octobre, 2009 | le blog du storytelling le blog du storytelling

Archive pour octobre 2009

Chroniques du storytelling

Samedi 31 octobre 2009

Total fait entrer Sébastien Loeb dans l'Histoire. Littéralement.

Total fait entrer Sébastien Loeb dans l'Histoire. Littéralement.

CHINE

> En Chine, Facebook n’est pas le bienvenu.

> Le dilemne chinois face à Internet: autoriser un accès large au risque de la contestation ou refuser et rater le coche de la modernisation ?

———-

GRÉGARISME SOCIAL

A l'ère Internet, combien de personnes ont encore vraiment besoin de faire la queue dans une boutique SNCF ?

A l'ère Internet, combien de personnes ont encore vraiment besoin de faire la queue dans une boutique SNCF ?

———-

MÉDIAS ANCIENS / MÉDIAS NOUVEAUX

> Pas de quotidiens dans les kiosques ce mercredi. Merci aux ouvriers du Livre qui nous incitent à passer plus vite et définitivement à la version digitale.

> Benoît Thieulin à propos des réseaux sociaux: « Avant, on gardait pour soi l’info. Maintenant, on veut être être le 1er à la diffuser« .

———-

RÉSULTATS FINANCIERS

>  Toujours dans le rouge mais moins grâce aux bonnes ventes de la PS3 depuis sa baisse de prix.

> Selon Rue89, Bernard Arnault aurait perdu 800M€ ce qui est peu pour lui mais sans réussir à prendre le contrôle de Carrefour, ce qui est vexant.

———-

SÉMANTIQUE

> C'est bizarre un film d'horreur qui s'appelle "Saucisse" quand même, non ?

> C'est bizarre un film d'horreur qui s'appelle "Saucisse" quand même, non ?

———-

SÉRENDIPITÉ

> La sérendipité, thème porteur selon Le Nouvel Économiste.

———-

TELLEMENT SIÈCLE PASSÉ

> Dans le RER C avec des zones entières toujours sans réseau, sans connexion. La RATP/ la SNCF (même combat), c’est quand même souvent Retour au 20e siècle.

———-

SOULAGES À BEAUBOURG

> « C’est ce que je fais qui m’apprend ce que je cherche« . Expo Soulages à Beaubourg

> Avec Soulages à Beaubourg, le noir raconte une story (celle de l’outrenoir), avec Soulages le noir est couleur, le noir est joie.

———-

STORYTELLING

> Poêles Invicta, la pub a tout pour devenir culte tellement elle est mauvaise. Mais au final,ça raconte quoi ?

> Le général assiégé envoya demander conseil à l’Empereur de Chine. Quand le coursier revint, la bataille était depuis longtemps perdue.

Quand Vogue prend les Champs-Elyséés pour cadre,leurs deux stories vont de concert.

Quand Vogue prend les Champs-Elyséés pour cadre,leurs deux stories vont de concert.

Il y a des fans de Scooby Doo dans ma rue ou alors ce sont des stories d'adulescents...

Il y a des fans de Scooby Doo dans ma rue ou alors ce sont des stories d'adulescents...

———-

Chroniques du storytelling : Nickel, Apple, Renoir…

Mardi 27 octobre 2009

 

Trop bling bling par les temps qui courent la dernière campagne Nickel*

Trop bling bling par les temps qui courent la dernière campagne Nickel*

APPLE

 

 

> La dernière pub Apple de la story Mac vs. PC « This time trust me ». Drôle, cruel, mais tellement vrai.

   

———-

BANQUES

> Projet de « rapprochement » du Crédit Agricole avec Société Générale et Groupama. À terme, une seule bancassurance, une seule story ?

———-

CHINE

> Quand les Chinois se choisissent un prénom US, et de marque connue de préférence*.

———-

DANONE

> En passant d’un modèle « alicament » à un modèle low cost, Danone a changé de story et pour le moment, ça marche.

———-

ENTREPRISES

> L’industrie du faux (pas seulement dans le luxe) represente 10% du commerce mondial. Le storytelling de la contrefaçon reste à écrire.

