juillet, 2010 | le blog du storytelling le blog du storytelling

Archive pour juillet 2010

Chroniques du storytelling : « Inception » une intrigue vieille de 2300 ans, génération « tibiwangzi »…

Dimanche 25 juillet 2010

> Les grandes typologies narratives traversent les siècles…  Inception, de Chistopher Nolan, n’est-il pas finalement qu’une variation du poème taoïste de Zhuangzi ? Un philosophe rêve qu’il est un papillon. A son réveil, il se demande si ce n’est pas lui, finalement, qui ne serait que le rêve du dit papillon…

———-

APPLE

> Profits trimestriels d’Apple en hausse de 78% ! L’iPod est en baisse mais sinon, tout va au mieux : il ne s’est jamais autant vendu de Macs ni d’iPhones. Et l’iPad démarre plus que bien.

>Apple qui rit, Nokia qui pleure (LG aussi d’ailleurs).

———-

CHINE

> Génération tibiwangzi 提笔忘字 («prendre stylo / oublier idéogramme») : en Chine aussi, l’envoi de SMS nuit gravement à l’orthographe.

———-

CULTURE

> Le spectacle de tous les records, Le Roi Lion, s’arrête à Mogador : 1,3M spectateurs, 12% des recettes des théâtres privés parisiens !

> Question existentielle tirée du «Combat Ordinaire» de Manu Larcenet (admirable série)

———-

ENERGETIQUES

> Le PDG de BP démissionnera (sera démissionné) sous 48h. Le temps du fusible est venu.

———-

GASTRONOMIE

> Paul Bocuse, le primat des gueules, entame doucement sa succession.

———-

GENERATION 2.0

> Chez les jeunes, l’usage du smartphone est en train de supplanter celui de l’ordinateur – (merci@ejacquin)

———-

GRANDE CONSO / GRANDE DISTRIB

> Findus renonce à l’huile de palme dans tous ses produits.

>  Ikea lance une appli iPhone avec des jeux interactifs, s’appuyant sur une étude sur l’importance du jeu. (merci @camillejung)

———

INTERNET 2.0

> Facebook revendique 500 M d’utilisateurs et les invite à partager leurs histoires.

———-

JEUX VIDEO & JOUETS

> Barbie vs. Bratz : Mattel ne peut revendiquer (et c’est heureux !) l’exclu sur «les poupées à la mode» estime un tribunal américain

———-

LUXE

>  Les «éléments de langage» fournis par le patron de L’Oréal à ses salariés sur l’affaire Bettancourt. (merci @david_reguer)

———

MEDIAS

> Le Times a perdu 90% de son lectorat online depuis qu’il est payant. La vraie question: peut-il gagner de l’argent avec les 10% restants?

> Le premier magazine iPad dont le contenu, personnalisé, est agrégé par vos réseaux d’amis (Facebook, Twitter etc.) (merci @ benoitraphael) Un résultat remarquable !

———-

MOBILITE

> Pour renouveler ses Eurostar, la SNCF préférerait acheter ses TGV à Siemens plutôt qu’à Alstom.

———-

PARTIES PRENANTES

> «Les 50 plus grands patrons de l’histoire» selon Capital (liste hélas partiale, partielle et avec pas mal d’erreurs).

———-

SPORT

> Encore plus mauvais joueur que l’Equipe de France, Adidas réclame un dédommagement à la FFF !

———–

TOURISME

> France.fr restera indisponible tout l’été ! Ca ne gêne personne au secrétariat d’État au tourisme ?

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter.

Earl of Sandwich 2/2 : Planet Earl

Jeudi 22 juillet 2010

> Suite de Earl of Sandwich : le sandwich qui vaut de Lord

En anglais, «earl» veut dire «comte». Mais «Earl» est aussi le nom de famille du vrai cerveau derrière le concept de Earl of Sandwich, Robert Earl.

Ce spécialiste de la restauration à thème, né en 1951, sait mettre son carnet d’adresses au service de ses affaires. Il a fait ses classes chez Hard Rock Café avant de fonder sa propre chaîne. Avec des actionnaires très médiatiques comme Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger, Bruce Willis et Demi Moore, ainsi que des accessoires tirés des plus grands films américains, Planet Hollywood a été l’un des grands succès des années 1990 avant que son étoile ne pâlisse. Il n’en reste aujourd’hui qu’une vingtaine dans le monde contre plus de 100 à leur apogée.

