novembre, 2009 | le blog du storytelling le blog du storytelling

Archive pour novembre 2009

Chroniques du storytelling : Cartier, mirage à Dubaï, Gillette et la réécriture de l’histoire…

Samedi 28 novembre 2009

> Cartier utilise un bébé panthère, son symbole depuis longtemps, pour raconter son histoire et présenter ses musts. Très joli.

> Cartier utilise un bébé panthère, son symbole depuis longtemps, pour raconter son histoire et présenter ses musts. Très joli.

APPLE

> Les pays émergents sont les marchés de Nokia. Plus ils sont industrialisés, plus ils plébiscitent au contraire l’iPhone*.

> Les ravages du politiquement correct US : Apple ne répare plus les Macs des fumeurs* !

———-

DUBAÏ

> Incapable de faire face à ses dettes, Dubaï demande un sursis et fait plonger les bourses. Le miracle était un mirage, un colosse aux pieds de sable...

> Incapable de faire face à ses dettes, Dubaï demande un sursis et fait plonger les bourses. Le miracle était un mirage, un colosse aux pieds de sable...

———-

ÉCOLOMANIA

> À la télé, le discours catastrophiste gratuit de Yann Artus-Bertrand passait bien, mais quand il s’agit de payer pour aller voir celui de Nicolas Hulot au cinéma, son Titanic prend l’eau

———-

GILLETTE

> Gillette a-t-il retouché la home de son site pour enlever le ballon des mains de Thierry Henry ? Une spécialité stalinienne remise au goût du jour…

> La version sur le site français...

> La version sur le site français...

> La version sur les autres sites : jouez au jeu des 7 différences (euh, une seule suffira...)

> La version sur les autres sites : jouez au jeu des 7 différences (euh, une seule suffira...)

———-

LONGUE TRAÎNE

> Un passionnant papier de The Economist : La théorie de la longue traîne annonçait leur mort, les blockbusters bougent encore.

> McFee, cité par The Economist : «Moins les gens lisent et plus ils sont susceptibles de se tourner vers la «sécurité» des best sellers. Plus ils lisent et plus au contraire ils préfèrent les livres rares».

> Même à l’ère de l’hyperchoix, les gens ont besoin de quelques blockbusters qui sont des expériences collectives à partager (toujours The Economist).

———-

PORSCHE

> Pour compenser le retard de livraison de son modèle Panamera, Porsche offre à ses clients pour 4000 $ de ligne de sa ligne de bagages griffée. Classe.

> Pour compenser le retard de livraison de son modèle Panamera, Porsche offre à ses clients pour 4000 $ de ligne de sa ligne de bagages griffée. Classe.

———-

RÉSEAUX SOCIAUX

> 73% des 100 premières entreprises mondiales ont des comptes sur Twitter. Mais 50% ont moins de 500 followers*.

———-

STORYTELLING

> «Xavier Bertrand a besoin de se construire une histoire avec les Français» (Un conseiller de l’Élysée cité dans Challenges). Trop de storytelling tue le storytelling…

> «Le roman national est en panne» : Emmanuel Hoog (INA) dans Mémoire Année Zéro.

———-

Suivez-moi sur Twitter !

* Remerciements : Ludovic Freitas, Renaud Revel, Alban Vanderkerkove.

Chroniques du storytelling : Reebok, Lagerfeld en gilet, «stakeholders»…

Mercredi 25 novembre 2009

> Reebok fête les 20 ans de sa Pump avec un site dédié très storytelling : pump20.com

> Reebok fête les 20 ans de sa Pump avec un site dédié très storytelling : pump20.com

BFM VS. LCI

> «BFM TV ne veut pas jouer l’Irlande de LCI-France»… Démonstration efficace d’Alain Weill*.

———-

EAUX EN BOUTEILLES

> Lu dans le Fig : Biocoop va déréférencer les bouteilles d’eau. «Cette décision n’est pas conforme à l’idée de naturalité» pour Nestlé Waters. Ben, si.

