avril, 2011 | le blog du storytelling le blog du storytelling

Archive pour avril 2011

Chroniques du storytelling : Philips et la lumière (ne) fut (plus), bibliothèques et transmedia etc.

Vendredi 29 avril 2011

> Philips avait sorti son premier téléviseur en 1928 et va arrêter d’en produire. Ce ne sera plus qu’une licence avant de disparaître dans trois ans : http://bit.ly/hiuI3y

> Je venais juste d’acheter mon Ambilight. C’est désormais le témoin d’un monde qui s’éteint.

> À part les systèmes d’éclairage qui font partie de son ADN, le recentrage de Philips sur le matériel médical est assez incompréhensible par rapport à son storytelling. Non pas que l’entreprise doive vivre sur son passé et qu’elle ne puisse dans l’absolu cesser d’être une marque grand public pour devenir une marque B2B – IBM y est bien parvenu – mais, comme Sony, c’est aujourd’hui une entreprise sans vision claire, compréhensible et communicable.

———-

BANCASSURANCE

> Pour leur enseigner les valeurs de la patience, un dirigeant de Goldman Sachs avait l’habitude de faire patienter pendant 5 heures les nouvelles recrues avant de les recevoir. Ceux qui partaient avant étaient aussitôt virés : http://econ.st/fzRKa3

———-

CHINE

> Un rédacteur du New Yorker suit des touristes chinois dans leur tour d’Europe. Édifiant (mais pas plus que n’importe quel groupe de touristes  sans doute) : http://nyr.kr/i7yDvu

> «En Chine, l’Europe est une marque reconnue, pas la France ou l’Italie. Il faut se battre sous une bannière commune» : http://nyr.kr/i7yDvu

———-

CULTURE

> Après sa gastronomie, la France veut classer au Patrimoine Mondial immatériel sa tradition tauromachique?! http://bit.ly/erd06s

> Frank Gehry: «Je ne peux pas prendre ma retraite. J’ai 82 ans, c’est beaucoup trop jeune» : http://zite.to/i3h8Dr

> John Lasseter, qui vient d’intégrer la liste des 100 personnes les plus influentes selon Time bénéficie d’une appli spéciale pour son iPad, conçue pour lui par les ingénieurs d’Apple, afin de gérer la production de tous les Pixar et Disney. «Mettre en scène un filmde 200 millions de dollars ? Il y a une appli pour ça» : http://skygrid.me/erDS19

> Belgique, 13e siècle: la Guerre de la Vache fait 15000 morts ! http://bit.ly/igbMdy (via les miscellanées hebdo de @jeanallary)

———-

F&B

> Starbucks est désormais le 3e restaurateur américain http://usat.ly/gjUPsb «Avoir un mug Starbucks en main, ça vous pose un homme!». Mouais.

———-

GAMING

> RT @LANDEYves : «Les jeux vidéo rendraient les jeunes violents…mouais…moi durant toute mon enfance j’ai joué au Monopoly, et je ne suis pas millionnaire».

> RT @albanvdk : Nintendo confirme officiellement l’arrivée d’une nouvelle console de salon pour 2012 et présentera son nouveau jouet au salon E3 en juin

———-

JOUETS

> Mattel vs. MGA. Guerre au pays des poupées: Barbie perd son procès contre les Bratz : http://usat.ly/hUICX8

———-

MICROCOSME

> Pour les annonceurs, la digital mum est une ménagère connectée au minimum une fois par semaine http://bit.ly/jHvgr8 Une fois par semaine ? !

———-

MISCELLANÉES

> RT @camillejung : Bic se développe sur le marché des barbecues en rachetant une start-up US : http://bit.ly/gyyx0W

> «On n’aurait pas pu inventer Kiehl’s, ses valeurs viennent de ses racines, pas d’une stratégie marketing» http://bit.ly/gZsZnO

———-

MOBILITÉ

> «Jeep : la légende continue». La signature est très storytelling, le visuel beaucoup moins.

