décembre, 2010 | le blog du storytelling le blog du storytelling

Archive pour décembre 2010

Il sera une fois… Apple / Disney

Vendredi 31 décembre 2010

Bob Iger, Disney & Steve Jobs, Apple. L'un des deux pourrait bien avaler l'autre. (cliché Life.com)

Récemment, le web bruissait de rumeurs sur le possible rachat du patriarche Sony par le fils prodig(u)e Apple (le walkman est bien le père de l’iPod, non ?) et L’Expansion listait 10 proies potentielles pour vider les poches profondes du géant de Cupertino : plus de 50 milliards de dollars dorment dans le coffre d’Onc’PicJobs. Pourtant, la plus logique et la plus grosse est rarement mentionnée : The Walt Disney Company.

Lors de la guerre de fin de règne de Michael Eisner en 2004-2006, Roy E. Disney, le neveu que Walt (que j’ai portraituré ici) avait pourtant bien rencontré Steve Jobs pour parler du rapprochement entre leurs deux sociétés. Officiellement, ce dernier avait alors décliné. Officiellement.

Des pas en direction l’un de l’autre ont néanmoins été faits depuis. Or, c’est bien connu, il n’y a que le premier pas qui coûte. Jobs a vendu Pixar, qu’il possédait en propre, à Disney, lançant ainsi la revitalisation de l’auguste département d’animation et installant ses propres hommes aux commandes créatives, Ed Catmull et John Lasseter. Ce dernier a désormais aussi la haute main sur les nouvelles attractions des parcs à thèmes : peu à peu, Disneyland se transforme en Pixarland…

Autre renaissance espérée, celle des Disney Stores qui avaient bien perdu de leur panache et qui veulent désormais s’inspirer des méthodes de vente des Apple Stores, le summum à l’heure actuelle.

Troisième pas, la multiplication des deals entre les deux compagnies : le développement de iTunes sur le cinéma et la télévision a été rendu possible en premier lieu grâce à Disney/ABC, le premier studio à y installer son catalogue.

Enfin et surtout, en échangeant ses titres Pixar, Steve Jobs est devenu le premier actionnaire de The Walt Disney Company – il possède notamment plus d’actions que les familles des deux fondateurs réunies – et est entré au conseil d’administration.

Jobs rêve d’une nouvelle aventure…

La dernière Keynote (conférence) de Steve Jobs était pratiquement dénuée d’intérêt si ce n’est celui de confirmer la convergence du futur système d’exploitation de Mac (Lion) avec ceux de ses terminaux mobiles iPhone/iPad. Elle montre les limites de l’exercice. Les présentations de Magic Steve étaient des modèles, avec le temps elles sont devenues un peu ennuyeuses avec leurs tics de langages hyperboliques qui tuent l’hyperbole. Non : faire une bande-annonce à partir de ses films de vacances n’a rien de «révolutionnaire».

Je pense que Steve Jobs s’ennuie un peu lui aussi. On ne peut pas changer le monde tous les ans. Après l’informatique personnelle, la musique, la téléphonie, les tablettes et la télévision (ce dernier sujet n’étant pas encore gagné), qu’est-ce qui pourrait bien le motiver ? Vaincre Google comme il a vaincu Microsoft ? La deuxième fois n’a jamais le goût de la première. Mon intuition est qu’il est à la recherche d’un défi à sa mesure pour les dix prochaines années…

Depuis 2006, je suis convaincu (comme quoi je suis ou visionnaire ou psychorigide) que, à un moment, Apple et Disney vont faire un mariage entre égaux. Contrairement à bon nombre de proies technologiques qui feraient courir un risque de monopole à la firme à la pomme, les activités de Mickey sont au contraire complémentaires : studios, télévision, édition, contenus interactifs, parcs à thèmes etc.

Si le PDG actuel Bob Iger a bien réagi à la crise de succession, il est plus un gestionnaire, comme avant lui Roy O. Disney (père de Roy E.) ou Frank Wells, qu’un visionnaire ou un créatif comme l’étaient Walt Disney ou Michael Eisner (qui n’a pas été que l’autocrate autiste de ses dernières années).