———-

THIERRY HENRY

> 1/2 «L’image de la France n’est pas ternie (après la main de Henry) car désormais on parle d’elle tous les jours». Noël Le Graët, vice-président Fédération Française de Football.

> 2/2 «Certains paieraient pour une telle campagne de com». Pff, le bon vieux concept du «qu’on parle de moi en bien, en mal, mais qu’on en parle» qui sent trop son 20e siècle…

———-

CLAUDE FRANÇOIS

> Claude François Jr. vend les droits sur le catalogue de son père. Faudra pas venir se plaindre après…

———-

GDF SUEZ

> Nouvelle pub GDF Suez : images superbes mais slogan peu crédible: «C’est le bien-être de nos clients qui nous encourage».

———-

KARL LAGERFELD

> Benoît Daragon (CB News) révèle sur son blog que Karl Lagerfeld n’a jamais porté le gilet jaune ! Dans la pub pour la Prévention Routière, le gilet avait été photoshopé*…

Les ravages de Photoshop ne touchent pas que les mannequins !

Les ravages de Photoshop ne touchent pas que les mannequins !


———-

MARQUES

> Selon Baromètre du Buzz OTO Research : Renault, Apple et Orange sont les trois marques qui ont fait le plus de bruit en France en 2009 (in CBNews)

> 50% du bruit de ces marques se fait hors de leur «catégorie d’origine» d’où la nécessité d’une bonne veille

> Country Brand Index : la «marque France» fait rêver pour la gastronomie (1ère) et la culture (2e). Sinon, mal placée sur tous les items.

———-

PPR

> Pinault annonce la mise en vente de la Fnac, La Redoute et Conforama. C’est la vieille story du boiteux qui pense qu’être unijambiste c’est mieux…

———-

SÉMANTIQUE

> Barbie fait sa révolution 2.0 car elle est «aspirationnelle» selon l’agence (in CBNews) Ce mot est employé à toutes les sauces. En ce moment, c’est la tarte à la crème du marketing…

SOCIAL

> Gérard Mulliez, fondateur d’Auchan : «il faut faire passer l’homme avant le fric !» Si c’est Papy Mulliez qui le dit…

> «Un dirigeant qui est payé 200 fois de plus que le salarié de base est quelqu’un qui n’a pas de bon sens» : le même.

———-

STORIES

> Mon neveu Antonin, 4 ans, revenant de son premier film : «c’était super cette télé géante !»

> Une jeune veuve promit de pleurer son époux tant que la rivière coulerait près de son tombeau. Peu après, elle fit détourner le ruisseau (d’après Voltaire)

> Un Américain adopté apprend qu’il est le fils de Charles Manson. Une nouvelle story familiale à écrire : «Luke, je suis son père»…

———-

TÉLÉTHON VS. SIDACTION

> Pour Pierre Bergé, le Téléthon «parasite la générosité des Français d’une manière populiste». La forme est malhabile. Mais sur le fond ?

> N’empêche… Avant d’envoyer son boomerang, Bergé aurait dû en prévoir le retour et être lui-même irréprochable*…

BESOIN D’AIDE (POUR FUTUR POST)

> Shareholders vs. stakeholders: comment traduire stakeholders mieux que «parties prenantes» pour en faire un concept qui frappe l’imagination?

> «From a shareholders-driven market to a stakeholders-driven market» : «Passer d’une économie d’intérêts à une économie des intéressés». Meilleure idée de traduc ?

———-

Suivez-moi sur Twitter !

* Remerciements : Benoît Daragon, Patrick Prodhon, Alain Weill.

Trouver les histoires qui aideront à ré-enchanter le monde du travail

Mardi 24 novembre 2009

En diffusant récemment «La mise à mort du travail», France 3 a secoué les consciences à défaut de l’audimat. Le constat semble sans appel : le travail ne serait plus une valeur mais une aliénation et les salariés du tertiaire les nouveaux mineurs de fond. Un retour au temps de Zola en somme.