S’il agissait alors de créer une sorte de McDonald’s premium sur le thème du cinéma, c’est aujourd’hui le succès d’une autre chaîne de fast food, Subway, qui inspire le concept de Earl of Sandwich qu’on peut lire aussi bien comme «Comte de Sandwich» que comme «Earl & Sandwich»…

Chroniques du storytelling : Le storytelling c’est forcément mal puisque Sarkozy s’en sert, face aux natifs digitaux leurs parents utilisent encore le Minitel…

Mercredi 21 juillet 2010

> Pour Libé, le storytelling est ontologiquement mauvais quand il est pratiqué par des hommes politiques de droite. «Le storytelling confère au message politique les apparences d’information objective». Non, ça c’est la définition journalisme pratiqué par Libé.

> Bruno Roger-Petit touche bien plus juste en commentant ce dossier : «Le storytelling ça marche quand ce que l’on raconte est authentique sinon grande est la désillusion».

> Bon, je le dis souvent (en même temps, c’est mon métier) mais le storytelling est une technique : il est donc ce qu’en en fait. En mélangeant salpêtre, souffre et charbon de bois, les Chinois ont inventé les feux d’artifice, les Occidentaux la poudre à canon.

———-

CHINE

> 50% du réseau mondial des TGV sera chinois en 2012 (Chine Plus)

———-

GASTRONOMIE

> Crème brûlée 2.0 à San Francisco : le vendeur ambulant prévient ses clients via Twitter. (merci @bzante)

> Chez Taillevent, pour votre anniversaire, le chef pâtissier peut recréer le gâteau qui vous faisait rêver enfant.

———-

GRANDE CONSO / GRANDE DISTRIB

> Amis twittos qui postez depuis quelques jours une «pub Sprite censurée» car trop hot, il s’agit d’un vieux fake. La réponse de Coca-Cola ici.

> La bière Desperados cède elle aussi à la tentation de la personnalisation.(merci Jean-Edouard Coste)

———-

INTERNET 2.0

> Ben & Jerry’s arrête sa newsletter au profit de sa page fan facebook et de son compte twitter. Anecdotique ou défricheur de tendance ? (merci @camillejung)

> @Ludovicjokiel : «Ce qui tend a devenir gratuit va bientôt l’être…il faut qu’il le soit et gagner de l’argent autour…»

> «Les jeunes ne croient plus au futur et surinvestissent le présent»

> Amazon vend désormais presque deux livres numériques pour un livre papier

———-

MICROCOSME

> «Quel est l’opposé du storytelling ? Le powerpoint»: Laurent Sabbah, directeur com interne de Club Med (cité in Human K+)

———-

PARTIES PRENANTES

> «J’ai un bon salaire pour le travail que je fais» : la campagne de com sociale de Carrefour ne passe pas auprès de ses salariés (Libé)

———-

POLITIQUE

> Du droit d’un otage d’être indemnisé par ceux qui l’ont libéré/soutenu. Ingrid Betancourt, une icône bien écornée

> L’affaire Woerth/Betttencourt sur Facebook (hilarante parodie de Slate) (merci @pprodhon)

———-

TECHNOLOGIQUES

> Retour vers le… passé : la France compterait encore deux millions d’utilisateurs du Minitel ! (merci @ozap)

———

THE OU CAFE ?

> «ECC, qui produit des capsules de café compatibles Nespresso, a porté plainte contre X pour espionnage industriel».

———

TOURISME

> Club Med est-il sur le point de passer sous le drapeau brunéien ?

> Le site officiel de la France est en rade depuis une semaine : le symbole est quand même terrible…

>  Curieux de lancer un rapport sur «l’attractivité de la France» en pleine nième grève des contrôleurs aériens.

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter.

Les 3 leçons de l' »antennagate » d’Apple

Mardi 20 juillet 2010

> Lors de sa keynote de crise, Steve Jobs a dévoilé la chambre d'écho où l'iPhone 4 a été testé. Une installation à 10 millions de dollars qui ne répond pourtant pas au problème de fond : Apple n'est-il pas devenu une société comme les autres ?

Que dire de l‘«AntennaGate» de l’iPhone 4 qui n’a pas été dit ? Et de la réponse finalement apportée par Apple en fin de semaine dernière ? Tous les spécialistes de la com de crise ne s’accordent pas. Ma position est qu’Apple a bien répondu mais tardivement. Si on s’extrayait plutôt de l’écume des jours pour essayer d’en tirer trois enseignements ?