En faisant passer ses personnages de l’écran à la réalité des parcs, Walt Disney a inventé en quelque sorte la 3D et il a révolutionné la pop pulture du 20e siècle. Jobs en a fait de même au tournant du 21e siècle avec la pomme culture en redessinant l’avenir des médias vers le multimédia. C’est en croquant la pomme que Blanche-Neige est morte. Mais c’est peut-être en croquant la pomme que Mickey ressuscitera.

———————–

Le + du Blog du Storytelling

Apple avait viré une première fois Steve Jobs. Puis, après son retour aux affaires, ce dernier a dû s’absenter pour de graves ennuis de santé. À chaque fois, la firme à la pomme a tangué, alimentant la «fameuse question» : peut-elle survivre à son fondateur ? J’ai déjà dressé lé parallèle avec The Walt Disney Company qui a traversé un trou noir après la disparition prématurée de Walt en 1966 dont elle a mis presque 20 ans à se remettre ! C’est aussi une constante de mes écrits : en matière de storytelling, il faut rapidement décider où s’arrête l’histoire du fondateur et où commence celle de l’entreprise.

Profitez de la trêve des confiseurs pour plonger dans les archives du storytelling !

Mercredi 29 décembre 2010

> Le site dans le site : quelle mise en abyme ! ;-)

La Newsletter du storytelling existe depuis septembre 2008 et elle permet chaque mois de traiter l’actualité du storytelling et de faire le point sur un grand sujet. En 2008 : les marques automobiles regardent dans le rétroviseur, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le storytelling, la réponse storytelling à la crise, storytelling des collectivités. En 2009, la problématique du fondateur, les trois âges du marketing, les histoires sont-elles éternelles ?, vive la «néostalgie» !,  êtes-vous une entreprise de type Zeus ou Athéna ?, Héphaïstos ou Aphrodite ?, Poséïdon Apollon ou Dionysos ?, préparer l’après-crise, sérendipité ou quand le hasard fait bien les choses, sérendipité ou comment retrouver le plaisir de la découverte, les forces faibles. En 2010, la colligation ou comment penser hors-cadre, l’ABC du storytelling, prenez le parti des parties prenantes, le grand fail 2.0 de Nestlé, les limites de l’exemple Vuitton, l’iPad l’empire du désir, les 5 éléments clés d’un bon storytelling. Depuis septembre, nous avons commencé une série, un guide pratique du storytelling qui nous emmènera jusqu’en juin 2011 et dont les 3 premiers dossiers étaient consacrés aux entrepreneurs nouveaux narrateurs, le nouveau pouvoir des émotions et les limites du storytelling. Elle se poursuit ce mois-ci avec deux nouveaux articles (ces articles sont ensuite repris en version longue et avec de siens dans le blog).

Si je cite tous ces numéros passés, c’est parce que je suis souvent interpellé sur des sujets déjà traités et pour vous encourager – c’est un bon exercice – à vous extraire de la dictature de l’immédiat et à plonger dans les archives pour y trouver votre bonheur (ben, tiens !). Elles n’ont pas toujours bonne réputation : chez Disney, où j’ai travaillé dans une autre vie et qui en fait pourtant une formidable utilisation, les archives ont longtemps été surnommées… la «morgue» !

En tout cas, celles du storytelling comprennent déjà quelque 25 newsletters, 550 articles de fond sur le blog et 3800 tweets… «and counting» !

Je vous souhaite un bon Réveillon et à l’année prochaine !