Ce n’est pourtant pas ce que nous disent les statistiques. René Padieu, inspecteur général honoraire de l’Insee et président de la commission de déontologie de la société française de statistique, écrivait récemment qu’il n’y a pas à proprement parler de vague de suicides à France Télécom. «Ce qui fait sens n’est pas le chiffre  des suicides mais son invocation (…) Quand on se met à observer quelque chose, on le voit apparaître».

Il ne s’agit pas ici de dédouaner l’opérateur historique de sa gestion calamiteuse de la crise dont j’ai amplement parlé (notamment ici mais aussi régulièrement sur mon twitter). L’indifférence puis la maladresse de la direction sont consternantes. Didier Lombard a ainsi pu parler de «mode des suicides» et son Monsieur basses-oeuvres, Pierre-Louis Wenes (écarté depuis), prétendait que «le climat social n’est pas si épouvantable». Il semble bien pourtant que les individus n’y soient que des variables d’ajustement comme l’a implicitement confirmé Stéphane Richard, futur PDG : «Il faut remettre de l’humain dans les rouages». Terrible expression.

Pour autant, toutes les entreprises ne sont heureusement pas comme France Télécom. Il existe encore des boîtes pour lesquelles on est content de travailler, des aventures humaines et professionnelles qu’on est fier de partager… Le storytelling, qui aide à fédérer et à mobiliser les collaborateurs autour d’un projet entrepreneurial, participe du nécessaire ré-enchantement du travail. À condition que l’exemple vienne d’en haut et que les dirigeants, les DRH et les responsables de com interne cessent de chercher leur modèle dans Les Temps Modernes de Charlie Chaplin. Même s’ils s’en défendent, ils sont encore nombreux, comme Richard, à considérer l’homme comme un simple rouage…


Modern times he’s crazy
envoyé par dictys. – Futurs lauréats du Sundance.

Chroniques du storytelling : Lacoste, Vuitton, Sarkosimpson…

Samedi 21 novembre 2009

> Storytelling à venir : «Il reste des mythologies à exploiter comme les crocos des égouts de New York» : Didier Calon directeur de la pub chez Lacoste cité dans Stratégies. Illustration tirée de la nouvelle collection Lacoste par les frères Campana.

> Storytelling à venir : «Il reste des mythologies à exploiter comme les crocos des égouts de New York» : Didier Calon directeur de la pub chez Lacoste cité dans Stratégies. Illustration tirée de la nouvelle collection Lacoste par les frères Campana.

CONSEIL

> (Vendredi : ) Polémique sur la main de Dieu, Treiber arrêté : si vous avez un plan social ou des pertes à annoncer, c’est le moment, votre info passera inaperçue.

———-

CULTURE

> Pourquoi le Ministère de la Culture fête-t-il en catimini ses 50 ans d’existence ? Peut-être parce que son bilan n’est pas flatteur

> Illustration du tweet précédent :  «Jeu avec des «jeunes» de 27 ans, je fais deviner Ravel et fredonne le Boléro. Réponse : «C’est André Rieu qui a composé ça !»»*.

———-

FRANCE TÉLÉCOM

> «Didier Lombard est un générateur de stress à haut débit» : un délégué syndical de France Télécom cité dans Challenges.

———-

THIERRY HENRY

> Sur les difficultés passées des sponsors de Thierry Henry… et sur son futur en tant qu’icône de marque…

———-

HAUTE HORLOGERIE

> Via son site et Facebook, Tag Heuer demande à ses fans d’imaginer la prochaine révolution horlogère. Malin.

———-

VIEUX MÉDIAS CONTRE E-MÉDIAS

> «L’humour potache semble consubstantiel au Net. Comme le carnaval il renverse l’ordre établi. C’est le monôme permanent».