Apple vit dans un rapport maître/esclaves

Jusqu’ici, les produits Apple s’adaptaient à l’utilisateur. C’était même leur caractéristique principale face au reste du monde de l’informatique. Maintenant, on sait que c’est nous qui ne sommes pas assez intelligents pour utiliser un iPhone correctement : «Nous n’avons pas assez fait de pédagogie» concède, un brin consterné par notre médiocrité, le grand manitou. Steve Jobs est peut-être (sans doute même) un génie mais il vit vraiment dans un autre monde que le nôtre, pauvres mortels…

Apple vit toujours dans un monde vertical

Dans un monde où «la marque n’appartient plus à l’entreprise mais à ses fans. Et même à ses détracteurs» (ainsi que le souligne Benoît Raphael), Apple n’a pas modifié d’un iota son approche vis-à-vis de ses communautés. Contrairement aux affirmations de la Pomme, elle est grandement responsable d’avoir laissé la presse et le web s’enflammer. Rien de 2.0 chez Apple qui est toujours dans un rapport totalement vertical (lui en haut, nous en bas) et non horizontal. Avec les ficelles de la com du siècle dernier. Un exemple parmi d’autres : quand une annonce est faite le vendredi aux USA, Apple.fr met le communiqué en anglais sur son site et attend généralement le début de la semaine suivante pour le faire traduire… Quand tout le monde l’a déjà commenté !

Apple est devenu une société comme les autres

Enfin, Jean Allary notait dans son blog la concomitance de cette crise avec une autre, finalement passée presque inaperçue alors que potentiellement plus grave qu’un défaut d’antenne : le récent piratage d’iTunes. Quand Apple était le challenger, il était «safe», à la fois grâce à sa politique de sécurité mais aussi parce que les hackers préfèraient s’attaquer aux grands méchants. Ce n’est plus le cas car la Pomme est devenue hégémonique.

Le lancement de l’iPad – soutenu au-delà de toute raison par une presse à bout de souffle qui espère en lui comme le Messie – a pu un moment faire illusion. Mais les médias considèrent à juste titre que l’entreprise que Jobs a bâti est devenu une société comme les autres. Et comme l’iPhone 4 n’était pas exempt de défauts, il est normal qu’ils s’en délectent. Apple ferait bien de méditer ce vieux principe RP : «Les médias : d’abord, ils te lèchent, ensuite ils te lâchent, enfin ils te lynchent».

Ce n’est pas inéluctable. La question est seulement de savoir si Apple a la volonté de changer son logiciel de pensée…

Earl of Sandwich 1/2 : Le sandwich qui vaut de Lord

Lundi 19 juillet 2010

On dit que «l’Histoire ne repasse pas les plats» mais il lui arrive heureusement de repasser les tartines ! Ainsi, Lord  Montagu, 4e comte de Sandwich (1718-1792) aurait pu passer à l’infamie pour avoir été l’amiral de la flotte qui a fait perdre à l’Angleterre la guerre d’indépendance de ses colonies américaines. Mais il est passé à la postérité pour l’invention d’un délice culinaire qui porte son nom.

Sa passion pour les cartes le gardant à la table de jeu pendant des heures, il en oubliait presque ses repas. C’est ainsi qu’un jour de 1762, son maître d’hôtel lui apporta une pièce de bœuf salé et du fromage, le tout entre deux tranches de pain afin de le sustenter. Le nom du domestique n’est pas resté dans l’histoire, au contraire de celui de son maître qui apprécia cette innovation culinaire. Il ne fut pas le seul, les autres joueurs réclamant bientôt : «la même chose que Sandwich». Et c’est ainsi qu’un nom propre est devenu commun.

De nos jours, John Montagu, 11e comte de Sandwich, et son fils cadet Orlando ont décidé de «récupérer» ce nom qui est le leur en fondant une chaîne de restaurants à thème, Earl of Sandwich dont le premier a ouvert à Walt Disney World en Floride. Le prochain est prévu à Disney Village, à Marne-la-Vallée. Dans une déclaration très storytelling, Sir John rappelle que «c’est nous qui l’avons inventé et nous en mangeons depuis 1762 ! Nous savons donc ce qu’est un bon sandwich». Rendez-vous en avril 2011 pour savoir si la promesse est tenue.