Chroniques du storytelling : Quand les fans d’Apple forcent un journaliste à retitrer son papier, miscellanées du jour…

Mardi 28 décembre 2010

> Photo provenant du blog www.jordanpouille.com

> Dans cet intéressant article d’un journaliste de La Vie (http://bit.ly/i0mwg0), ce qui choque plus encore que les conditions de vie des ouvriers de Foxconn (ne serait-ce que parce qu’ils sont moins nombreux à s’y suicider que chez… France Télécom, remettons les choses en perspective !), c’est que les fans d’Apple aient fait pression (et réussi) à le faire retitrer la version en anglais. Ancienne version : «Pourquoi je ne demanderai pas d’iPhone au Père Noël» ; nouvelle version : «La vie des jeunes employés de Foxconn». Le nom d’Apple n’y apparaît plus. Hé, les fan(atique)s, pourquoi ne pas mettre la même pression sur la Pomme pour qu’elle mette un peu d’éthique dans ses produits ?

———-

CULTURE

> Générateur de titres de romans pour écrivains snobs en manque d’inspiration omerpesquer.info/untitre/ (merci @pprodhon)

———-

GASTRONOMIE

> Boucher, charcutier : deux métiers tellement glamour… aux USA ! http://bit.ly/ezIJQp

———-

GRANDE CONSO / GRANDE DISTRIB

> Pas de vrai cheesecake sans Philadephia que Kraft s’appr^terait enfin à lancer en France : http://bit.ly/hnOkgV

———-

INTERNET 2.0

> «Les technologies sont agnostiques, on peut les utiliser pour le bien et le mal.» David Fincher à propos de son film The Social Network (in Les Inrocks)

———-

MÉDIAS

> Le Monde à 1,5 € et Le Figaro à 1,4 € : sympas, les lendemains de Noël. La presse papier n’a décidément besoin de personne pour creuser sa tombe : http://bit.ly/hK9zSV

> La diffusion de la presse cuisine a dégringolé de 7,89% après 10 ans de croissance (Le Monde).

———-

MISCELLANÉES

> RT @shula8 Adidas édite une paire de chaussures en hommage à Tron ! http://j.mp/gkk91w /via @AnotherBibuzz

———-

MOBILITÉ

> La SNCF et ses trains qui prennent 24 h de retard, Air France qui égare les bagages par dizaines de milliers : que sont nos fleurons nationaux devenus?

———-

POLITIQUE

> «Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.» Harry Truman (merci @ordjoun)

———-

TECHNOLOGIQUES

> Quand Steve Jobs et ses célèbres keynotes inspirent Xavier Niel http://bit.ly/gsjBfx

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter. Les tweets précédés de la mention RT sont écrits par les personnes citées : RT @nom.

Storytelling pâtissier : l’origine de la bûche de Noël

Vendredi 24 décembre 2010

> Bûche Louis-Marie de Castelbajac pour Pierre Hermé, Noël 2010

Il existe depuis toujours des desserts associés à la célébration de Noël dans nos régions (les 13 desserts provençaux, le kouglof alsacien etc.) mais la bûche de Noël est une invention apparue tardivement, à la fin du 19 siècle, à l’époque où chauffages au poêle puis central remplaçaient peu à peu l’antique cheminée. Sa forme est donc avant tout un substitut à la disparition de la «vraie» bûche en bois !

Et c’est Pierre Lacam, dans son célèbre Mémorial de la pâtisserie (1888) qui en a donné la première recette iconique, aux marrons bien évidemment. Après la seconde guerre mondiale, elle devient le dessert des familles, au chocolat, à la vanille et plus récemment encore à tous les parfums imaginables. Aujourd’hui, il n’est pas un pâtissier digne de ce nom qui ne crée «sa» bûche chaque Noël…

———-

> Encore un peu de storytelling gourmand : sur ce timbre espagnol (d’avant l’euro), une jeune fille récolte du miel sauvage qui servira ensuite à sucrer des galettes de blé. Cette peinture rupestre (grotte de l’araignée près de Valence) marque l’invention de la pâtisserie il y a quelque 8.000 ans !

> Pour en savoir plus sur le storytelling de nos desserts, visitez mon blog personnel et gourmand  Du Sacré au Sucré – Un Blog de Bon Goût.