> Chez 20 Minutes, on ne fait pas dans le storytelling mais dans le «story building», nuance, explique le DG du site dans Stratégies

> «Quand on lit, on apprend davantage de choses(…) La presse payante fait gagner du temps, donc de l’argent» : Laurent Joffrin de Libé. M’ouais…

———-

SÉMANTIQUE

> Taser confond armes «létales, sublétales, à létalité atténuée» etc. Rappel sémantique : «létal» est un terme médical, pour toutes autres utilisations, «mortel» est plus correct… et plus juste.

———-

LOUIS VUITTON

> Pourquoi Louis Vuitton est-il le seul grand nom du luxe sans parfum ni corners d’aéroports ? À mon avis, il se garde cette poire pour la soif…

———-

SIMPSONS

> Plus fort que les Guignols, le test ultime de la célébrité : Nicolas Sarkozy et Carlos Bruni sont désormais simpsonisés.


Nicolas Sarkozy et Carla Bruni dans les Simpson !
envoyé par lemondededemainTV. – L’actualité du moment en vidéo.


———-

* Remerciements : Alban Vanderkerkove.

Chroniques du storytelling : Gainsbourg/RATP, France Télécom, sérendipité…

Vendredi 20 novembre 2009

> La RATP refuse l'affiche du film Gainsbourg - vie héroïque pour des raisons toujours aussi fumeuses*.Tout autant que les ravages du cancer, il faut craindre ceux du politiquement correct...

> La RATP refuse l'affiche du film Gainsbourg - vie héroïque pour des raisons toujours aussi fumeuses*.Tout autant que les ravages du cancer, il faut craindre ceux du politiquement correct...

BANQUES

> Goldman Sachs : «Les banques ont un rôle social et le nôtre est de servir Dieu». Même à la Société Générale, ils n’auraient pas osé faire une telle boulette. C’est dire.

———-

BOUYGUES

> Quand il a imaginé son siège social Challenger, Francis Bouygues songeait d'évidence à Louis XIV.

> Quand il a imaginé son siège social Challenger, Francis Bouygues songeait d'évidence à Louis XIV.

———-

FRANCE TÉLÉCOM

> Pour France Télécom, «les salariés de plus de 45 ans sont des seniors». Ils n’en rateront décidément pas une.

> Scandale des forfaits (il)limités : la défense de France Télécom résume sa vision de la relation clients : «ils doivent lire leur contrat».

> Scandale des forfaits (il)limités : Ruinés, les clients d’Orange se suicideront peut-être au même rythme que les collaborateurs de l’entreprise…

> Scandale des forfaits (il)limités : Orange aurait pu s’épargner une crise de com de plus en faisant d’emblée son mea culpa, les clients étant de toute évidence de bonne foi. Mais non…

> Free va peut-être pouvoir donner un coup de pied dans la fourmilière dès le 17 décembre avec l’attribution de la 4e licence*.

———-

MÉDIAS VS. E-MÉDIAS

> La MGM, qui plomba jadis les comptes de LCL, est de nouveau à vendre. Triste histoire*.

> Titre des Échos : «Jintao et Obama peinent etc.» Problème : le nom du président de 1,4 milliard d’individus est Hu, Jintao est son prénom. Il va peut-être falloir commencer à s’intéresser sérieusement à la Chine.*

> Alain Minc dans L’Express : «Le journalisme est par définition insupportable»*.

> Ce qui choque les journalistes du Canard dans l’affaire Mailorama/Rentabiliweb, c’est que cette boîte ait pour actionnaires Arnault, Messier et Madelin alors qu’elle fait son beurre avec des sites «roses». Hé, les gars, réveillez-vous on est en 2009 ! Bel exemple de fracture générationnelle...

> Ce qui choque les journalistes du Canard dans l’affaire Mailorama/Rentabiliweb, c’est que cette boîte ait pour actionnaires Arnault, Messier et Madelin alors qu’elle fait son beurre avec des sites «roses». Hé, les gars, réveillez-vous on est en 2009 ! Bel exemple de fracture générationnelle...