———-

> A suivre : Robert Earl,  Planet Earl

Chroniques du storytelling : «Quand la légende devient un fait établi, imprimez la légende», «L’Internet par Orange, c’est une chance pas une obligation !»

Jeudi 15 juillet 2010

> Arte a rediffusé l’autre soir ce chef d’oeuvre du western, Qui a tué Liberty Valance, qui se termine avec cette phrase : «Quand la légende devient un fait établi, imprimez la légende». C’est presque une devise pour le storytelling, c’est la mienne en tout cas !

———-

APPLE

> Apple comptera 25 Stores en Chine d’ici la fin 2011 ! (merci @Laurent65)

> Selon une veille de NéKid, 37% des propriétaires d’iPad sont des primo-accédant sà la marque Apple.

> Suite aux problèmes rencontrés avec l’iphone 4 (?), Apple organise une conférence de presse demain. Rappel en vue ?

———-

CHINE & ASIE

>  Contrairement à une idée reçue, une grande partie des Japonais ne sont pas technophiles du tout. (merci @albanvdk)

———-

DISNEY / PIXAR

> La fin bouleversante de Toy Story 3 signe la fin de l’enfance. Celle de la fin de l’enfance de Pixar aussi ?

———-

F&B

> 25 McDonald’s français testent la pré-commande en ligne. (merci @carolinedeleuze)

———-

GRANDE CONSO / GRANDE DISTRIB

> Carrefour avait fait le pari cynique de la défaite de l’équipe de France en proposant de rembourser les téléviseurs achetés pendant le Coupe du Monde… si les Français gagnaient. En Espagne, ils ont fait le même pari… et cette fois, c’est le distributeur qui a perdu.

> Peter Brabeck, Le PDG de Nestlé, donne son point de vue : «L’eau pour tous et le bio c’est out, les OGM c’est in». Ca fait un peu froid dans le dos, quand même…

———-

INTERNET 2.0

> Le prix de l’amour : un «fan» d’une marque sur Facebook serait prêt à dépenser pour elle 71 $ de plus que pour une marque dont il n’est pas fan. (merci @laurentjavault)

> Contrairement aux tycoons du CAC40, les nouveaux rois du web ne bâtissent pas leur empire pour le léguer à leur progéniture. Ils ont conscience de la précarité de leur situation et, de plus, pensent que l’héritage se mérite, il n’a rien d’automatique…

———-

LUXE

> La Tribune confirme mon info d’il y a plusieurs mois : Louis Vuitton va lancer son premier parfum.

———-

MOBILITE

> Les ICE allemands sont comme nos TGV français, ils ne sont pas fait rouler en extérieur !

———-

PARTIES PRENANTES

Ainsi que le rappelle Xavier Niel dans Challenges, les nouveaux patrons du web ont une certaine éthique sociétale, au contraire de leurs aînés. «Derrière chaque succès (des Arnault, Pinault, Bolloré etc.), il y a un meurtre..

———-

POLITIQUE

> Ingrid Betancourt regrette sa demande d’indemnisation à la Colombie. Les larmes, ça marche toujours (ou pas). Encore un storytelling qui déraille…

———-

TECHNOLOGIQUES

> Asus, inventeur du mini-PC, rattrapé par ses concurrents, est en plus mis à mal par le succès de l’iPad (La Tribune).

———-

TELECOMS

> En acceptant la requalification d’un suicide en «accident du travail», le PDG de France télécom a fait un vrai geste d’apaisement. http://bit.ly/8ZJtPO

> Pas assez cependant pour changer mon avis sur Orange, sans doute l’une des marques à la politique commerciale la plus détestable qui soit. Je rappelle pour mémoire cette phrase immortelle d’un technicien, intervenant chez mon ami @camillejung après plusieurs semaines sans connexion : «Mais Monsieur, l’Internet par Orange, c’est une chance, pas une obligation !».

THE OU CAFE ?

> Kusmi Tea, un storytelling franco-russe pour une maison de thé, pas si évident (mais légitime).

> 56% des testeurs à l’aveugle préfèrent les capsules Casino (Ethical Coffee) à celles de Nespresso (étude Kurt Salmon).

———-

TOURISME

> France.fr : le site que vous demandez n’est pas accessible, veuillez rappeler ultérieurement. C’est la France éternelle…

> Au parc Astérix, les bandes se battent de plus en plus régulièrement. Ca n’a rien à voir avec les combats des albums, il faudra bien que la direction se saisisse du problème au lieu de le nier…

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter.