———-

PARTIES PRENANTES

> AG de Vivendi, un petit actionnaire : «Vous êtes toujours là après 8 ans. Et votre succession ?»  Pas de réponse de Jean-René Fourtou : http://bit.ly/frHNN5

———-

SÉMANTIQUE

> Mauvais timing pour la fac de médecine de Marseille avec la «promotion Servier» : http://bit.ly/eRlXqr

> Le «dessert» qualifiait littéralement au 18e siècle une petite douceur une fois la table desservie : http://bit.ly/goOFl2

> RT @pierrehaski : «Moi aussi RT @EmLemoine Dimanche+ m’a appris un nouveau mot: nostalgérique désignant une personne nostalgique de l’Algérie française.»

———–

TECHNOLOGIQUES

> Pour que Jobs en personne donne une interview sur l’affaire de l’iPhone-espion, il faut que le problème soit sérieux : http://zite.to/mIlP8s

> «Les PC sont comme les camions, il y en a dans les rues mais la plupart des gens n’en ont plus besoin» Steve Jobs (In Challenges)

> RT @camillejung : «Warren Buffett déconseille d’investir dans les réseaux sociaux» http://bit.ly/gFZ7Gm

———–

TRANSMEDIA

> On n’a pas attendu les digital natives: la fréquentation des bibliothèques baisse depuis… 30 ans! http://bit.ly/hvQjBy Le besoin de raconter les histoires sur des médias mêlés (transmedia) apparaît de plus en plus clairement quand, pris séparément (livres, télé, presse) ils déclinent…

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter. Les tweets précédés de la mention RT sont écrits par les personnes citées : RT @nom.

Ohga et la naissance très storytelling du CD de Sony

Jeudi 28 avril 2011

Si Carlos Ghosn est un héros de manga au pays du soleil levant pour la façon dont il a redressé Nissan, nos amis japonais seraient bien inspirés de se trouver d’autres modèles quand on voit le manque de vision et d’humanité du patron de Renault. Ils pourraient prendre exemple sur un de leurs concitoyens, Norio Ohga qui vient de disparaître.

Étonnant homme que cet ancien chanteur d’opéra, aux antipodes des codes du business nippon. Dans les années 50, c’est la lettre qu’il écrit aux dirigeants de Sony pour se plaindre des défauts sonores de leurs premiers magnétophones qui lui vaut d’être engagé par le groupe ! À seulement 40 ans, dans un pays qui met souvent l’expérience au dessus des compétences, il prend la tête de CBS/Sony Records avant celle du groupe dans son entier. Après sa retraite, il prendra la direction du Tokyo Philarmonic Orchestra qu’il dirigera à plusieurs occasions.

Le nom de Ohga (ainsi que celui de son successeur Norita) reste attaché à la grande époque de Sony, quand ce champion technologique avait une vision et a réconcilié le monde avec l’idée de la qualité «made in Japan». Son fait d’armes est bien entendu l’invention du CD qui a révolutionné la musique dans les années 80 et est né d’une joint venture entre Sony et Philips. Bien que ses ingénieurs lui aient dans un premier temps juré que c’était impossible, il les a fait reprendre leurs travaux jusqu’à porter lL durée d’écoute au dessus de 75 mn : en effet, golfeur émérite et casque sur les oreilles, Ohga ne voulait pas avoir à changer de CD pendant une partie. Et son morceau favori était la 9e symphonie de Beethoven dans l’enregistrement de son ami Karajan… qui durait 74 mn. Et ça, c’est très storytelling !

Les éditeurs au défi du transmedia storytelling

Vendredi 22 avril 2011

> La vraie question n'est pas tant de savoir sur quel support on lira demain que de savoir SI on lira demain...

Lirons-nous encore  demain ? Et si oui, que lirons-nous ? Comment lirons-nous ?

Aux États-Unis, le marché a basculé le mois dernier : il se vend désormais plus de livres en téléchargement qu’en livres de poche (ou en «softcover»). Et la bascule est en train de se faire grâce à l’iPad et autres tablettes. Car les e-readers sont en voie d’être dépassés. D’ailleurs, Amazon, jusque là champion du secteur avec son Kindle, s’apprêterait à son tour à sortir une tablette.