Chroniques du storytelling : storytelling pâtissier, Vuitton se fait la malle, storytelling et politique…

Jeudi 23 décembre 2010

> Le très bon docu «La revanche des pâtissiers» sur France 5 lundi 20 (rediffusé ce jeudi 23) nous a beaucoup parlé, question storytelling pâtissier. Avec quelques citations glanées ici et là:

> «Le dessert est universel mais la pâtisserie est française».

> «Aujourd’hui les femmes n’aiment plus seulement les pâtisseries, elles aiment les pâtissiers» (Christophe Michalak au Plaza Athénée, Christophe Adam chez Fauchon).

> «Tout ce que vous voyez à La Pâtisserie des Rêves doit raconter la même histoire».

> «La pâtisserie c’est vouloir faire plaisir aux gens» : Laurent Jeannin,  chef pâtissier du Bristol.

> Les dessert, leur histoire, leur storytelling : c’est la raison d’être de mon blog personnel : Du Sacré au Sucré – Une histoire de bon goût.

———-

CHINE

> La Chine prête à lancer un nouveau Plan Marshall pour sauver l’Europe ! http://bit.ly/g3poFM On est décidément entré dans le siècle de la Chine…

> Le racisme anti-chinois (et anti-asiatique) est le dernier racisme politiquement correct : http://bit.ly/ehdjxl

———-

CULTURE

> Stage Entertainment annonce 200.000 billets vendus depuis le lancement de Mamma Mia à Mogador et un taux de remplissage de 99% !

———-

LUXE

> Comment LVMH veut transformer un vin en marque hôtelière : Cheval Blanc : http://bit.ly/ejvbrd

> Storytelling des malles Louis Vuitton ou l’art de voyager avec les grands explorateurs et artistes…

———-

MÉDIAS

> Parce que l’histoire peut changer en une nuit, excellente campagne iTélé (merci @albanvdk).

———-

MISCELLANÉES

> «Je ne suis jamais dans l’actualité, je suis dans le futur». Inénarrable Arielle Dombasle (dans GQ)

> Incroyables photos retrouvées des 6 mois en 1969 où les chutes du Niagara furent complètement asséchées ! http://bit.ly/gCDQ5r

> «La Belle au Bois Dormant est aussi belle parce qu’elle dort beaucoup ?» demande la fillette à son père, scientifique. La réponse est oui. http://abcn.ws/gqvjnX

———-

POLITIQUE

> Un dossier non caricatural sur le storytelling & la politique dans Réforme, le mag. protestant en kiosque (avec du @sebastiendurand inside)

———-

SÉMANTIQUE

> Un peu marre de ces «looser» et autres «making off» qui sont des «anglicismes»… que les Anglo-Saxons ne comprennent pas (loser, making of)

———-

TECHNOLOGIQUES

> 1/3 des 15-17 ans considèrent leur téléphone comme un doudou et le mettent sous l’oreiller pour dormir ! http://bit.ly/hx0UCm

> Ouverture de deux Orange Stores (Lille, Lyon) inspirés par les Apple Stores. Mais mettre «Store» ne suffit pas pour faire rêver !

———-

TOURISME

> «L’Argentine un pays plein de promesses» Ah, le super slogan touristique! Et l’alternance tu/vous dans le texte…

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter. Les tweets précédés de la mention RT sont écrits par les personnes citées : RT @nom.

Guide Pratique du storytelling 4/11 : le périmètre d’action

Lundi 20 décembre 2010

> Michelin est un bon exemple d’entreprise fidèle à son storytelling depuis toujours. En proposant le Guide Rouge aux gastronomes, le Guide vert aux voyageurs et les panneaux de signalisation routière à tous ceux qui prenaient leur voiture, les frères Michelin ont tout simplement inventé le tourisme moderne. Aujourd’hui, le Bibendum peut aussi s’occuper de la gestion des pneus des flottes de véhicules professionnels. Mais plus que ces derniers, ce que Michelin raconte depuis ses origines, c’est l’aventure de la mobilité.

Après avoir vu les limites du storytelling, nous nous intéressons ce mois-ci à son champ d’application.