> France Télécom (-24 places) pointe désormais avant-dernier au baromètre d’image Posternak Margerit.  Entre Société Générale et Total. A l’autre extrême, Citroën est numéro 1 !

———-

NIKE

> NikeiD en appli sur l’iPhone. On peut désormais écrire la story personnalisée de ses shoes avec un smartphone.

———-

RENOIR

> Le parisien blasé à l’Expo Renoir au Grand Palais : « Ah non, moi je ne fais pas la queue au portique de sécurité, j’ai un billet coupe-file« .

>Gauguin : « Un peintre qui n’a jamais su dessinermais qui dessine bien, c’est Renoir« .

———-

Remerciements : MarketingPubAlbanVandekerkove.

Je t’aime moi non plus 3/3 : Chine S.A.

Lundi 26 octobre 2009

La Chine a fait rêver, elle doit à nouveau faire rêver pour vendre plus et mieux. Pourvu que le chemin ne soit pas aussi long et tortueux que la Grande Muraille...

La Chine a fait rêver, elle doit à nouveau faire rêver pour vendre plus et mieux. Pourvu que le chemin ne soit pas aussi long et tortueux que la Grande Muraille...

Faut-il mieux être aimé que craint ? Pour le moment, la Chine opte encore pour inspirer le respect, et la crainte s’il le faut. Quant à l’amour, c’est bon pour les régimes sur le déclin… C’est ce que j’ai pu constater lors d’un récent séjour à Pékin.

À bien des égards, le pays qui a fait rêver l’Occident depuis des millénaires avec la soie, depuis des siècles avec la porcelaine et le thé et depuis quelques décennies avec les médecines alternatives, ce pays inspire aussi de la méfiance, et pas seulement par rapport aux événements du Tibet ou du Xinjiang : les marchandises «made in China» traînent avec elles une réputation sulfureuse en termes de qualité, de sécurité et de conditions sociales…

«Notre mentalité reste basée sur le seul critère commercial. Nous pensons que tant que nous sommes les moins chers, vous ne pourrez pas vous passer de nous» m’a indiqué une jeune cadre d’un groupe justement en train de s’internationaliser. Une consultante en marketing qui a longtemps oeuvré en France avant de rentrer à Pékin pronostique pourtant, elle, le changement : «Certes, nous ne possédons pas encore très bien tous les codes de la création du désir mais nous apprenons vite». Et de rappeler que les États-Unis aussi ont mis du temps, au 20e siècle, à réaliser que le vrai pouvoir est un «soft power» qui passe par le fait de vendre l’«American way of life» via Hollywood (ce que le Japon avec les mangas ou l’Inde avec Bollywood ont déjà bien compris).

Quand je dis autour de moi que j’apprends le chinois, dans 9 cas sur 10, on me demande de me justifier : «Donc, tu approuves ce qui se passe au Tibet ?». Mon meilleur ami, qui apprend le japonais, récolte en revanche des : «bravo, ce doit être difficile mais passionnant»… Pour les entreprises chinoises qui s’implantent chez nous, le défi de remplacer le storytelling du «péril jaune» par celui, plus bénéfique, de «l’empire du milliard» les les dépasse donc largement, il est à l’échelle du pays.

Et le chemin n’est pas facile comme l’ont montré les festivités pour les J.O l’an dernier ou celles du 60e anniversaire de la République Populaire ce mois-ci. «Des cérémonies qui ont stupéfié le monde entier mais ne l’ont pas ému. La Chine est obsédée par le storytelling de sa puissance retrouvée, c’est l’héritage de notre humiliation passée» analyse un artiste du quartier branché de Dashenzi avant de conclure : «Tant que la Chine se moquera d’être aimée, elle restera un colosse aux pieds d’argile».

Mais, entrée récemment sur le créneau du luxe (secteur de type Aphrodite par excellence !) avec le rachat de Marionnaud et préparant son débarquement à Paris avec de nombreux palaces qui vont ouvrir d’ici 2012, la Chine va devoir très vite apprendre à nous séduire – et à nous donner en retour des preuves d’amour. Et compendre qu’à long terme, on vend plus et mieux en étant aimé que craint…

Chroniques du storytelling : Astérix est un seniorix, Apple toujours plus haut, M6 dans ton mobile !