Après tout, si l’on se contentait de passer des livres imprimés aux livres téléchargés, le dommage ne serait pas bien grand, sauf pour la rentabilité des libraires (désintermédiation) ou des éditeurs si le piratage entre en jeu. Mais pour les lecteurs, il n’en irait pas différemment. Comme pour la Juliette de Shakespeare, «La rose sous quelque nom qu’on la désigne / Sentira toujours aussi bon» : un livre sera toujours un livre sur quelque support que ce soit. Cela pourrait même être un nouvel âge d’or dans l’absolu. Après tout, qu’importe aux amoureux de la musique que les majors du disque aient souffert : l’accès à la musique, à toutes les musiques, à des talents qui ne pouvaient pas s’exprimer auparavant, n’a jamais été aussi grand.

En réalité, ce qui est en jeu est ailleurs comme le relève dans une récente interview, François Gèze, PDG de La Découverte : «L’évolution la plus préoccupante est certainement la poursuite de la baisse des grands lecteurs dans la tranche d’âge des 15-24 ans. Quand on sait que les pratiques de lecture acquises dans sa jeunesse se conservent peu ou prou toute la vie, il y a lieu de s’inquiéter sur l’évolution à moyen terme du marché du livre, quand les baby-boomers commenceront à quitter la scène». En effet, les nouvelles générations doivent choisir entre tellement de sollicitations de leur temps d’attention qu’ils arbitrent déjà – et arbitreront – de moins en moins souvent en faveur de la lecture, que ce soit un livre papier ou sur une tablette.

Il faudra donc être partout là où seront les nouveaux «lecteurs», si le mot a encore vraiment un sens. Je décris bien sûr là le transmedia storytelling qui n’est plus une vue de l’esprit et qui n’a rien en soi ni de révolutionnaire ni de nouveau : au-delà des expériences en cours, il faut se rappeler que Walt Disney avec Disneyland (1955) ou Geroge Lucas avec Star Wars (1977) en ont été parmi les pionniers. Si les classiques intemporels seront toujours accessibles à ceux, moins nombreux, qui voudront les lire «à l’ancienne», d’autres modes d’«écriture» – le terme sera peut-être même impropre – devront émerger qui tiendront compte de ces aspirations différentes, du besoin de raconter des histoires sur plusieurs supports : romans enrichis (en photos, vidéo, liens etc.) et qui se prolongeront sur d’autres univers : TV, jeux vidéo, réseaux sociaux etc.

C’est là que les éditeurs auront toute leur place. Mais comme on a parlé de convergence entre les mondes de l’informatique, des télécoms et de l’industrie de la vidéo – Nintendo est désormais moins en concurrence avec Sony qu’avec Apple, lui-même plus menacé par RIM (Blackberry) que par Microsoft etc. – il faudra que les éditeurs venus du monde du papier acquièrent de nouvelles compétences et sachent que leurs concurrents ont désormais aussi pour nom Europa Corp.ou Ubisoft…

> Si les Pirates des Caraïbes sont présents depuis 1967 dans les parcs Disney, il a fallu attendre 2003 pour qu’ils deviennent une série de films à succès. Juste retour des choses, le personnage joué par Johnny Depp est désormais intégré dans la version américaine de l’attraction. Ces Pirates sont devenus une franchise transmedia storytelling avec des prolongements narratifs au-delà des films et attractions : romans, jeux vidéo immersifset peut-être bientôt une série animée.

———-

(merci @aymericvincent pour le lien vers l’interview de F. Gèze)

Chroniques du storytelling : Quand Renault dé-Ghosn à fond, les entreprises au prisme de la politique et de la réputation…

Vendredi 15 avril 2011

> Les avocats des trois cadres innocents de Renault (il ne faut pas oublier cependant qu’il en existe un quatrième) avaient fait monter la barre haut. Pour eux, l’indemnisation totale devait se situer «plus ou moins autour d’un an de salaire de Caros Ghosn» (in Le Monde). La somme aberrante qu’il touche pour diriger l’alliance Renault/Nissan (9 millions d’euros par an) est devenue un baromètre.