Les 5 éléments clés d’un bon storytelling 2/2

Jeudi 15 juillet 2010

> Cette pub réalisée par BETC en 2009 a emporté l’adhésion des professionnels comme du public parce qu’elle respecte tous les critères d’un bon storytelling. Normal que le héros, Lucas G., soit scénariste à Canal+ !

> Suite du post sur 1- le protagoniste ; 2 – la quête ; 3 – l’antagoniste.

4 – Le moment paroxystique

Pour que l’histoire soit passionnante, il y a presque nécessairement un moment de crise, un paroxysme. Pour que le gentil gagne, encore faut-il qu’il affronte le méchant. Chez Apple, cela a pu prendre la forme de situations de comédie où un jeune homme cool (Mac) ridiculise régulièrement un cadre coincé (PC).

Mais cela a pu également s’incarner dans un des plus célèbre spots de l’histoire de la pub : la firme à la pomme lançait son Macintosh comme une alternative au monde totalitaire d’IBM, vu comme l’incarnation du roman 1984 de George Orwell !

5 – And the show must go on…

Contrairement à la plupart des histoires, le storytelling en entreprise ne s’arrête pas au happy end… Comment (re)mobiliser les collaborateurs ou susciter un sentiment d’urgence d’achat chez les clients si on a «gagné» ? Les entreprises qui parviennent au rang de numéro 1 prennent souvent une posture défensive, à défaut de savoir comment relancer la machine… Le storytelling doit permettre aux narrateurs, comme aux «narrataires» (la cible) de continuer l’histoire. Quand Renault a sorti la Twingo en 1994, son slogan était «À vous d’inventer la vie qui va avec».

Vous voilà au fait des 5 éléments incontournables qui font un bon storytelling. A vous d’inventer les histoires qui vont avec !

———-

Les 5 éléments clés d’un bon storytelling 1/2

Lundi 12 juillet 2010

> Cette pub réalisée par BETC en 2009 a emporté l’adhésion des professionnels comme du public parce qu’elle respecte tous les critères d’un bon storytelling. Normal que le héros, Lucas G., soit scénariste à Canal+ !

Si vous lisez ce Blog ou la Newsletter régulièrement, le storytelling n’a (presque) plus de secrets pour vous. Vous savez déjà si votre entreprise est de style Zeus, Dionysos ou Aphrodite (cf. newsletter mai 2009 ici) et donc quelle typologie narrative développer. Mais quels sont précisément les éléments qui forment une bonne histoire ? Et comment les articuler entre eux ?

1 – Le protagoniste

Il n’existe pas d’histoire sans héros, il est donc primordial de bien choisir son protagoniste. Contrairement à l’idée que beaucoup se font du storytelling, il n’est pas nécessaire que ce soit le fondateur ou la marque elle-même. Les banques (qui ont une réputation déplorable) préfèrent en général utiliser leurs clients comme moteurs de l’action. Et Carglass n’hésite pas à mettre en avant ses propres collaborateurs, par définition premiers storytellers de l’entreprise.

2 – La quête

«Les plus beaux paradis ne sont-ils pas les paradis perdus ?» demandait déjà James Hilton. Le héros doit en effet s’atteler à une quête sinon on est dans une histoire sans enjeu. Le schéma narratif classique implique un protagoniste chassé de l’Eden et qui n’aura de cesse d’y revenir. Plus les produits sont industriels, plus ils sentent la nécessité de raconter des histoires «authentiques» du temps jadis quand tout allait «mieux», que tout était plus rassurant. Vedette ne vient-il pas de ressusciter la Mère Denis, la célèbre lavandière de notre enfance ?

3 – L’antagoniste

Qui dit protagoniste dit souvent antagoniste. Même en interne, ce «nous contre eux» est un facteur de mobilisation important contre la concurrence, la crise ou la régulation publique. Ce n’est pas une obligation et certaines histoires simples peuvent se passer de cette tension. Mais enfin, comme aimait à le dire Alfred Hitchcock, un spécialiste du genre, «meilleur est le méchant, plus réussi sera le film». Qui a oublié l’odieux personnage d’Orangina Rouge et son célèbre slogan «Mais pourquoi est-il aussi méchant ?» qui a marqué toute une génération ?