Samedi 24 octobre 2009

APPLE

> Bénéfice net en hausse de 18% sur 2009 pour Apple, +46,5% rien que sur le dernier trimestre ! Steve Jobs a bien fait de revenir.

> Avec 41% du marché des smartphones, c’est en France qu’Apple détient sa plus grosse part de marché pour l’iPhone.

———-

ASTÉRIX

> Ébouriffant hommage de la patrouille de France pour les 50 ans d’Astérix

———-

ENTREPRISES PENDANT LA CRISE

> Les ventes des montres mode, moyenne gamme et bling bling s’effondrent. Celles qui ont la légitimé du luxe et de leur story résistent vaillamment.

> McDonald’s surperforme à nouveau sur le trimestre passé : bénefices en hausse de 6%.

———-

MEDIAS

> «Tunisie : pourquoi ça marche» en une d’Afrique Asie Magazine. La photo dit exactement le contraire…

> Pour Le Monde, Hadopi est d’abord «censuré en partie», puis retitré «adopté dans sa quasi-totalité». Quelqu’un serait-il intervenu?

> À peine arrivé, le voilà déjà reparti : Axel Duroux quitte TF1. Le paquebot a de la gîte*.

> M6 diffuse un fake sur Jean Sarkozy. La course au scoop fait trébucher les médias anciens comme les nouveaux…

———-

MESSIER

> Dans l’Affaire Vivendi, Jean-Marie Messier est renvoyé en correctionnelle. Il va lui falloir revoir sa story…

———-

M6 MOBILE

> Excellent spot TV très #storytelling pour #M6Mobile avec une signature, comment dire, très en phase avec la cible.

———-

SÉMANTIQUE

> «La baisse des ventes de PSA ralentit au 3e trimestre». C’est pour des phrases comme ça qu’on embauche un dircom…

> Taser admet un risque d’«événement cardiaque négatif». Novlangue de com, sans doute, mais il y a des journalistes qui répètent…

———-

SOCIOLOGIE

> Les études (TNS Sofres, Harris International) concordent : les consommateurs ont pris leurs distances v-à-v des marques. La relation est à reconstruire.

> Les pratiques culturelles des Français 1997-2008 passent toujours plus via l’écran. En revanche, le livre et la musique classique vont selon toute probabilité disparaître.

———-

STARBUCKS

> 70% des clients français de Starbucks sont des femmes qui jugent les bars-tabacs trop «mecs». C’est un effet d’aubaine pour l’’entreprise qui devrait être les cibler plus clairement…

———-

STORYTELLING

> Accueilli par la foule à son arrivée aux USA, Freud : «Ces gens-là ne savent pas que je leur apporte la peste».

———-

STORYTELLING POLITIQUE

> Joseph Macé-Scaron : «Hier il y avait Jacques Pilhan, érotomane de la manipulation, aujourd’hui ce sont les les pétomanes associés du storytelling». Il vaut mieux en rire…

> Silvio Berlusconi : «J’ai quitté les affaires pour descendre en politique». C’est le pendant italien de l’expression «faire président». Dans les deux cas, quelle idée se fait-on de la fonction ?

———-

WHO’S WHO

> Le Who’s Who 2010 fait la part belle aux entrepreneurs du web pour ses nouveaux entrants.

———-

* Remerciements : Benoît Daragon.

Suivez-moi sur Twitter ici.

Chroniques du storytelling : effet Streisand, Séguéla enfile les perles…

Jeudi 22 octobre 2009

L’expression «effet Streisand» fait référence à une controverse impliquant la célèbre artiste qui s’était opposée à la diffusion d’un livre sur l’érosion du littoral parce qu’elle y avait reconnu sa maison (photographiée depuis le ciel) en invoquant le respect de sa vie privée. Les internautes se sont empressés de diffuser la photo qui a ainsi été vue des millions de fois au grand dam de la chanteuse. Ainsi en va-t-il parfois ainsi sur Internet : une information quelque peu ridicule mais sans grande importance qu’on cherche à faire disparaître et qui du coup vous revient à la figure avec un terrible effet boomerang. Cela dit, j’aime beaucoup Barbra Streisand...