———-

RÉALITÉ AUGMENTÉE / 3D

> Après le relief au cinéma, le relief à la maison, Sony annonce les lunettes 3D pour sa console Playstation 3*.

———-

SÉRENDIPITÉ

> Pour Pierre Haski dans Rue89, le mot de l’année est «sérendipité». Je suis bien d’accord !*

———-

SOCIAL

> Pour Henri Lachman, président de Schneider Electric, «le vrai DRH du groupe, c’est moi» (cité dans Challenges). Un PDG doit s’impliquer dans les RH autant que dans la stratégie, le marketing ou la production.

———-

STARBUCKS

> Auparavant, Starbucks était un moyen accessible de dire que vous étiez sophistiqué. Maintenant il y en a tellement que vous vous y sentez aussi ordinaire qu’en allant au McDo.

———-

STORYTELLING

> La journaliste de Soir 3 à propos de la réussite de Michel et Augustin, les trublions du goût : «ils ont une histoire à raconter, la leur».

> «Au panthéon des grands storytellers, il y a la religion et juste après, le luxe» : Anny Claude Lemeunier dans Stratégies.

> Pour Anny Claude Lemeunier, le storytelling c’était mieux avant quand c’était réservé au luxe. «Il serait dommage qu’un jour, storytelling rime avec bling bling».

———-

* Remerciements : Benoît Daragon, Ludovic Freitas, Pierre Haski, Renaud Revel, Alban Vanderkerkove.

Michelin, visionnaire depuis 120 ans

Jeudi 19 novembre 2009

Sans doute Clermond-Ferrand est un peu trop loin de Paris et les pneus sentent un peu trop fort le caoutchouc pour que certains l’admettent mais Michelin est une des entreprises les plus visionnaires et les plus douées en storytelling.

Fondée il y a 120 ans par deux frères, André et Edouard, la manufacture est passée en quelques années des pneumatiques pour vélos à ceux pour automobiles. Mais à la fin du 19e siècle, ces dernières sont encore peu nombreuses. Michelin va donc innover. Panneaux de signalisation et bornes kilométriques offerts à l’Etat, cartes routières et guides rouges distribués aux automobilistes, l’équation est d’une redoutable efficacité : plus de véhicules qui roulent plus longtemps, c’est plus de pneus vendus. Ce n’est pas seulement le tourisme moderne qui s’est joué là mais aussi le sort du monde libre : l’Etat-Major allié s’est servi des cartes et des plans de villes du Guide Rouge 1939 (dernière édition disponible) après le Débarquement, Vichy ayant fait retirer les panneaux pour freiner l’avancée des Américains.

Aujourd’hui, la saga continue avec une campagne mondiale qui met en avant le Bibendum dans des spots télé en 3D, histoire de rappeler que ses pneus sont plus que des pneus, ils permettent des économies de carburant. L’entreprise propose aussi aux professionnels du transport un service de location afin d’optimiser leur entretien et leur renouvellement. Et gageons que si nous vivons un jour dans sans pneus, Michelin sera toujours là. Car ce que la manufacture raconte depuis le début, ce n’est pas l’aventure de l’automobile mais celle de l’(auto-)mobilité. Sans jamais oublier la phrase fétiche d’André Michelin : «Le client, c’est notre Bon Dieu». Et Bibendum est son prophète.

Chroniques du storytelling : Obamao, Peugeot et l’automobilité, Ungaro/Lohan…

Mardi 17 novembre 2009

Les Chinois transcrivent Obama "Aobama" en sinogrammes, les Américains veulent imposer "Oubama" qui leur semble plus proche de la phonétique. À quoi ça tient la diplomatie ? Heureusement, le t-shirt "Maobama" devrait mettre tout le monde d'accord !

