% en 2e semaine : http://www.lefigaro.fr/cinema/2011/11/10/03002-20111110ARTFIG00643-tintin-chute-en-deuxieme-semaine.php

> RT @SugarNiko : «Disney goes transmedia for iPad generation bit.ly/tt3l8X»

———-

GAMING

> les 3 vidéo games Call of Duty ont rapporté plus que les trilogies ciné Star Wars & Seigneur des Anneaux : http://www.latribune.fr/technos-medias/medias/20111111trib000663494/jeux-videos-call-of-duty-a-rapporte-400-millions-de-dollars-des-sa-sortie.html

> Guillermo Del Toro : « le jeu vidéo est le futur du genre narratif » : http://jeuxvideo.fluctuat.net/blog/50890-guillermo-del-toro–le-jeu-video-est-le-futur-du-genre-narratif-.html

> « L’expo Game Story amène le jeu vidéo dans des lieux où il n’avait jamais été admis, chargés d’histoire » : http://blog.lefigaro.fr/jeuxvideo/2011/11/game-story-la-grande-histoire.html

———-

GASTRONOMIE

> Storytelling : La cuisine française doit sa réputation aux USA à l’esclave noir de Jefferson ! on.fb.me/irDEPV

———-

HISTOIRE

> Storytelling de la guerre 14/18: « La puissance de l’imaginaire peut avoir cette emprise concrète sur le réel » : lemonde.fr/livres/article…

———-

LUXE

> Campagne Tudor. Quand la nostalgie confine à la moisitalgie… (OK, c’est sensé évoqur Mad Men mais quand même…)

> Weston retrace 120 ans d’histoire dans un livre signé Didier van Cauwelaert : madame.lefigaro.fr/style/jm-westo…

> Banalisé, le secteur du luxe, qui a plus ou moins créé le storytelling, est contraint de se réinventer : http://madame.lefigaro.fr/style/story-telling-de-luxe-091111-185327

———-

MISCELLANÉES

> « Les apiculteurs ne sont plus vendeurs de cire ou de miel. Ils louent les services de pollinisation de leurs abeilles » : http://internetactu.blog.lemonde.fr/2011/10/14/une-societe-de-la-requete-13-comprendre-la-nouvelle-economie-cognitive/

> La loi de Murphy dit vrai : la tartine tombe du côté beurré dans 2/3 des cas. Oui, l’univers est contre nous http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/10/29/les-lois-de-l-univers-sont-contre-nous_1595143_3244.html#xtor=RSS-3208

> 10 monuments funéraires parisiens qui racontent une histoire : slate.fr/story/45789/le…

———-

POLITIQUE

> RT @synergologue : : « Quand vous travaillez pour un politique, c’est moins bien payé que l’entreprise et c’est chronophage. » rue89.com/2011/11/03/epi…

> RT @pprodhon : Donner un sens à la crise grecque en une image

———-

RÉSEAUX SOCIAUX

> « Les réseaux sociaux n’ont jamais été interdits chez IBM. Nous souhaitons faire de chaque salarié un ambassadeur. » http://www.lefigaro.fr/vie-bureau/2011/10/30/09008-20111030ARTFIG00233-faut-il-autoriser-facebook-au-bureau.php

> Twiter fait son storytelling avec les @twitterstories : stories.twitter.com

———-

SÉMANTIQUE

> Particule de Dieu (boson de Higgs) ou Big Bang (constante de Hubble), la science a besoin de formules choc : http://www.slate.fr/lien/45779/science-formules-chocs

> Une virgule à $170 M. Un signe de ponctuation qui peut changer l’histoire du gouverneur du Missouri (#TheDaily)

> Pour The Economist, la passion française pour le nombre 20 vient de son homophonie avec le… vin http://econ.st/tgJX7J

> La « belle » histoire des noms de virus informatiques ! slate.fr/story/45985/no…

———-

SEXE 2.0

> « François Sagat animera une master class pour évoquer ses rôles et comment il les construit ». WTF? http://www.mygaytrip.com/actualites-gay/549-francois-sagat-entre-au-musee-a-new-york

———-

TECHNOLOGIQUES

> « Vous travaillez pour Google. Chaque seconde, 15 M de personnes cliquent et l’alimentent en données » : http://internetactu.blog.lemonde.fr/2011/10/14/une-societe-de-la-requete-13-comprendre-la-nouvelle-economie-cognitive/

> « Nous finissons tous par mourir in medias re, au milieu de notre histoire » Mona Simpson, à-p de son frère Steve Jobs : http://www.nytimes.com/2011/10/30/opinion/mona-simpsons-eulogy-for-steve-jobs.html?_r=1&pagewanted=all

> Les derniers mots de Steve Jobs: “Oh wow ! Oh wow ! Oh wow! » nyti.ms/vTED0f (on croirait le «Mehr Licht !» de Goethe)

> RT @frederickaplan : «Steve m’a « tuer »: Adobe arrete le développement de Flash pour les mobiles pour se concentrer sur HTML5 zd.net/vN4SRw»

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter. Les tweets précédés de la mention RT sont écrits par les personnes citées : RT @nom.