> C’est le moment choisi pour faire éclater une affaire dans l’affaire. La divulgation par L’Express de l’enregistrement secret de l’entretien par le directeur juridique du constructeur d’un des cadres soupçonnés à tort. Les propos redéfinissent assez bien la violence du top management pour briser les hommes (et portent un nouveau regard sur la période des suicides en cascades à Guyancourt). Ainsi que le notait @Vogelsong, «le procès de Franz Kafka, c’est chez Renault». Plus curieusement car non relevés dans les médias, c’est bien une confirmation de la paranoïa de l’entreprise envers la Chine, pointée du doigt par les Pieds Nickelés.

> La fausse affaire d’espionnage chez Renault tourne donc bien à la véritable affaire de crise de management. Gérée depuis le début par une équipe de branques, elle n’en finit pas de rebondir à coups de mesures sensées l’apaiser. La démission de Patrick Pélata donne une nouvelle définition au terme «fusible» (pour prix de son silence, la victime expiatoire devrait se retrouver aux commandes ou presque de Nissan) mais on peut se demander combien il reste de points sur le permis de conduire Renault de Carlos Ghosn ?

> Depuis les débuts de ce blog, il y a 3 ans, je n’ai cessé de pointer ses gaffes à répétition (dont la meilleure : «Renault n’est plus français») et la fin du mirage Ghosn.

———-

BRANDING

> Une étude montre l’efficacité des logos et des vêtements brandés vs. non brandés : http://econ.st/gXSblK C’est la preuve que le bling bling n’est pas mort

> RT @jeanallary : «La marque iconique tolère la déconstruction. C’est même à ça qu’on les reconnait http://t.co/2Lv»

———-

CULTURE

> Choses vues à Rome. L’épitaphe de Raphael au Panthéon : «À sa vue, la Nature craignait d’être vaincue. Aujourd’hui qu’il est mort, elle craint de mourir aussi».

> Intéressant portrait dans Première de Blue Sky, 3e géant de l’animation, plus discret que Disney/Pixar et DreamWorks.

> Donc, Voltaire n’a jamais dit la fameuse phrase qu’on lui prête à tout bout de champ : «Je ne suis pas d’accord avec vous mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire» (ni Nietzsche la sienne : «Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts») : http://bit.ly/dJbQog

———-

GAMING

> Apres le succès de Farmville, Shrekville? le PDG de DreamWorks au conseil d’admin de Zynga : http://v.zite.com/gLUVYo

———-

GÉNÉRATION 2.0

> «La génération Y ne respecte pas la hiérarchie mais l’expertise» Laurence Bret-Stern,Linked In (In Stratégies). Je suis de la génération d’avant mais c’est une des raisons qui m’ont fait choisir le statut d’indépendant.

> RT @albanvdk : ««C’est pas des amis que je veux, c’est des fans» ; les scénaristes de Scream 4 réussissent à faire passer la saga en 2.0»

———-

GRANDE CONSO / GRANDE DISTRIB

> Literieland ou quand un patron mégalo est encore atteint du syndrome Alain Afflelou.

———-

LUXE

> Une majorité de Français croient que Christian Dior (mort en 1957) est toujours le styliste de Dior ! http://bit.ly/ew1XsA Ca relativise le scandale Galliano !

———-

MÉDIAS

> RT @pprodhon : «Donc Bellanger a vendu son âme au diable, lequel est venu la lui réclamer, et on va le plaindre ? Skyrock»

———-

MOBILITÉ

———-

PARTIES PRENANTES

> Hier les open spaces, maintenant les bureaux nomades attribués par ordre d’arrivée. Que j’apprécie d’être un intervenant extérieur!

> RT @aymericvincent : «L’effarant bond en arrière du management selon François Dupuy http://t.co/E77lFUu dans @LesEchos , de belles perspectives pour les RH !»

