Sérendipité : le « hasard » fait bien les choses… | le blog du storytelling le blog du storytelling

Sérendipité : le « hasard » fait bien les choses…

Pub pour les Post-it. L'invention d'une colle à faible pouvoir adhésif (heureusement pour Jade) est un exemple célèbre de trouvaille sérendipitique.

Pub pour les Post-it. L'invention d'une colle à faible pouvoir adhésif (heureusement pour Jade) est un exemple célèbre de trouvaille sérendipitique.

Quand le mot «sérendipité» figurera dans les dictionnaires, on se souviendra peut-être que c’est en 2009 qu’il a vraiment commencé à faire florès. Mais Alain Peyrefitte lui consacrait déjà un chapitre de son célèbre essai, «Le mal français», il y a plus de 30 ans. Retour sur un mot qui va désormais beaucoup faire parler de lui en marketing et communication…

Deux chercheurs qui se trompent dans les dosages et produisent une colle qui ne colle pas : une erreur comme il s’en produit des milliers chaque jour ? Non bien sûr, car c’est ainsi que Spencer Silver et Arthur Frey ont mis au point les Post-it. C’est cela la sérendipité – de l’anglais serendipity –  qu’on pourrait définir comme «une innovation majeure d’origine plus ou moins fortuite et dont l’importance ne se comprend qu’a posteriori». À notre niveau, nous l’avons tous pratiquée un jour ou l’autre, par exemple en cliquant de lien en lien sur Internet jusqu’à tomber sur une page web formidable que nous n’aurions jamais trouvée autrement.

Mais attention, ce n’est pas un pur synonyme de hasard. Renverser une tarte et réaliser qu’elle est éventuellement meilleure ainsi, c’est une simple maladresse aux conséquences heureuses. Mais inventer la crème brûlée en appliquant un fer rouge sur une crème qu’on voulait réchauffer et ne caraméliser que le dessus, ça c’est de la sérendipité. Le résultat est différent de celui que François Massialot, le chef en question, attendait mais sa trouvaille géniale procède d’une disposition de l’esprit, cela implique qu’il cherchait quelque chose à la base. Pour reprendre l’exemple des deux chercheurs de chez 3M, ils étaient déjà à la recherche d’une colle à faible pouvoir adhésif car, chantant dans une chorale religieuse, ils voulaient marquer les pages des livres de psaumes sans les abîmer.

Une démarche sérendipitique implique donc bien de partir avec une idée de la route sur laquelle on s’engage… tout en acceptant que les péripéties rencontrées nous fassent emprunter des chemins de traverse. La connaissance toute seule amène à la réflexion, pas à l’action. Si on attend d’avoir toutes les cartes en main, en réalité, on ne se lance jamais. La sérendipité réhabilite donc l’action par le biais de l’intuition. Bien sûr, il arrive qu’on se trompe mais en cela aussi, elle est un puissant agent décomplexant. Je l’utilise souvent en entreprise pour stimuler la créativité et je sais que, dans la vie, rares sont ceux qui osent vraiment car ils ont peur d’être jugés en cas d’échec. Or, ce qui importe c’est moins de ne pas se tromper que d’apprendre de ses erreurs et de se relever. Je suis bien conscient néanmoins qu’une telle démarche n’est pas toujours assez valorisée et quand je travaille avec des dirigeants totalement allergiques au risque, je leur rappelle que sans leurs échecs préalables, et les leçons qu’ils ont su en tirer, Walt Disney, Thomas Edison ou Steve Jobs n’auraient pas fait la carrière qu’on leur connaît.

Les découvertes en partie fortuite et leur narration ultérieure sont le matériau rêvé pour bâtir des légendes entrepreneuriales. En ce sens, la sérendipité est le meilleur allié du storytelling. Comment mettre en place une telle démarche au sein de votre entreprise ? Ce sera l’objet d’un prochain post.

The bookmarklet

Add this to your bookmarks or drag it to your bookmarks bar to quickly access shortening functions.

Shorten

This bookmarklet takes the page URL and title and opens a new tab, where you can fill out a CAPTCHA. If you have selected text before using the bookmarklet, that will be used as the keyword.

Support for bookmarklets on mobile varies. For example, they work on Chrome for Android but you have to add and sync them from your desktop.

">Twitter cet article. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



3 commentaires sur “Sérendipité : le « hasard » fait bien les choses…”

  1. SD dit :

    Oui, vous avez raison tous les deux

  2. Jean dit :

    La séréndipité est en outre un allié précieux aux storrytellers… Cet outil à l’art de rentre presque « magique » ce que d’aucun qualifierait de banal innovations…

  3. Soheil dit :

    Pour apporter de l’eau à votre moulin, je dirai même que la sérendipité est aussi le meilleur allié de l’artiste et de l’écrivain. On fait un projet, on se lance et, à l’arrivée, le résultat n’est pas du tout celui qu’on avait imaginé: souvent meilleur, il n’est pas rare que son auteur avoue même être le premier surpris. C’est sans doute ce qui explique que, même en s’appliquant, on ne fait jamais deux fois la même œuvre – le hasard nous conduit toujours ailleurs.

Laisser une réponse