Comment une entreprise organise-t-elle sa stratégie ? Différemment selon les époques. La première moitié du 20e siècle a constitué l’âge d’or de l’offre car tous les produits ou presque étaient des innovations de rupture. Henry Ford pouvait dire : «Mes clients peuvent commander la Ford T dans la couleur qu’ils veulent… du moment que c’est en noir» ! Lui a succédé l’âge des marques qui se battaient pour capter l’attention du consommateur. La Tokyo Tsushin Kogyo a ainsi choisi un nom, Sony, qui sonnait «international» pour faciliter son intégration auprès des consommateurs non japonais. Depuis le début du 21e siècle, et singulièrement par le biais des médias interactifs et des réseaux sociaux, nous sommes entrés dans l’âge des histoires. Les entreprises-narratrices racontent une histoire que les clients-narrataires s’approprient, propagent et lui renvoient. Aujourd’hui, la stratégie marketing doit s’organiser autour d’un tel storytelling qui peut ensuite se décliner de multiples façons.

INSPIRER LES PRISES DE PAROLE

Une fois déterminé, le storytelling inspire en effet les différentes prises de parole de la marque et peut se décliner sur tous les supports. Par exemple, bien plus qu’un simple vendeur de bagages, Louis Vuitton incarne depuis toujours l’art du voyage. Il raconte cette histoire dans des expos, comme en ce moment à l’Hôtel Carnavalet à Paris, mais aussi par le biais de malles géantes installées sur la façade de son «flagship store» des Champs-Élysées afin de mieux en événementialiser l’ouverture ! Et les nouveaux voyages étant intérieurs, la marque au monogramme a également proposé des audio-guides à emmener dans son iPod pour écouter Gong Li vous raconter «son» Pékin…

TOUT LE MONDE A UNE HISTOIRE

De ce point de vue, rassurons tout se suite les jeunes entrepreneurs, il n’est pas nécessaire d’avoir une longue histoire pour en faire toute une histoire ! Le storytelling peut aussi être projectif, c’est-à-dire servir de guide pour l’histoire à construire et nous travaillons souvent avec des jeunes pousses. Le storytelling leur sert alors à partager leur vision et à trouver ainsi ceux qui veulent les accompagner dans cette voie. À défaut de la sienne, une entreprise peut s’approprier l’histoire des produits qu’elle rachète, voire de celles de ses clients : plutôt que de rappeler ses origines, HSBC (dont le nom signifie Hong Kong & Shanghai Banking Corp.) préfère raconter que ses clients la considèrent partout comme une banque locale et les coups de pouce qu’elle a pu leur apporter dans leurs business respectifs. Seuls ceux qui se positionnent sur le low cost peuvent se passer de storytelling. Tant qu’ils tiennent leur promesse d’être les moins chers, ils n’ont pas forcément besoin d’en dire plus. Mais il ne peut y avoir qu’un seul moins cher par secteur, pour tous les autres… c’est une autre histoire !

LA PERSONNIFICATION

Enfin, il peut aussi être tentant de centrer le storytelling sur le fondateur ou le patron emblématique car ils «incarnent» naturellement leur entreprise : Alain Afflelou ou Carlos Ghosn. À défaut, un ambassadeur extérieur «inventé» peut faire office de héros : Mère Denis ou Dom Patillo. Enfin, une personnalité reconnue peut apporter son charme ou sa crédibilité : George Clooney ou Sébastien Chabal. Pourtant, cela présente aussi des risques : Apple a perdu toute «personnalité» pendant les années où Steve Jobs ne la présidait plus, Monsieur Marie a fini par lasser et Tiger Woods a coûté cher à certains de ses sponsors. Aussi, si le storytelling de personnification est un «booster» reconnu de notoriété, il faut prévoir le plus en amont possible la séparation des deux histoires, celle de l’entreprise, celle de son incarnation physique. Un bon exemple : Bill Gates. Dans les années 1990, il était sans doute l’homme le plus haï au monde et cela avait un impact sur l’image de son groupe. Il a consacré la décennie 2000 à passer les rênes de Microsoft et à se réinventer dans le rôle du plus grand philanthrope des tous les temps. Mission réussie.