Les Chinois transcrivent Obama "Aobama" en sinogrammes, les Américains veulent imposer "Oubama" qui leur semble plus proche de la phonétique. À quoi ça tient la diplomatie ? Heureusement, le t-shirt "Maobama" devrait mettre tout le monde d'accord !

ACCOR

> Projet de scission, recentrage sur le milieu de gamme mais rien de décidé. Accor est sans vision, sans story ni stratégie…

———-

AUTOMOBILITÉ

> «Mu by Peugeot» : carte prépayée pour louer auto, scooter ou vélo suivant les besoins. L’automobilité est enfin en marche.

———-

DANONE

> Antoine Riboud, fondateur du groupe, disait qu’au-delà des études marketing, «il faut surtout diriger avec les yeux et les oreilles» et voyager.

———-

ANGELA MERKEL

> «Pour gagner, il ne faut pas respecter les règles du jeu» : Angela Merkel quand elle prit, contre tous les pronostics, la tête de la CDU.

———-

MICHELIN

> Avec 11 restaurants 3 étoies au guide Michelin, Tokyo est la ville la plus étoilée du monde et compte plus de restaurants 1,2 et 3 étoiles que Paris* !

———-

UNGARO

> «La collaboration avec Lindsay Lohan est un désastre. Quand j’ai vendu ma maison, j’ai cédé mon âme» : Emmanuel Ungaro (cité dans CBNews) Ben oui.

———-

* Remerciements : Alban Vanderkerkove.

Chroniques du storytelling : Lavazza, Burberry, Danette…

Samedi 14 novembre 2009

«Lavazza The Real Italian Espresso Experience» : un slogan anglais pour justifier l'"italianité" du café ! Ma che stupidità !

«Lavazza The Real Italian Espresso Experience» : un slogan anglais pour justifier l'"italianité" du café ! Ma che stupidità !

BURBERRY

> Sur un site dédié, Burberry raconte la story de son célèbre trench et invite ses fans à en faire de même avec la leur.

> «Chacun a une histoire particulière en relation avec son trench ou à la première fois qu’il en a porté un». Christopher Bailey, Burberry.

———-

DANETTE

> Les 40 ans de Danette. Pour fêter ça, la crème dessert met les visages de ses fans sur ses pots !

Pour ma part, j'ai choisi le parfum crème brûlée ! Mais c'est un gag pour personnes averties...

Pour ma part, j'ai choisi le parfum crème brûlée ! Mais c'est un gag pour personnes averties...

———-

FRÉDÉRIC MITTERRAND

> «Je n’ai pas vocation à devenir le bureau de tous les pleureurs», Frédéric Mitterrand dans Libé*. C’est vrai que la défense des libertés s’impose plus pour Roman Polanski que pour Marie NDiaye.

———-

STORYTELLING

> Selon Philippe Bilger, «L’éloquence est l’antithèse du storytelling». Un peu de pathos n’a pourtant jamais nui à l’efficacité du logos. Au contraire même, n’est-ce-pas, Maître ?

———-

* Remerciements : Renaud Revel.

Astérix, jeune seniorix

Vendredi 13 novembre 2009

Dans les années 60, Astérix a eu l'insigne honneur de donner son nom au premier satellite français.

Dans les années 60, Astérix a eu l'insigne honneur de donner son nom au premier satellite français.

Après Tintin et ses 80 ans qui étaient l’objet d’un post précédent, c’est Astérix qui vient de fêter son anniversaire, le 50e en l’occurrence. Prenant ses dispositions pour survivre à terme à ses créateurs, le petit Gaulois se prépare au contraire à connaître une nouvelle vie.

Il y a 50 ans tout juste, avec son ami René Goscinny, Albert Uderzo crée le personnage d’Astérix, un des premiers héros… au physique d’anti-héros. Très vite, ce dernier fait la fortune des deux compères et il devient si célèbre que son nom est même donné au premier satellite français en 1965. Pas mal pour un petit Gaulois qui n’a peur que d’une chose : que le ciel lui tombe sur la tête ! Peut-être parce qu’il fallait deux fils d’immigrés – polonais et italien – pour le concevoir, Astérix est l’incarnation des qualités et des défauts qu’on prête aux Français et à ce titre aimé dans de nombreux pays. C’est pourquoi la disparition prématurée de Goscinny en 1977, après 24 albums (le même nombre que Tintin !), aurait pu signifier celle de notre héros et de ses amis. Mais une demande de Paris Match agit alors comme un déclic : on demande à Uderzo un dessin de couverture représentant Astérix pleurant son géniteur disparu… comme si lui-même n’avait été qu’un exécutant ! Depuis, il a écrit et dessiné tout seul 10 nouveaux albums qui atteignent à chaque fois des records de ventes même si les histoires n’ont plus le charme ni la drôlerie d’antan. Mais qu’importe : grâce aussi au succès des films, des dessins animés et du parc d’attractions inspiré de ceux de Disney aux Etats-Unis, la popularité du petit Gaulois n’a jamais été aussi grande.

Fatigué par la maladie (il ne peut plus encrer ses dessins du fait de l’arthrose), les critiques, les batailles juridiques contre son ancien éditeur et les dissensions familiales, on aurait pu penser qu’Uderzo se résignerait à voir son héros partir avec lui. C’est mal connaître l’homme. En annonçant la vente des Editions Albert-René à Hachette à la fin de l’année dernière, il confirme au contraire que l’aventure d’Astérix continuera après lui. En organisant de son vivant sa succession, il offre le petit Gaulois en cadeau à son public.

Tintin et Astérix suivent donc deux trajectoires opposées mais toutes deux respectables puisqu’en accord avec les vues de leurs créateurs. En ce qui me concerne, je m’intéresse depuis longtemps à ce thème : l’entreprise (commerciale ou artistique) après son fondateur (notamment dans les newsletters de janvier et de février 2009). Ma conviction est que pour devenir des mythes, il faut que les héros populaires échappent à leurs créateurs et, surtout, à leurs héritiers. Le storytelling nous enseigne que l’ère du contrôle est révolue et qu’il est temps de passer à celle de l’influence. Après tout, le seul risque c’est que le ciel nous tombe sur la tête !

Chroniques du storytelling : Berlin, Bic, No Low Cost

Jeudi 12 novembre 2009

> Sarkozy et le mur de Berlin en 1989. Ce n'est pas du storytelling comme on le lit un peu partout, c'est du mauvais storytelling, nuance.

> Sarkozy et le mur de Berlin en 1989. Ce n'est pas du storytelling comme on le lit un peu partout, c'est du mauvais storytelling, nuance.

BERLIN

> Audience faible pour les émissions télé autour du Mur de Berlin. Normal, il s’est ouvert en une nuit, les célébrations durent depuis une semaine non stop

———

BIC

> Presse écrite et stylo Bic, même combat ! Un magazine uruguayen entièrement réalisé au Bic* !

———

CITROËN

> 90 ans de Citroën. Louez une 2CV pour le week-end et revivez la légende de la marque*.

———

GASTRONOMIE

> «Je vais vous raconter le menu» me dit le maître d’hôtel. Je suis dans un resto doué en storytelling (Le Puits Saint-Jacques à Pujaudran, Gers).

———

LOW COST

Pour lancer leur livre « No Low Cost », S Reynaud & B Fay ont un film viral très #storytelling http://bit.ly/3pVJqD

———

PEPSI

> Si elle est avérée, la négligence d’une secrétaire qui coûte 1 milliard de $ à Pepsi va entrer dans la légende.

———

TOURISME

> Tendances du tourisme après la crise : hôtels éphémères pour «funemployed» (cadres nouvellement chômeurs qui s’accordent une pause) et «tourisme des racines» (l’Afrique pour les Afro-Américains)*.

———-

Remerciements : Amaury Guibert, Andry Rakotomavo, Didier Rols.