———-

> A suivre : 4 – le moment paroxystique ; et 5 – And the show must go on

Chroniques du storytelling : Les jeux vidéo entrent au musée, quand le modèle Nespresso inspire celui de l’industrie nucléaire…

Dimanche 11 juillet 2010

> Signe des temps : le Musée des Arts et Métiers propose une intéressante expo (jusqu’en novembre) intitulée «MuseoGames», en partie rétro, en partie ludique «qui préfigure l’entrée durable de ce sujet au musée». De façon amusante, on peut remarquer que les plus jeunes visiteurs s’installent d’emblée aux consoles/jeux dernier cri tandis que leurs parents sont nostalgiques des Pong et autres Space Invaders…

> J’ai particulièrement apprécié ce petit film qui met en exergue l’influence que les films muets (ici Harold Lloyd en 1927) ont pu exercer sur le développement de certains jeux, tel  Mario Bros.

> Nintendo continue d’ailleurs d’affirmer un vrai talent pour les produits de rupture./ Après la Wii qui a contribué à élargir le public des gamers, la 3DS fascine par son concept de 3D «à la demande» et qui n’a déjà plus besoin de lunettes : l’industrie du jeux vidéo va plus vite que celle du cinéma !

> Aujourd’hui, plus que les autres fabricants de consoles (Sony, Microsoft), on réalise à quel point le vrai concurrent de Nintendo, c’est Apple. Smartphone et console portable sont destinés à fisionner à un moment ou à un autre…

> Preuve enfin que les jeux vidéo sont bien ancrés dans notre culture : les dessins originaux de Pacman ont vocation à intégrer à leur tour un musée

———

AUTOMOBILITE

> PSA, cette (grosse) entreprise qui ne connait pas la crise et se développe en Chine et en Inde.

———–

CULTURE

> Les personnages Pixar débarquent (à Disneyland Paris) et détournent votre page Facebook et c’est très réussi !

> Les héros de Toy Story 3 sont par ailleurs partout en affichage et c’est aussi  très drôle. Mon affiche préférée est celle représentant Barbie et Ken (qui sont tous les deux dans le film) avec cette question, effectivement de première importance : «Vont-ils enfin conclure ?».

———-

GRANDE CONSO / GRANDE DISTRIB

> Le PDG de Nestlé France : «Nous voulons nous ancrer dans l’imaginaire des Français en labellisant le plus possible de nos produits: « élaboré par Nestlé »» (La Tribune). Euh, comment dire…

———-

INTERNET 2.0

> Coca-Cola : «Notre page d’accueil, ce n’est pas seulement coke.com, c’est google.com, twitter.com, youtube.com, facebook.com etc. » (in Stratégies). Il faut en effet être là où sont vos consommateurs et non plus simplement espérer les faire venir à vous.

> Malgré ses rodomontades, Google a cédé aux exigences chinoises pour reprendre pied sur ce marché. Vous avez dit : «piteuse marche arrière» ?

> Pour les Français, l’invention de la décennie est le e-commerce, suivi par le GPS et le Wi-Fi. (merci @camillejung).

———-

LUXE

> «Bréguet, inventeur du tourbillon en 1801(…) L’histoire continue». Plus storytelling, c’est impossible.

———–

MISCELLANEES

> «Montblanc, a story to tell». Campagne so storytelling elle aussi.

———-

MOBILITE

> Après Dark Vador il y a quelques semaines, Maître Yoda entre en studio pour le GPS Tom Tom (merci @albanvdk)

———-

POLITIQUE

>  Ingrid Betancourt gérait quand même mieux sa com du fin fond de la jungle que depuis qu’elle en est sortie…

———-

THE OU CAFE ?

> «Pourquoi Nestlé a-t-il déposé un « brevet de café OGM destiné à renforcer la texture de la mousse » si ce n’est pas pour s’en servir ?» se demande @Ethical_Coffee

> Il est vrai que le groupe défend depuis des années les OGM «qui vont nourrir le monde» et fustige ceux qui s’y opposent. Le fait même que la poilémique n’ait pas encore trop pris en France est un témoignage que la com de Nestlé n’est pas toujours aussi mauvaise que dans l’affaire Kit Kat…

> En tout cas, le modèle Nespresso (et peut-être la référence aux OGM) inspire même… l’industrie nucléaire : Anne Lauvergeon, PDG d’Areva, compare son modèle à celui du suisse : «des centrales nucléaires peu chères à l’achat… histoire de se rattraper sur les coûts de fonctionnement ensuite !»