> À suivre : quelle équipe dédiée en interne pour initier la démarche storytelling ?

Chroniques du storytelling : Ecclestone se fait voler sa montre Hublot, le temps où Hotmail était hot…

Lundi 13 décembre 2010

> « Regardez ce que les gens sont prêts à faire pour une Hublot« . Agressé physiquement, Bernie Ecclestone fait de son histoire (vraie) un storytelling publicitaire pour un horloger. Inédit.

———-

APPLE

> iPhone téléphone des riches et des pays du Nord, Nokia téléphone des pauvres et des pays du Sud ? http://bit.ly/fTuGQ2

> Steve Jobs se paie Norman Foster pour le nouveau QG d’Apple: http://pulsene.ws/sNs2

———-

BANCASSURANCE

> Babrun Cantona : une anthologie des paniques bancaires… au cinéma ! http://bit.ly/hYOESt

———-

CHINE

> Une version érotique des contes de Grimm traduite par erreur en Chine : http://bit.ly/eVZBSK

> Le siècle de la Chine. «La parenthèse occidentale s’est refermée» : le ministre des finances chinois à DSK (in Challenges).

———-

CULTURE

> Même Capital n’a rien trouvé à redire à la réussite de Stage Entertainment, devenu en quelques années le leader mondial du musical. En France, «c’est Le Roi Lion» et «Mamma Mia!» : http://bit.ly/eINrWY (M6 Replay)

> Storytelling 2.0 – The Johnny Cash Project ou quand ce sont les fans qui continuent l’histoire : http://bit.ly/ifjVgy

> National Geographic : «L’archéologie est un outil très pratique pour créer des identités nationales» Ex: récup de l’épopée Vikings par la Norvège, du Roi David par Israël etc.

> «21% seulement des Français sont prêts à faire un don à un établissement culturel» (in Stratégies)

———-

DISNEY

> 9/12/1993 : George Lucas inaugurait Indiana Jones et Le Temple du Péril et une vraie tempête nous tomba dessus (j’y étais) !

> La stratégie de Disney pour développer Marvel, décodée par l’ancien PDG Disney Europe, Pierre Sissmann : http://bit.ly/16jRIj

———-

F&B

> «À terme, les marques (de vins) supplanteront les appellations» : Pierre Castel : http://bit.ly/fK9iTN

———-

GASTRONOMIE

> La belle histoire de l’invention de la pâtisserie : http://bit.ly/f8rNAf (sur mon blog perso)

———–

INTERNET 2.0

> «Hotmail et moi, c’est fini» sur Slate : http://bit.ly/fNF16O L’intéressant storytelling d’une messagerie qui fut (il y a longtemps) «hot» et ce qu’elle a signifié pour les gens de ma génération (i.e. ceux qui étaient en ligne vers le milieu des années 90). Je me souviens quand je recevais mes premiers mails venus d’adresses en «hotmail», je croyais qu’il s’agissait de spams porno !

———-

LUXE

> Liz Taylor : «Il n’y a pas que l’argent dans la vie, il y a les fourrures et les bijoux aussi» (Expo Bulgari, Grand Palais)

> Le luxe aime les contes : les sites de Louis Vuitton et Cartier utilisent ce bais pour Noël.

———-

MEDIAS

> «Assange a été arrêté» vs. «Assange s’est rendu à la police»: suivant la formule, les médias choisissent leur camp.

> «Real time is the new prime time» Rania de Jordanie (in Challenges)

———-

MISCELLANÉES

> RT @moreauchevrolet : 200 ans d’évolution de 200 pays, en 4 minutes. Les stats comme vous ne les avez jamais vues. Géniale idée de la BBC :

———-

PARTIES PRENANTES

> La plus grande plainte de l’Histoire : 1,5 million d’anciennes employées poursuivent WalMart pour discrimination : http://bit.ly/hvYbtZ

> Réconciliation au nom du storytelling : «J’y aspirais pour L’Oréal qui poursuit sa merveilleuse épopée» : Françoise Bettencourt-Meyers (CP officiel)

> Leçon à tirer de WikiLeaks pour les entreprises: tôt ou tard, tous leurs secrets seront sur la place publique : http://econ.st/eDSBlI

———-

TECHNOLOGIQUES

> «Les opérateurs télécoms et les nouveaux barbares» : http://bit.ly/dPXWTc Vivement la fin de l’empire Orange et consorts !

