Star Wars : un univers en expansion transmedia | le blog du storytelling le blog du storytelling

Star Wars : un univers en expansion transmedia

À l’approche de la sortie de la saga cinéma remasterisée pour le format blu-ray, Star Wars reste l’exemple le plus abouti de ce qu’on englobe de plus en plus dans le concept de «transmedia storytelling».

Si Star Wars se limitait à la trilogie originale de «La Guerre des Étoiles» (1977-1983), ce serait déjà l’un des cas de storytelling les plus brillants du siècle passé.  Mais ses fans sont les explorateurs d’un univers narratif en perpétuelle expansion. Je ne parle pas ici des produits dérivés traditionnels, «making of» et autres jouets, mais bien d’histoires supplémentaires se déroulant avant l’Épisode I, en parallèle des différents épisodes ou après l’Épisode VI : livres, jeux vidéos immersifs, dessins animés etc.

Ainsi, c’est lors d’une convention en 1978 que George Lucas a présenté le personnage de Bobba Fett. Le chasseur de primes était alors annoncé comme un des pivots du futur «Empire contre-attaque». Mais quand ce film est sorti en 1980, le rôle avait souffert de révisions scénaristiques drastiques. Et dans «Le Retour du Jedi», ce n’est déjà plus qu’une silhouette dans l’entourage de Jaba. Entre temps, il a pourtant connu une énorme popularité dans les romans Star Wars et les fans s’en sont emparé. En 1997, Lucas l’a donc «réintégré» dans les scènes ajoutées numériquement lors de la ressortie de l’édition spéciale de «La Guerre des ÉtoilesUn nouvel espoir» (désormais considéré comme l’Épisode IV). Dans l’Épisode II, «L’Attaque des clones» (2002), situé une génération plus tôt, la genèse de Bobba Fette nous est révélée. Ses aventures de jeunesse sont également contées dans la série de dessins animés en 3D intitulée «Star Wars – The Clone Wars». Enfin, il devrait être l’un des héros d’une série télé en pré-production faisant la jonction entre les Épisodes III et IV de la saga !

Pour veiller à la cohérence de l’ensemble, Lucas a donc dû créer une énorme base de données qui croise tous les événements et tous les protagonistes : ce logiciel, nommé Holocron, est par exemple programmé pour interdire à un auteur de tuer un personnage dans un livre s’il a noté que ce même personnage réapparaît à un moment plus tardif de la saga au cinéma. Il en va de Star Wars comme des Évangiles : Lucasfilm et le Vatican n’en reconnaissent que les versions canoniques, pas les apocryphes !

———-

Le + du blog du storytelling

Star Wars continue à rajeunir à chaque traitement numérique : la saga sort en blu-ray à la rentrée, l’attraction Star Tours est remise à niveau dans les parcs Disney,  une série télé est en cours de développement etc. Pour Tintin, la stratégie est différente, les ayant-droit s’en tenant au précepte d’Hergé : pas de nouvelles aventures, le corpus est définitif (cf. mon article ici). Le film en 3D de Spielberg et Jackson apparaît donc comme la dernière chance de revivifier une franchise vieillissante.

The bookmarklet

Add this to your bookmarks or drag it to your bookmarks bar to quickly access shortening functions.

Shorten

This bookmarklet takes the page URL and title and opens a new tab, where you can fill out a CAPTCHA. If you have selected text before using the bookmarklet, that will be used as the keyword.

Support for bookmarklets on mobile varies. For example, they work on Chrome for Android but you have to add and sync them from your desktop.

">Twitter cet article. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser une réponse