> 1/2 «L’image des entreprises est étroitement liée aux sympathies politiques des sondés» (in Stratégies)

> 2/2 En revanche, les entreprises les plus détestées (Total, SNCF, France Télécom)  le sont autant par les sondés de droite que de gauche

> 1/2 Les entreprises les plus réputées (Michelin, Danone, L’Oréal) ne sont pas les plus performantes : http://bit.ly/h3MUJJ

> 2/2 «La mesure de la réputation s’appuie sur des perceptions émotionnelles exprimant la mémoire profonde de l’opinion»

———-

TECHNOLOGIQUES

> Storytelling : Je ne savais qu’Archos était l’anagramme du nom de son PDG, Henri Crohas (In Challenges).

———-

TOURISME

> Il y a 19 ans, je faisais partie des équipes d’ouverture de Disneyland Paris : http://twitpic.com/4jwt10

> Fermé depuis le tsunami,Tokyo Disneyland rouvre ses portes aujourd’hui, jour de son 28e anniversaire.

———-

WEB 2.0

> RT @camillejung : «Facebook s’allierait avec Baidu pour se développer en Chine http://ow.ly/4yh23»

———–

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter. Les tweets précédés de la mention RT sont écrits par les personnes citées : RT @nom.

Prendre des photos surtout quand c’est interdit

Mardi 12 avril 2011

> Résister à un règlement stupide et inefficace est une cause juste

«Les réceptions de l’ambassadeur…» vous connaissez ? Mais en ce moment, la réception de l’ambassadeur qui compte, c’est celle au Palais Farnèse à Rome. L’ambassade de France, qui l’occupe depuis le 19e siècle, a ouvert ses portes aux visiteurs. Officiellement dans le cadre d’une magnifique exposition (jusqu’à la fin du mois) qui permet de la remeubler avec les collections de la famille Farnèse aujourd’hui dispersées (principalement à Naples). Officieusement, pour reconduire son bail emphytéotique en prouvant que nous avons su en prendre soin. Le tout est superbe même avec un audioguide qui commence avec le discours pontifiant de l’ambassadeur («moi je, moi je, moi je») : pourquoi Jean-Marc de La Sablière aime l’Italie, comment il a eu l’idée de l’expo, ce qu’il en espère etc. Passons, cette vanité est plus ridicule que grave.

En revanche, ce qui est plus gênant, comme c’est de plus en plus le cas partout, les photos sont interdites. Les photos au flash pour ne pas abîmer les toiles, je veux bien, mais interdire par principe les photos du bâtiment, des jardins etc. L’interdiction de photographier dans les lieux publics et les expos est ridicule économiquement et indéfendable moralement :

Économiquement, il s’agit d’une privatisation rampante du patrimoine et simplement destinée à protéger les intérêts économiques des boutiques hébergées dans nos musées. Or, elles ne vendront pas une carte de plus en vous envoyant les gardiens dès qu’ils repèrent votre appareil. D’ailleurs, avec les smartphones, c’est devenu de plus en plus discret et un jeu d’enfant de désobéir.

Moralement, s’agit-il de préserver le plaisir des visiteurs cultivés qu’énervent ces photographes du dimanche ? Bien sûr, il y a des compulsifs (je l’avoue, j’en suis et je l’assume) qui ont l’impression de ne pas avoir vécu un moment s’ils ne l’ont pas immortalisé. Cela semble un peu pathétique à nos beaux esprits ? Et alors ? Je ne leur reconnais pas le droit de faire mon éducation culturelle contre moi-même. Nos photos d’amateurs ne seront jamais aussi réussies que celles, réalisées avec l’éclairage approprié et sans personne dans le cadre, qui sont en vente à la boutique ? Là encore, et alors ? Chacun se construit les souvenirs qu’il veut. Des années après, une carte postale n’aura jamais le charme d’une photo jaunie, rayée (encore que, conservée sur un ordinateur, ce soit de moins en moins le cas…) que l’on peut rattacher à notre propre histoire.

En attendant, je ne visite jamais une expo interdite sans la prendre en photo sous toutes les coutures. Et je ne m’en suis pas privé au Palazzo Farnese. Les façades, le jardin, les statues, les peintures (sans flash), les fresques de l’admirable salle des Carrache et le bureau de l’ambassadeur (photo ci-dessus). Je me suis fait un peu aboyer dessus par les gardiens et tant pis. Car il faut résister comme on peut à la stupidité ambiante.