> Philips : «Il y a des milliers de façons de raconter une histoire mais une seule façon de la vivre»

———-

TOURISME

> Albi, être classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco est une chose, une autre est de professionnaliser son offre culturelle (in L’Express)

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter. Les tweets précédés de la mention RT sont écrits par les personnes citées : RT @nom.

Chroniques du storytelling : prochaines formations storytelling, 100 millions de «like» sur la page FB de Disney…

Lundi 6 décembre 2010

Mes clients et des formations m’ont un tenu un peu éloigné du blog ces derniers temps. Et à propos de formation, j’en assurerai une autre sur le thème «Storytelling : réenchantez votre stratégie de communication» les 29 et 30 mars prochains avec Stratégies (renseignements/inscritptions : http://bit.ly/abdX6X).

AUTOMOBILITÉ

> Pour fêter son succès sur Facebook, Porsche va graver les noms de 1 million de ses fans sur une auto collector : http://bit.ly/ibqLSm

———-

CULTURE

> Yale University accepte de restituer au Pérou les reliques volées au Machu Picchu : http://bit.ly/eEFzWO À quand British Museum vis-à-vis des frises du Parthénon ?

———-

DISNEY

>Disneyland Paris et Pierre & Vacances misent sur la géothermie pour développer leur Village Nature : http://bit.ly/hdvmmo

> «Epic Mickey» : enfin, le côté obscur de Mickey : http://bit.ly/espzfJ

> Revitalisé par les talents de Pixar, Disney signe avec «Raiponce» un retour à ses fondamentaux narratifs.

> 100 millions de «j’aime» sur la page Facebook de Disney, cela valait bien un merci de Mickey à ses fans. (merci @camillejung)

———-

GASTRONOMIE

> Selon les pisse-froid du ministère de la Culture qui ont mis longtemps à appuyer la candidature du repas français au Patrimoine mondial immatériel de l’Unesco : «La gastronomie n’élève pas l’âme au même titre que l’opéra ou les cathédrales» : http://bit.ly/erdeu8

> RT @albanvdk : Après Lille, Meert ouvre enfin ses portes à Paris, à l’angle de la rue Elzévir Paris 4e.

———-

GRANDE CONSO / GRANDE DISTRIB

> En croyant que l’avenir était à l’embourgeoisement, le hard discount a trahi son storytelling et perdu des PDM : http://bit.ly/i30Q8m

> Comme pour les théâtres, les grands magasins sont à l’origine des cadeaux d’entrepreneurs à la femme qu’ils aimaient : Le Bon Marché, Le Printemps, La Samaritaine etc.

———-

INTERNET 2.0

> Créer sa propre histoire 2.0 grâce à Google : http://www.youtube.com/uneHistoire

———

LUXE

> Pour PPR, «le lifestyle, qui combine bien-être et vie quotidienne, est la tendance porteuse, et pour longtemps» : http://bit.ly/hpKYdK

———-

MÉDIAS

> Énième recentrage, cette fois vers les médias français : qui comprend encore quelque chose à la stratégie de ex-Matra, ex-Hachette, bientôt ex-Lagardère?

> Lagardère : «Être un leader mondial comporte trop de risques». Ça, c’est un langage d’entrepreneur !

———-

MISCELLANÉES

> Le 11 avril 1954 a été le jour le plus chiant du 20e siècle, preuves scientifiques à l’appui : http://bit.ly/gPNxhU

> RT @camillejung : «Pour aller mieux, revisitez votre histoire !» http://ow.ly/3h6cj

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter. Les tweets précédés de la mention RT sont écrits par les personnes citées : RT @nom.