Bill Gates et le storytelling de scission

Mercredi 9 novembre 2011

Bill Gates avait toujours fait la une de Time grâce à ses produits informatiques. En 2006, avec sa femme Melinda et le chanteur activiste Bono, il est enfin nommé "homme de l'année" pour ses activités philanthropiques.

Longtemps, Steve Jobs et Bill Gates ont incarné la version moderne du combat des titans. À la mort du patron d’Apple, les hommages – mérités – ont fleuri. Mais dans une intéressante tribune à la Harvard Business Review, Maxwell Wessell explique que bien que nous puissions admirer Steve Jobs, c’est Bill Gates que nous devrions mettre sur un piédestal. Dans mon livre, Storytelling – Réenchantez votre communication (Dunod, 2011), je revenais sur cette distinction entre le storytelling de personnification (Jobs/Apple) et le storytelling de scission (Gates/Microsoft) dont est extrait l’article ci-dessous :

Pionnier de l’industrie du pétrole et fondateur de la Standard Oil Company en 1870, John D. Rockefeller a été l’homme le plus détesté de son temps. Il faut dire que l’arrogance dont il faisait preuve n’inspirait guère la sympathie mais, en cette époque d’avant l’invention des relations publiques, il s’en moquait royalement. En 1911, au terme d’une longue procédure juridique intentée par les autorités américaines, il a été jugé en situation de monopole et la Standard Oil a été démantelée en 34 sociétés. Dédommagé à hauteur de plus d’un milliard de dollars – une somme qu’aucun homme n’avait jamais eue entre les mains avant lui – il a pourtant su tourner la page et consacrer le reste de sa vie – quarante ans ! – à la philanthropie. Sa fondation a joué un rôle considérable pour encourager l’éducation, les sciences sociales et la recherche médicale : c’est grâce à elle notamment qu’on a pu mettre au point le vaccin contre la fièvre jaune. Outre un ensemble immobilier, commercial et artistique classé monument historique à New York, Rockefeller a laissé son nom à de nombreux projets qui ont bénéficié à l’ensemble de l’humanité. Et en l’occurrence une réhabilitation du storytelling qui a plus profité à l’homme qu’à son entreprise (Exxon aux États-Unis, Mobil au Royaume-Uni, Esso en France).

De l’homme le plus haï de son temps au plus grand philanthrope de tous les temps

«Bill Gates voudrait bien que les gens le prennent pour Edison mais en fait c’est le nouveau Rockefeller» aurait déclaré un concurrent jaloux (L. Ellison, Oracle). Mais avec l’âge, il n’est pas certain que l’ancien patron du géant du logiciel n’apprécie pas tout le sel de cette comparaison. Lui qui se rêvait en génie de l’innovation est aussi passé du statut d’industriel le plus haï de son temps à celui de plus grand philanthrope de tous les temps. Prenant conscience du danger et alors que le débat faisait rage autour des pratiques anti-concurrentielles de Microsoft, son fondateur a commencé dès l’an 2000 à prendre du champ, à espacer ses apparitions et à laisser à son numéro 2 le soin d’engager sa firme sur de nouveaux chemins. Surtout, en bon storyteller, Gates a su s’inventer une nouvelle histoire personnelle, celle où après avoir rencontré l’amour avec sa directrice du marketing, il est devenu le plus grand philanthrope de tous les temps. Bien sûr, il s’agit là d’une légende dorée (sur tranche) mais ça marche et l’annonce en juin 2008 de son départ à la retraite n’a provoqué aucune réactions passionnelle.

Image de prévisualisation YouTube

Séparer le plus tôt possible le storytelling du fondateur de celui de l’entreprise

Si les histoires du fondateur ou du patron emblématique ont été à un moment plaquées sur celle de l’entreprise, il faut, pour le bien de cette dernière, travailler à leur séparation, et ce, le plus en amont possible. Dans le meilleur des mondes, c’est au fondateur lui-même de réaliser cette scission quand elle n’est plus utile et avant qu’elle ne devienne préjudiciable. On n’est jamais si bien servi que par soi-même.

Plaquer l’histoire personnelle du fondateur sur celle de son entreprise présente des avantages en étant un véritable accélérateur de notoriété. Mais aussi des risques. Ces derniers peuvent être réduits et gérés. Dans l’absolu, c’est au créateur de prendre l’initiative de faire cesser la confusion des genres quand elle ne présente plus d’utilité (…).

(c) Dunod