> Dans la rue Giulia, en attendant d’entrer dans l’expo, je lève la tête et découvre cette lessive aux couleurs de l’Italie qu’une mamma romaine a mise à sécher à sa fenêtre.

Chroniques du storytelling : Le Pérou a son logo, Parc Astérix passe à la pub comparative avec humour…

Mardi 5 avril 2011

Le logo du Pérou a été créé par l'agence FutureBrands

> Les récents déboires du Japon ont entraîné beaucoup de dessins et variations à partir de son drapeau (soleil rouge fêlé etc.). Mais à l’heure où les drapeaux n’ont plus toujours bonne presse (= symboles de nationalisme), la tendance est plutôt au logo. Nombreux sont les États qui veulent le leur. L’exemple du Pérou : http://v.zite.com/hdUy3o. Il faut dire que dans un monde globalisé, l’image – et donc la com – est devenue prépondérante. Quelle(s) histoire(s) racontent ces nouveaux logos ?

———-

CULTURE

> « ♥ » et « LOL » font leur entrée dans le Oxford English Dictionary : http://bit.ly/eZg5vn

> Uderzo père et fille au tribunal, le ciel leur est vraiment tombé sur la tête : http://t.co/iB5GaBY

> Post crise compte Twitter : «Antoine Gallimard est un homme très au fait des nouveaux usages numériques» http://bit.ly/hHMtB3 LOL

> Les arches de Bernar Venet enserrant le Louis XIV équestre, nouvelle polémique en vue à Versailles http://bit.ly/en67Wp

(Photomontage provenant du Figaro.fr)

> La réhabilitation du générique de fin des films : http://tiny.cc/pydqx (merci @Agathe__D)

———–

F & B

> Pour ses 125 ans, Coca-Cola arrondit les angles… de ses bouteilles :http://bit.ly/hIy7mt

———-

GASTRONOMIE

> «Cupcake comme un mont-blanc»: le talent de François Perret, chef pâtissier du Shangri-La, Paris. Autres pics sur : bit.ly/dVPrna

———–

LUXE

> Une bâche publicitaire géante Dior sur la façade du Palais de Justice où sera jugé Galliano… (via @jeanallary) Fail

> Pour administrer son twitter, Marc Jacobs utilisait un stagiaire-esclave. Ce dernier s’est lâché : http://bit.ly/hxVjjr

> RT @marques_et_tong : «Sac Kelly d’Hermès : «C’est moi qui l’ai fait» ! http://bit.ly/h6aUfi»

———-

MICROCOSME

> RT @jeanallary : «Le planning stratégique ne résout pas de problème, il en créé http://goo.gl/4K14t»

> RT @damienlc : ««Les gens pensent que j’ai du talent» J. Seguela»

———-

MODE

> Storytelling gay-friendly: à lire dans Têtu d’avril, la success story d’Aussiebum et sa  sémantique à «double sens».

———-

MISCELLANÉES

> Le chef vénézuélien intervient quand il le veut à la radio dans une émission à horaire variable nommée «Et soudain Chavez» (in Médiapart)

———-

MOBILITÉ

> Patrick Pelata assume sans honte: «Renault doit se protéger. Au risque de l’injustice» http://bit.ly/g7ZouQ Realpolitik

———-

TECHNOLOGIQUES

> Devançant l’annonce d’Apple avec iTunes, Amazon lance son système de musique «dans les nuages» : http://t.co/uTTC9Jv

> La prochaine révolution high tech sera le sans fil et sera chinoise  (Haier) : http://bit.ly/fau8Yv

———-

TOURISME

> Contes de fées vs. histoires de fous, le Parc Astérix ose la pub comparative et c’est drôle : http://t.co/medifbA

> Seuls 8% des Français détestent les parcs d’attractions : http://bit.ly/ftDOWm Les 92% restants aiment d’abord Disneyland Paris puis le Futuroscope.

———-

WEB 2.0

> 85% des femmes trouvent les statuts de leurs amies Facebook ennuyeux : http://bit.ly/dM5IxG

———–

Suivez-moi sur Twitter !