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter.

Chroniques du storytelling : Apple Store Opéra la cathédrale d’un nouveau culte, France Télécom veut changer (mais il y a beaucoup de travail)…

Jeudi 8 juillet 2010

> Le 3e Apple Store français (après Paris Carrousel du Louvre et Montpellier)  a ouvert près de l’Opéra. C’est aussi le premier à viser aussi bien la clientèle des entreprises que des particuliers. Vu le secteur, pas étonnant donc qu’on ait l’impression de pénétrer au Palais Brongniart (pour ceux à qui cette référence parle encore !) ou dans le hall d’une grande banque. A moins que ce ne soit la nef de la cathédrale d’une nouvelle religion…

> Assez rare pour être noté : Steve Jobs était là pour l’inauguration.

> Photo provenant du site MacGénération : http://bit.ly/9NNzdU

> Dans le monde, Apple passe par ailleurs à un rythme de production de 2,3 millions d’iPads/mois. (merci @Laurent65)

> Et si la concurrence à l’iPhone ne venait pas des autres marques de smartphones… mais de Nintendo ? (merci @EricViennot)

———-

AUTOMOBILITE

> Toyota savait depuis au moins deux ans que son modèle Lexus présentait des problèmes de sécurité.

———-

CULTURE

> Ca y est, c’est officiel, Frédéric Mitterrand a annoncé à Arles qu’il «n’a plus peur du numérique». Bienvenue dans le 21e siècle ! (merci @pierrehaski)

> A partir de l’an prochain,  les César remettront une récompense au meilleur film d’animation. Là aussi, bienvenue, cette fois dans le 20e siècle !

———-

ENERGETIQUES

> La direction de BP sautera… mais pas avant que la fuite ne soit colmatée.

———-

GRANDE CONCO : GRANDE DISTRIB

> Fleury Michon s’est un peu trop inspiré du packaging de Michel & Augustin. Sur leur page FB, les deux trublions réagissent avec humour : plutôt que d’attaquer, le buzz. Ils ont tout compris :) (merci @xavparis)

———

LUXE

> Feu Nicolas Hayek patron emblématique de Swatch : «J’ai bu la vie comme un assoiffé et je peux vous dire qu’elle a un goût sensationnel». Belle profession de foi.

> Affaire Bettencourt : il n’y a pas que chez Nestlé qu’on se réjouit de l’affaiblissement éventuel de L’Oréal, chez LVMH aussi… Il y a de la prise de contrôle dans l’air, à terme…

———-

MEDIAS

> Stéphane Richard, après son échec à la prise de contrôle du Monde : «France Télécom n’a pas vocation à reprendre toute la presse en péril».

———-

MISCELLANEES

> Acadomia, qui a mal géré sa com de crise depuis le début, a aussi fermé sa page Facebook. Il faut dire que le «je suis fan» en matière de gestion decrise… Fail sur fail

———-

MOBILITE

> «Nous avons modifié les pochettes des billets pour accroître la clarté des grilles tarifaires» : Guillaume Pépy, SNCF, qui n’a manifestement pas peur du ridicule. Mais bon, si déjà les trains arrivaient à l’heure…

———-

PARTIES PRENANTES

> Comment ne pas être d’accord avec cette phrase, retwittée par mon ami Didier Rols, et extrait d’une présentation : «In the future , storytelling will be about customers not brands». Pas seulement mais en partie, oui.

> Pour Chris Anderson, Wired : «Les DSI sont morts». Les néo-cadres veulent juste une prise pour recharger ordi/smartphone pas qu’on leur dise quels sites ils peuvent aller visiter ou pas…

———

TECHNOLOGIQUES

> Microsoft, une société qui vit (bien) de ses rentes mais n’a pas su se renouveler.

> Stéphane Richard, PDG France Télécom, à ses troupes : «Nous devons gérer des clients et non des contrats». Ca changerait, en effet..

> Lenovo : «Steve Jobs a mauvais caractère et ne s’intéresse pas à la Chine : une chance pour nous».

———-

THE OU CAFE

> Pour Nestlé/Nespresso, «les brevets sont plus importants que les matières elles-mêmes».

> «Peut-on choisir librement ses capsules de café ?» sur le blog du storytelling.

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter.