mai, 2010 | le blog du storytelling le blog du storytelling

Archive pour mai 2010

Chroniques du storytelling : le blog du storytelling optimisé pour la lecture sur smartphone, Berluti fait gémir de plaisir nos souliers…

Lundi 31 mai 2010

> Le Blog du Storytelling est désormais optimisé pour la lecture sur iPhone et autres smartphones. Vous pouvez le mettre vous-mêmes parmi vos applis favorites :)

———-

APPLE

> @Anne_JM l’a écrit et je pourrais dire la même chose : «Mon Mac fait la gueule. Depuis que je parle avec iPhone et que je tripote iPad, je ne lui ai pas accordé un regard».

> Antoine Gallimard l’a dit pour exprimer ses réserves face à un «écosystème fermé» : «L’iPad c’est le Nespresso de la culture» (merci @HerveKabla)

> Nombre d’iPhones, d’iPods Touch, d’iPads et de machines Android en France et dans le monde selon AdMob.

> «Les applis iPhone/iPad sont au web ce que l’eau en bouteille est à celle du robinet : on vend ce qui était autrefois gratuit».

> La vague de suicides dans l’usine chinoise qui fabrique (notamment) les iPhones pourrait-elle nuire à l’image d’Apple ? Newsweek a enquêté.

———-

AUTOMOBILITÉ

> Quand les applis iPhone inspirent les innovations des prochains modèles Audi. (merci @DidierRols)

> Pour ses 200 ans, Peugeot est en forme : gamme, image et équipe rajeunies.

———-

CULTURE

> Un chapitre resté inédit d’Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll mis aux enchères : «la mouche à perruque».

———-

INTERNET 2.0

> Mark Zuckerberg, Facebook : «Nous construisons un Internet où le réglage par défaut sera ‘social’».

———-

JOUETS

> Une jolie installation artistique et urbaine : sous les pavés, les Lego (merci @Adhe).

> Photo trouvée sur le blog CMYBacon (http://bit.ly/aDL6q3)

———-

LUXE

> L’inimitable Olga Berluti, l’amie de tous les amateurs de belles chaussures, donne des conseils sur le site de la célèbre marque. Sa leçon de cirage en vidéo est un grand moment de sensualité. «Cirer ses souliers est un acte culturel, un acte de respect et d’amour».

> Autre conseil d’Olga : «Pour cirer, il faut écouter de la musique classique car les souliers adorent Mozart. Et aussi Chopin aussi». Priceless !

> Claude Chirac quitte la direction du groupe PPR. Quelques semaines après que Bernadette a rejoint le conseil d’administration de LVMH voilà qui est surprenant. Un changement d’alliance chez les Chirac, de Pinault vers Arnautl ?

> Bernard Fornas, PDG Cartier : «Quand on voit des grues, des immeubles en rénovation et des grosses bagnoles, alors y va. (via @jeanallary)

———-

MISCELLANÉES

> Acadomia fichait ses profs et ses élèves et ne ménageait pas ses insultes à leur égard.

> Acadomia. Quand les juristes rédigent les communiqués de presse, ça donne ça. Comme je le répète chaque fois, ne laissez pas votre service juridique valider votre com de crise ! (merci @wallaeysaudrey)

> Gros fail de com du PDG d’Acadomia sur TF1 : «Ficher les gens n’est pas grave, ce qui le serait ce serait de donner de mauvais cours».

———-

MOBILITÉ

> La SNCF, côté innovation. Un think tank pour favoriser «l’innovation ouverte». (merci @DidierRols)

> Michelin a la meilleure «réputation» du CAC 40 auprès de ses «parties prenantes» selon Challenges. Devant L’Oréal et Danone.

———-

PARTIES PRENANTES

> Les liens consanguins des conseils d’administration du CAC 40. Édifiant (merci @pprodhon)

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter.

Louis Vuitton, la campagne interdite

Dimanche 30 mai 2010

Cette belle campagne de Louis Vuitton est sans doute un peu une «contrefaçon» de Vermeer… Ce n’est pourtant pas ce qui a conduit l’autorité de régulation de la pub britannique à l’interdire au Royaume-Uni mais bien le commentaire qui l’accompagnait et qui laisse supposer que tout le travail est encore fait-main… dans les usines du groupe. Vuitton condamné pour publicité mensongère, ce n’est pas très glorieux…

Une preuve supplémentaire (j’en ai parlé ici) de la difficulté pour le numéro 1 du luxe – mais aussi pour ses concurrents – de gérer la contradiction entre l’inaccessibilité qui fait rêver… et les impératifs de rentabilité qui consistent au contraire à rendre ses produits plus accessibles… au détriment des valeurs au coeur de son offre. Plutôt qu’une pyramide, le marché du luxe ressemble à un sablier, nous explique-t-on dans Le Nouvel Économiste.

Concurrent de Vuitton, Hermès est aussi sous le feu des projecteurs après son fail de com : l’annonce du renvoi (pardon du départ) de Jean-Paul Gaultier en tant que directeur artistique a été si peu préparée en amont et si mal gérée qu’on peine à croire les intéressés qu’«il ne s’agit pas d’un divorce et qu’ils se quittent en bons termes». Ce qui s’appelle faire du damage control…


Chroniques du storytelling : Hermès : Bon voyage Monsieur Gaultier, Apple passe devant Microsoft, quelle heure est-il à mon McDo ?

Jeudi 27 mai 2010

> La photo provient du Blog Luxe (http://bit.ly/bbM52E).

> Bon voyage, Jean-Paul Gaultier ! L’ancien enfant terrible (aujourd’hui passablement assagi) de la mode se voit retirer la direction artistique du prêt-à-porter féminin d’Hermès. Le groupe de luxe reste néanmoins actionnaire de Jean-Paul Gaultier, la maison de couture (au moins pour le moment).

> Comme toujours dans le secteur, cela entraîne un jeu de chaises musicales. Jean-Paul Gaultier est remplacé par Christophe Lemaire, le styliste qui a relancé Lacoste, marque ringardisée dans les années 1990 et revenue en forme à l’aube des années 2010 après une décennie de repositionnement. Ce départ est un coup dur pour la marque au crocodile.

> Quant aux bagages sur la photo, il ne s’agit bien sûr pas de ceux que JPG va devoir faire en quittant ses bureaux chez Hermès mais ils proviennent des archives de la vénérable maison. Ils ont été réalisés pour Karen ‘Out of Africa Blixen’ dans les années 30 quand elle espérait retourner à sa chère Ferme Africaine. (Merci à @goutetnature pour cette trouvaille).

———-

APPLE

> Apple est devenue la première entreprise mondiale de technologie en termes de capitalisation boursière, passant devant son éternel ennemi Microsoft.

> Moins reluisant, une vague de suicides touche Foxconn, le sous-traitant chinois d’Apple. Comme un bad buzz est en train de prendre, la firme à la pomme commence aussi à prendre ses distances et commande un audit.

———-

CULTURE

> @Anneso_R a répéré une très jolie appli iPhone, StreetMuseum, pour superposer, façon réalité augmentée, des oeuvres d’art du temps passé dans les rues actuelles de Londres.

———-

F & B

> Repéré par @carolinedeleuze, cette pub McDo pour laisser au soleil le soin de faire le choix pour vous.

> Illustration trouvée sur Détour du Web (http://bit.ly/cCRjgj)

> Pour contrer le succès des McCafe, Starbucks va vendre son café Seattle’s Best chez Burger King et Subway ! (merci @Anneso_R)

GASTRONOMIE

> Quand la reine de l’effeuillage chic Dita Von Teese revoie les cocktails et les macarons de chez Angélina.

———-

GRANDE CONSO

>  Le nouvel âge d’or du sucre ? Danone va commercialiser un yaourt de sa marque Taillefine, sucré à la stévia. (merci @goutetnature)

———-

INTERNET 2.0

> Tout le monde a entendu parler de ce sondage selon lequel «60% des utilisateurs seraient prêts à quitter Facebook le 31 mai». Après le mythe, la réalité : Facebook ne va pas s’effondrer dans quelques jours. (merci @Anne_JM)

———-

TECHNOLOGIQUES

> Sony revient aux innovations qui ont fait sa réputation avec cet écran souple qui s’enroule.

> Au sein de la division «grand public» de Microsoft, la partie «loisirs» en particulier  (téléphones mobiles et jeux vidéo) était un peu laissée en jachère. Steve Ballmer, le PDG, vient d’en virer la plupart des dirigeants et va la gérer en direct. Ca fait un peu peur…

———-

TÉLÉCOMS

> C’est drôle, je suis passé devant plusieurs fois la semaine dernière sans que cela attire mon attention : BlackBerry est une marque à succès mais tellement peu sexy… Le plus gros smartphone du monde était posé devant Beaubourg. (merci @LaurentLatour)

> Stéphane Richard, PDG France Télécom, annonce que l’opérateur vendra bien l’iPad à la rentrée. S’il pouvait aussi en profiter pour faire des forfaits 3G plus compétitifs… (merci @laurent_local)

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter.

Chroniques du storytelling : Qui s’intéresse encore à Cannes ? les parcours atypiques enfin reconnus ?

Lundi 24 mai 2010

> «Les Français n’aiment pas assez Juliette Binoche» lit-on souvent dans les médias qui adorent manier le cliché du «nul n’est prophète en son pays»…. C’est faux, c’est juste qu’ils ont rarement eu envie d’aller voir un de ses films depuis des années, nuance… (Digression : mettre Juliette Binoche sur l’affiche du festival alors qu’elle était en compétition avec un film par ailleurs, c’est très éthique, ça ? Ca ne fait pas pression sur le jury ?)

> Le pire cauchemar des journalistes ? Interviewer le palmé Apitchatpong Weerasethakul au pied de l’Eyjafjallajökull… Mauvaise année pour les dyslexiques !

> Plus sérieusement, a-t-on encore besoin de ces grands-messes qui nous disent ce que les beaux esprits veulent que nous pensions du cinéma quand on a accès 24/7 à toute l’actu des films… Avec ses ambassadrices qui ont plus fait carrière dans les cosmétiques qu’au cinéma et ses soirées sponsorisées, Cannes a oublié de nous faire rêver…

———-

APPLE

> Les temps changent. Dans Sex & the City 2, le Macbook n’est plus l’ordi de choix de Carrie et ses amies. HP a réussi son placement de produits. (merci @Pauline_Lebrec)

———-

BANCASSURANCE

> «J’ai parfaitement conscience de ce climat. Je rencontre les clients de la banque, je sais très bien ce qu’ils disent». Dans Libé, Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale, démine le terrain en n’occultant aucune question. Cet homme est incontestablement plus doué que Daniel Bouton.

———-

CULTURE

> «Un trouble bi-polaire avéré est-il le prix à payer pour un destin d’exception ?». Les rapports entre génie et folie…

———-

ÉNERGIE

> Anne «Jeanne d’Arc» Lauvergeon aurait une nouvelle fois sauvé sa tête face à tous ses hommes qui rêvent de sa défaite chez Areva.  Ce jour viendra fatalement mais en attendant, quelle résiliente elle fait !

———-

GASTRONOMIE

> Pour éviter la pâte feuilletée imbibée de crème, assembler le millefeuille au dernier moment. Chez Jacques Genin, Paris 3e, on le fait divinement bien.

———-

GRANDE CONSO

> Dulux redonne des couleurs aux favelas. Et pour une fois un film viral qui accorde autant d’importance à la forme qu’au fond… (merci @be_mika)

———-

MOBILITÉ

> Pour les syndicats de pilotes d’Air France, toute critique «crée des conditions accidentogènes». Les «saigneurs» du ciel sont en train de scier les ailes sur lesquels ils volent…

———-

SOCIAL

> Vous avez un parcours d’emploi atypique ? Un nouveau site d’annonces se propose de le valoriser. Intéressante initiative

———-

TOURISME

> La nouvelle attraction du Parc Astérix : bagarrix. Les légions romaines n’ont pas encore pacifié toute la banlieue…

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter.

Chroniques du storytelling : quand l’urbanisme s’inspire des parcs d’attractions, l’écosystème d’Apple, diamants sur canapé…

Samedi 22 mai 2010

> «À Las Vegas, les stations services sont de bon goût comparées à l’architecture des hôtels» Robert Venturi, expo Dreamlands, Beaubourg (expo ratée par ailleurs)

> De fait, depuis plus d’un siècle, l’architecture des parcs d’attractions et des expos universelles (jusqu’à Shanghai aujourd’hui) a rebondi sur l’urbanisme en général : signalétique, mélange espaces commerciaux et culturels, aujourd’hui Disneyland est dans la ville. Et pas seulement à Dubai ou à Las Vegas !

———-

APPLE

> Aux USA, il se vendrait actuellement deux fois plus d’iPads chaque semaine (200 000) que de Macs. La révolution de la tablette est en marche ;-) (merci @reymondin)

> Les leçons à tirer d’une décennie de succès d’Apple. Au-delà du design, au-delà de l’innovation, c’est d’avoir su créer à chaque fois tout un éco-système autour des produits (iTunes, App Store etc.) qui est la vraie clé du succès. (merci @ cyrildurand)

> Hors marché des entreprises, l’âge moyen d’un utilisateur de BlackBerry est de 24 ans contre 31 ans pour un client iPhone !

> 9e suicide depuis le début de l’année dans l’usine qui fabrique les iPhones. Attention au syndrome France Télécom…

———-

CULTURE

> Bugs Bunny et les Looney Tunes reviennent en 3D relief avec plusieurs formats courts(merci @albanvdk)

> La campagne d’affichage Aubert avec Laure Manaudou est quand même franchement moche…

> … tout le contraire de celle pour l’expo Willy Ronis, autrement plus classe.

> 467 ans après son décès, Copernic a pu être formellement identifié grâce son ADN et inhumé… avec les regrets exprimés de l’Église.

———-

F&B

> La vidéo du spot «gay» de McDonald’s dont j’ai parlé dans mon post précédent. Très joli. Espérons que cela apporte son petit caillou à l’édifice de la tolérance.


L’homme est un concept (le blog tendance gay)
envoyé par minou60300. – Regardez plus de vidéos comiques.

———-

GASTRONOMIE

> Manger bio est bon pour l’environnement mais pas forcément meilleur pour la santé (merci @mercotte)

> Éric Frechon, chef 3 étoiles du Bristol, dans un rôle inédit, celui d’icône Samsung.

———

JEU VIDÉO

> Google change son doodle pour les 30 ans de PacMan. Jolie idée «néostalgique» : le bouton «insérer pièce(s)».

LUXE

> Le meilleur placement de produit de toute l’histoire de Hollywood, c’est quand même Diamants sur Canapé (Breakfast at Tiffany’s, 1962). Le joaillier y est traité royalement mais avec une classe qu’on ne trouve plus vraiment aujourd’hui.

> Le vendeur à Audrey Hepburn : «Je crois que vous trouverez beaucoup de compréhension de la part de la maison Tiffany’s». Les diamants sont bien toujours les meilleurs amis des femmes.

———-

MÉDIAS

> Annonce surprise : Alain Weil cède la Tribune à sa directrice de la rédaction, Valérie Décamp, pour 1 euro symbolique. Quel gâchis…

> «Ils ont fait la presse» : l’histoire révolue de la presse papier sur un support révolu, le livre papier ;-)

———-

SPORT

> Quand Sex & the Ciry 2 s’attaque à la coupe du monde de foot, ça fait mal et ça dérape un peu SM… (merci @albanvdk)

———-

TÉLÉCOMS

> «L’écart de rémunération entre la base et le sommet est trop important» : Stéphane Richard, France Télécom (cité in Stratégies)

———-

TOURISME

> Le parc d’attractions familial Nigloland utilise les réseaux sociaux comme les grands (merci @camillejung).

———-

Suivez-moi sur Twitter !


Chroniques du storytelling : Y a-t-il un pilote dans l’avion Air France ? McDonald’s aime aussi les gays, l’avenir d’Accor…

Jeudi 20 mai 2010

> La compagnie met ses déboires sur le compte du coût du pétrole. En réalité, affaiblie par l’affaire du volcan islandais (ça c’est ponctuel) et par la concurrence du low cost (ça, c’est structurel et donc autrement inquiétant), Air France – KLM annonce une perte historique.

> Plus troublant encore selon moi, Air France ne semble pas vraiment conscient des enjeux de la nouvelle mobilité et n’a pas remis en cause son business model historique. Là aussi repose l’explication de son déclin.

> De plus, le même jour sort un livre mettant en cause de supposés manquements à la sécurité de «cette compagnie pourtant parmi les plus sûres du monde» (comme ont appris à le rappeler à chaque catastrophe les médias bien entraînés).

> À l’émotion suscitée par les révélations du livre d’un journaliste du Figaro, le transporteur oppose une réponse froide et technique : «Air France respecte et se conforme à toutes les réglementations nationales et internationales en vigueur». Le reste du communiqué est du même acabit. Où est la pâte humaine dans une telle réponse ?

———-

APPLE

> Quand Steve Jobs décrivait l’iPhone et l’iPad devant Bill Gates… en 2007 !  taussi de voir que Billou, lui, imaginait encore que le futur serait comme le passé, PC, tout PC… (via @AudeBaron)

———-

CHINE

> Après La Petite Sirène danoise prêtée pour la durée de l’Expo, c’est l’Éthiopie qui expose notre ancêtre commun, Lucy, à Shanghai. Hélas pour les visiteurs, la Lucy présentée n’est qu’une contrefaçon : un hommage à la puissance invitante ?

> Les riches Chinois aiment les mariages fastueux… à l’étranger. Il y a un vrai business à prendre, notamment pour la France qui les fait rêver. (merci @pgervois)

———-

COMMODITÉS

> Marché de l’eau potable en Île-de-France : après l’opportune élimination de Suez, Veolia reste seul en ligne pour «le plus gros contrat d’eau du monde» dont elle a le monopole depuis… 1923. Vous avez dit «concurrence» ?

———-

CULTURE

> 5 toiles de maîtres volées cette nuit au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. Butin estimé : 500 millions d’euros !

———-

F & B

> À Sydney, McDonald’s lance un terrain de jeu pour adultes et donc très régressif. (merci @carolinedeleuze)

> (lu dans Stratégies) Pour sa nouvelle campagne télé BETC, «venez comme vous êtes», McDonald’s présente trois jolies tranches de vie (et c’est donc très storytelling) : une petite fille et sa mère, deux seniors, et un père et son fils. Nouveauté de cette dernière séquence : le jeune homme est gay. Étonnant, rafraîchissant et bienvenu de la part de McDo.

> Après la fête et le dérèglement des sens pendant des années, Absolut a réorienté sa com vers la pureté… So far so good. (merci@be_mika)

———-

GRANDE CONSO

> Dans son catalogue, Carrefour vante les dentifrices blanchisseurs et explique comme s’en passer : ce sont les marques qui ont payé qui vont être contentes ! (merci @bzante)

(Photo : le web grande conso : http://bit.ly/bbCkA1)

> Nestlé annonce un partenariat avec The Forest Trust pour combattre la déforestation. C’est bien mais cela arrive beaucoup trop tard après le mégal fail Kit Kat. Du coup, sincérité zéro : il faudra longtemps pour devenir crédible…

> Nestlé lance Special T, une machine à dosettes… de thé, commandables sur Internet.  Avec l’espoir de réitérer le succès de Nespresso…

———-

HÔTELLERIE

> Accor se donne deux jours pour convaincre les analystes de la pertinence de sa scission. Mouais…

(infographie : La Tribune)

> En cédant sa branche services, Accor perd une sécurité qui générait un excédent d’exploitation supérieur et complémentaire de son pôle hôtelier. Mais pourquoi une saine diversification est-elle devenue le nouveau interdit managérial ?

> Par ailleurs, Accor veut passer de propriétaire d’hôtels à opérateur d’hôtels et devenir le n°1 de la franchise.

———-

INTERNET 2.0

> 5 ans de YouTube : en France, YouTube représente 30% du marché de la vidéo sur Internet… contre 7% à DailyMotion. Ce qui laisse quand même 63% du marché à … mais à qui, justement ?

———-

SPORT

> Londres présente ses mascottes pour les J.O. de 2012. Il faudra un jour qu’on m’explique pourquoi, des J.O. aux expos universelles en passant par la coupe du monde, elles sont toutes plus moches les unes que les autres…

———-

TECHNOS

> 69% des ordinateurs vendus en France sont des portables dont 20% de mini-PCs. De combien les tablettes mordront-elles sur ce marché?

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter.

La guerre des ondes

Mercredi 19 mai 2010

> La guerre des (m)ondes aura bien lieu. Dans un monde dévolu au principe de précaution absolue (que vient de nous rappeler l'affaire du volcan), un discours raisonné doit d'abord lui aussi passer par l'émotion...

Antennes-relais, wifi et leur dangers supposés. Une argumentation raisonnée de permettra pas de faire taire les nouveaux obscurantistes des ondes. Et si on mettait un peu d’émotion dans tout ça ?

Une étude sur les ondes auxquelles nous sommes exposés conclut une fois de plus à leur innocuité… mais peine à convaincre les opposants à l’installation d’antennes-relais. Il n’est de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre…  Et s’il n’y avait que le téléphone : un de mes amis qui a effectué récemment une mission dans une agence de com (!) me dit qu’il n’y avait pas de wi-fi dans les locaux car le patron en a peur. Et des parents d’élèves ont obligé la mairie à «désinstaller» le wifi dans l’école primaire d’un village près de Nantes pour la même raison. Plutôt des enfants sans horizon intellectuel que traversés par des ondes !

Il y a un an, j’avais raconté (ici) l’émotion qui a saisi tout un quartier de Saint-Cloud dont les habitants vivant à proximité d’antennes relais Orange se disaient victimes de malaises. Les médias s’en étaient emparés jusqu’à ce qu’on découvre que les dites antennes n’avaient pas encore été activées et qu’il s’agissait donc au mieux d’un phénomène d’hystérie collective au pire d’affabulations pour avoir droit au fameux quart d’heure de célébrité ! Nos amis journalistes s’en sont aussitôt désintéressés. M6 a même annulé un sujet pour ne pas se mettre à dos ses téléspectateurs qu’on aurait pu prendre pour les nouveaux possédés de Loudun… À ce propos, qui dira le mal d’être vautré sur un canapé à quelques mètres du poste de télé et des ondes (de débilité) qu’il émet ?

On peut être consterné, on n’en est pas moins devant un vrai défi en matière de communication. Comment répondre ? Certainement pas par la raison on vient de le voir. N’en déplaise aux cartésiens de tout poil, multiplier les enquêtes sur le danger des ondes ne servira à rien car convaincre ceux qui ne veulent pas être convaincus relève de la  mission impossible : comme chacun sait, le mal est d’autant plus présent qu’il est invisible. Comme la cinquième colonne en temps de guerre… On est sur le terrain des émotions et c’est donc par les émotions qu’il faut répondre. Vous avez dit «storytelling» ?

> En attendant qu’on ait démontré la parfaite innocuité des ondes télé et radio, ne devrait-on pas démonter préventivement l’émetteur de la Tour Eiffel au nom du principe de précaution ? Les touristes n’iront qu’à aller ailleurs, la santé de nos enfants d’abord !

Faisons un peu de colligation en allant chercher ailleurs la réponse. Dans un récent dossier sur la contrefaçon, Libé donnait la parole à Catherine Viot, une chercheuse spécialiste des marques et qui rappelait l’inutilité des discours actuels pour endiguer le phénomène. «Les Français ne sont pas sensibles aux arguments sur les coûts sociaux ou les risques pour l’économie du pays ou de la marque», sans doute parce qu’en l’occurrence les consommateurs sont les complices objectifs de la contrefaçon. «Ce qui marche en France» ajoutait-elle, «c’est la dévalorisation sociale : porter du faux qui se remarque alimente les moqueries et peut conduire à l’exclusion». Il y aurait donc une sorte de «marketing de la honte» à mettre en place  qui réponde au «marketing de la peur» qu’agitent les anti-ondes ? Intéressante idée qui montre aussi que le storytelling ne joue pas nécessairement qu’avec des émotions positives… Bien sûr, il ne suffit pas de répondre à une peur irraisonnée par une ironie qui le serait tout autant. Au contraire, il faut se servir du cheval de Troie de l’émotion – même moqueuse – pour entrer dans la place et pouvoir ensuite re-asséner les arguments rationnels à des personnes acceptant désormais de les entendre.

En tout cas, si les opérateurs arrivaient une bonne fois pour toute à «ringardiser» leurs adversaires, les géants de l’agro-alimentaire pourront s’engouffrer dans la brèche et essayer d’être plus audibles à propos des bienfaits des OGM. Et là, je sens déjà les mauvaises ondes de tous les obscurantistes du web fondre sur moi !

———-

Le + du blog du storytelling

> En 1951, la petite ville de Pont-Saint-Esprit dans le Gard a vécu une nuit d’apocalypse. La folie s’est emparée de ses habitants qui ont vu la Vierge, se sont jetés des immeubles, se sont entre-tués etc. Peu importe que l’on sache parfaitement aujourd’hui que le boulanger avait utilisé une farine contenant de l’ergot de seigle (un puissant hallucinogène) et que les autres cas s’expliquent par un classique phénomène d’auto-suggestion. Les habitants et les médias ne se sont jamais accommodés de la réalité historique. Il faut lire le formidable ouvrage de Madeleine Ferrières, Histoire des peurs alimentaires, pour constater que de tels cas n’étaient pas rares jadis. Près de 60 ans après les événements de Pont-Saint-Esprit (le bien nommé), la webosphère s’enflamme pour une nouvelle piste tout aussi farfelue que les précédentes (possession, extra-terrestres, avertissement divin etc.) : et si la CIA avait répandu du LSD dans l’atmosphère ? Théorie du complot quand tu nous tiens…

Chroniques du storytelling : Attention à ne pas confondre la journée de lutte «contre» l’homophobie et la journée «pour» l’homophobie, du poison dans l’eau du robinet…

Mardi 18 mai 2010

> Ce lundi, c’était la Journée de lutte contre l’homophobie… et non «la journée pour l’homophobie» comme un certain nombre de journalistes l’ont une nouvelle fois répété (notamment Laurent Bignolas sur France 3) ! La nuance est quand même de taille…

> Il y a 10 ans, cette pub de Canderel avait fait un peu de bruit. Kiraz, l’auteur des Parisiennes dans le Jours de France des années 70 ainsi que de nombreuses pubs pour la marque de sucres de substitution, avait intelligemment réinterprété son thème favori en l’appliquant à ce jeune homme.

———-

AUTOMOBILITÉ

PSA et Renault vont rembourser plus tôt que prévu le prêt de l’État. Un moyen aussi de se débarrasser des obligations qui allaient avec.

———-

ÉNERGIE

> Comment BP utilise les réseaux sociaux pour sa communication de crise dans la marée noire de Louisiane. (merci@david_reguer)

———-

F & B

> James Skinner, PDG de McDonald’s rappelle cette base du service de son entreprise : «il faut remettre du ‘fast’ dans le fast food» (merci @carolinedeleuze)

———-

GRANDE CONSO

> Parfois mis à l’index pour sa politique environnementale, Nespresso réagit et fait le grand écart : «l’aluminium de nos capsules se recycle à l’infini» dit cette pub de la campagne Les Experts.

> Sur son site, l’entreprise va encore plus loin : café durable, capsules «collectables» en boutiques et prochainement «machines plus écologiques». ca y est, Nespresso a découvert le Graal vert !

> Du côté de la concurrence, les codes graphiques de L’Or Espresso de Maison du Café sont quand même assez clairement pompés sur Nespresso (en bas à droite). (merci @albanvdk)

> Toujours à propos de L’Or, admirez le style quand les juristes remplacent les créatifs : «Compatible avec des machines à café Nespresso (r), marque appartenant à un tiers n’ayant aucun lien avec Sara Lee Coffee & Tea France».

Et un Nespresso-like de plus : Ne-cap,  la dosette vide à remplir soi-même. Prochaine étape, aller récolter son café soi-même, sur les hauts-plateaux, à la main…

———-

JEUX VIDÉO

> La DS de Nintedo devrait bientôt devenir la console la plus vendue, devant la PS2. (merci @laurent_checola)

———-

LUXE

D’après @pgervois, Richemont (Cartier, Van Cleef & Arpels, Piaget…) poursuit une politique de fuite en avant à un coût démesuré en Chine. Et pendant ce temps là, les magasins de luxe français seraient assez vides. J’irai vérifier ça sur place d’ici peu ;-)

———-

MÉDIAS

> Pour Olivier Bomsel «le consommateur est désormais prêt à payer pour des contenus signifiants».

> Selon lui, «le gratuit correspondait à la phase d’alphabétisation. Il cède la place à l’expérience pour laquelle le consommateur est prêt à payer». Intéressant mais c’est faire peu de cas des généraitons qui ont grandi avec le gratuit et n’ont jamais connu autre chose…

> «Pour Paris Match, être sur iPad est un choix logique car Match c’est le storytelling à l’état pur» indique Delphine Grison, Lagardère.

———-

MONDE 2.0

> 56% des Français connaissent Facebook et 22% l’utilisent, 54% connaissent Twitter et 4% l’utilisent.

———-


SÉMANTIQUE

> «Du poison dans l’eau du robinet» lundi soir sur France 3. Un docu qui avait tout pour rasséréner les fabricants d’eaux embouteillées

> En France, les préfets peuvent décréter une eau impropre à la consommation «conforme par dérogation». Et hop, il suffit de le décider pour la rendre à nouveau potable. Me voilà rassuré.

———-

TÉLÉCOMS

> France Télécom, SFR et Bouygues Télécom seraient d’accord pour empêcher l’arrivée de Free sur la 3G en refusant tout dialogue avec le trublion. Vive la concurrence !

———-

Suivez-moi sur Twitter !

> Remerciements : les noms précédés de @ sont accessibles directement sur Twitter.

Le storytelling du patronat français 1/2 : du patron-dieu au patron soumis à l’État

Lundi 17 mai 2010

Bon, certains live-twittent à n’en plus finir pendant les matchs de foot, moi je l’ai fait pendant la diffusion dimanche dernier de la première partie du docu de @France5tv : «Il était une fois les patrons». Je suis sans doute le seul mais tant pis, j’assume. Chacun ses perversions !

Cette première partie couvrait l’histoire du patronat de 1840 au choc pétrolier. Qu’est-ce qui a changé en 135 ans ? Au début était le patron seigneur en son fief. Une bien belle époque où l’on pouvait refuser les augmentations de salaire en disant : «Si on payait les ouvriers plus cher, il iraient boire».

À la fin du 19e siècle et au début du siècle passé, les premières avancées sociales entraînaient des réponses étrangement similaires à celles d’aujourd’hui : «Impossible de lutter contre la concurrence étrangère si on doit payer un salaire minimum. Plutôt partir à l’étranger« . Le 20e siècle sera donc celui de la lente ingérence de l’État dans l’entreprise pour rééquilibrer les rôles.

Plus que le Front Populaire, c’est après 1945 qu’on assiste à la mise sous surveillance des patrons par l’État qu’on appellera bientôt : «providence». Les ouvriers sont aussi des électeurs (ceci explique cela) mais il faut aussi punir un patronat qui s’est plutôt bien accommodé de Vichy d’après le docu (sans tous aller jusqu’à la collaboration active d’un Louis Renault). D’où les nationalisations et plus généralement, une meilleur partage des valeurs entre tenants du privé et du public.

En tout cas, «l’entreprise à visage humain» connaît ses premiers coups de boutoir en 1968 et s’effondre au moment du choc pétrolier. Une nouvelle race va prendre le pouvoir : les actionnaires.

> La seconde partie du docu leur sera consacrée. Diffusion dimanche 23 mai à 21h30.


Louis Vuitton, le monogramme désenchanté 2/2 : Les deux tabous qui vont tomber…

Lundi 17 mai 2010

> Suite du post : Louis Vuitton, I love LV no more ?

À terme, il faudra sans doute mieux tenir compte des comportements locaux et proposer des articles qui ne soient pas les mêmes à Paris et à Oulan-Bator. Plus généralement, l’avenir est à la personnalisation.

Il a certes toujours été possible de faire apposer ses initiales sur ses bagages ou, pour les plus riches, de faire concevoir des produits totalement uniques. Mais aujourd’hui, des bonbons My M&M’s aux baskets NikeID, les «fans» d’une marque globale veulent la consommer de manière… individualisée. Une forme de schizophrénie dont Vuitton semble avoir pris conscience : il met désormais en avant la personnalisation des articles jusque sur la page d’accueil de son site.

Cela suffira-t-il ? La marque pourra-t-elle éviter de se «pierrecardiniser», c’est-à-dire d’incarner une certaine idée du luxe et une idée certaine de la ringardise suivant la partie du monde où l’on se trouve ? Comment va réagir LVMH quand sa marque-phare ne lui permettra plus d’avoir des taux de croissance à deux chiffres ?

Mon avis est que deux tabous tomberont dans les mois ou les années à venir : Vuitton ouvrira des corners dans les aéroports et on peut prévoir aussi l’arrivée d’un jus vendu dans les parfumeries sélectives. Jusqu’à présent, le maroquinier s’y était toujours refusé mais après tout, les halls d’aéroports et les senteurs de rêve n’incarnent-ils pas à leur façon cet art du voyage – géographique ou intérieur – qui est la marque de fabrique, le storytelling, de Louis Vuitton depuis 1854 ?

———-

Louis Vuitton, une marque Zeus qui doit devenir une marque Poséidon

Louis Vuitton est la première marque française au classement mondial BrandZ 2010, à la 29e place. En termes de typologie narrative, c’est depuis toujours une entreprise de type Zeus (cf. Newsletter mai 2009), comme Coca-Cola ou Air France. Ces marques globales, voire globalisantes, abolissent le temps et forcent l’admiration mais elles pêchent aussi souvent par excès d’orgueil : «Jamais vous ne posséderez complètement une Patek Philippe. Vous en serez juste le gardien pour les générations futures» affirme ainsi un célèbre horloger. Peut-être le moment est-il venu pour le maroquinier de  considérer une autre typologie narrative, celle de Poséïdon ? Maîtres de l’espace plutôt que du temps, de telles marques savent s’adapter aux usages locaux sans mettre en péril leur aura globale. McDonald’s ou les parcs Disneyland sont partout les mêmes et partout différents. À bien y regarder, les nouveaux mythes sont écrits par les entreprises. Le tout est de ne pas se tromper de dieu !

Depuis près de 15 ans, Marc Jacobs a contribué à élargir l'univers de Louis Vuitton. Mais la magie Jacobs opère moins aujourd'hui...

Depuis près de 15 ans, Marc Jacobs a contribué à élargir l'univers de Louis Vuitton. Mais la magie Jacobs opère moins aujourd'hui...