L’expression «effet Streisand» fait référence à une controverse impliquant la célèbre artiste qui s’était opposée à la diffusion d’un livre sur l’érosion du littoral parce qu’elle y avait reconnu sa maison (photographiée depuis le ciel) en invoquant le respect de sa vie privée. Les internautes se sont empressés de diffuser la photo qui a ainsi été vue des millions de fois au grand dam de la chanteuse. Ainsi en va-t-il parfois ainsi sur Internet : une information quelque peu ridicule mais sans grande importance qu’on cherche à faire disparaître et qui du coup vous revient à la figure avec un terrible effet boomerang. Cela dit, j’aime beaucoup Barbra Streisand...

FRANCE TÉLÉCOM

> Analyse iconoclaste de l’Insee : «Statistiquement, il n’y a pas de « vague de suicides » chez France Télécom».

> «Ce qui fait sens n’est pas le chiffre des suicides mais son invocation (…) Quand on se met à observer quelque chose, on le voit apparaître».

———-

SÉGUÉLA

> Tout le génie et toute la modestie de Jacques Séguéla dans cette phrase prononcée chez Ruquier : «Moi, j’ai inventé la pub».

> Jacques Séguéla toujours : «Le Net est la plus grande saloperie jamais inventée par les hommes». Décidément, il enfile les perles.

———-

SÉMANTIQUE

> «La baisse des ventes de PSA ralentit au 3e trimestre» C’est pour des phrases comme ça qu’on embauche un dircom !

> Taser admet un risque d’«évènement cardiaque négatif» en cas de tir en pleine poitrine; Novlangue de com, certes, mais il y a des journalistes qui répètent la langue de bois…

———-

STORYTELLING

> Accueilli par la foule à son arrivée aux USA, Freud déclara : «Ces gens-là ne savent pas que je leur apporte la peste».

> Attention, humour lourd. Joseph Macé-Scaron dans Marianne : «Hier, c’était Jacques Pilhan, érotomane de la manipulation, aujourd’hui c’est le temps les pétomanes associés du storytelling».

———-

VIEUX MONDE VS. NOUVEAU MONDE, MÉDIAS VS. E-MÉDIAS

> La distribution sélective gagne une bataille contre eBay et ses clones*.

> L’effet Barbra Streisand ou la vanité d’empêcher la diffusion de l’info à l’ère Internet (The Economist, en anglais)

Pour sensibiliser ses lecteurs à certains risques de censure frappant l’information - et déclencher ainsi un effet Barbra Streisand - The Guardian a publié en Une le texte suivant le 13 octobre : «Une question a été adressée à un député mais nous n’avons pas l’autorisation de vous révéler cette question, ni qui l’a posée, ni à qui elle s’adressait, ni où elle a été archivée. Certains obstacles légaux, que nous ne pouvons nommer, impliquent des actions juridiques que nous n’avons pas le droit de mentionner, au nom d’un client dont l’identité ne peut être dévoilée»... (cité dans The Economist)

Pour sensibiliser ses lecteurs à certains risques de censure frappant l’information - et déclencher ainsi un effet Barbra Streisand - The Guardian a publié en Une le texte suivant le 13 octobre : «Une question a été adressée à un député mais nous n’avons pas l’autorisation de vous révéler cette question, ni qui l’a posée, ni à qui elle s’adressait, ni où elle a été archivée. Certains obstacles légaux, que nous ne pouvons nommer, impliquent des actions juridiques que nous n’avons pas le droit de mentionner, au nom d’un client dont l’identité ne peut être dévoilée»... (cité dans The Economist)

> 75% des personnes présentes dans les programmes télé (hors pub) sont des CSP+ alors qu’elles ne représentent que 5% de la population totale*.

———-

* Remerciements : Benoît Daragon, Patrick Prodhon.

Suivez-moi sur Twitter ici.

Je t’aime moi non plus 2/3 : France Télécom

Mercredi 21 octobre 2009
Dans sa quête pour se faire aimer de ses clients (et encore...), France Télécom a sans doute sacrifié ses collaborateurs.

Dans sa quête pour se faire aimer de ses clients (et encore...), France Télécom a sans doute sacrifié ses collaborateurs.

Interrogée dans le cadre d’un article sur les chasseurs de têtes, une des stars de la profession déclarait récemment : «Je crois beaucoup au management par la bonté». Une formule qui peut surprendre tant elle semble aux antipodes de la réalité vécue par les salariés de nombreux grands groupes.

Après Sanofi-Aventis et Renault, France Télécom a été frappé à son tour par une série de suicides. J’ai beaucoup twitté à ce sujet. Dans un premier temps, la réponse de la direction a été plus que maladroite, son DRH expliquant benoîtement qu’environ 30 salariés du groupe se suicident chaque année : on serait donc en quelque sorte dans la moyenne…

Heureusement, après convocation ministérielle, le PDG a indiqué prendre la mesure du problème et s’est engagé à «créer un nouveau contrat social dans l’entreprise». Malheureusement, la formule de Didier Lombard – «Il faut mettre un point d’arrêt à cette mode du suicide» – a eu un effet désastreux. Comment ruiner le travail d’une énorme structure par une seule phrase quand on est un handicapé de la communication (comme le montre encore la vidéo de Mediapart ci-dessous).


Didier Lombard, pdg d’Orange, et la pêche aux moules
envoyé par Mediapart. – L’info internationale vidéo.

Comme dans les sentiments, il n’y a pas d’amour mais seulement des preuves d’amour : les collaborateurs de France Télécom attendront donc un peu avant de croire en la bonté de leur management… Pendant ce temps, les suicides continuent.

Dans mon dernier post sur le sujet, je m’intéresserai à un cas d’amour/désamour encore plus vaste que celui du champ entrepreneurial, celui d’un pays : la Chine.

Chroniques du storytelling : la grande saga des marques dans Capital, publicitaires à l’ancienne…

Mardi 20 octobre 2009

COM À L’ANCIENNE

> Confirmation: les Français n’aiment pas la pub. Peut-être parce que les publicitaires, eux, l’aiment (et s’aiment) trop ?

> Jacques Séguéla : «Le matraquage est toujours gagnant pourvu qu’il ait les moyens de sa propagande» (Stratégies). C’était vrai… au 20e siècle.

> M. Lévy : «Le mot de Henry Ford reste vrai : dites-en du bien, dites-en du mal mais de grâce parlez-en !». (Capital) C’était vrai… au 20e siècle.

———-

GRANDE DISTRIBUTION

> «Quelles enseignes font le plus d’efforts pour vous, clients ?» 1ers ex aequo : Leroy Merlin et Séphora. Dernier et c’est une surprise : Monoprix qui communique beaucoup pourtant à ce sujet (CB News)

> En résumé, la grande distribution devrait faire moins de com à destination de ses clients mais plus communiquer avec eux…

———-

LA SAGA DES MARQUES

> Capital sort un hors-série très storytelling, La grande saga des marques : leur histoire, leur stratégie, leur influence sur la société

> Hors-série de Capital. La marque la plus connue des Français est Renault, la plus aimée Google, la plus détestée Total.

> Pour éviter la contrefaçon, quelle grande marque envisage la gravure laser sur ses produits ? Kellog’s avec ses corn flakes ! (CB News).

> Pour ses 100 ans, L’Oréal rend intelligemment hommage à 100 000 ans de beauté avec une vraie somme encyclopédique.

> Si Microsoft avait créé le logo d’Apple, la pomme ne serait pas mordue. Trop connoté jardin d’Eden, on n’est pas là pour rigoler…

> La saga Nespresso continue : les fans sont priés d’imaginer la fin du prochain spot. George écrasé sous un piano ?

———-

SOCIAL

> Enfin une interview de D. Lombard, France Télécom, sans fail de com. Comme quoi, ça sert de relire les papiers avant publication !

> Les médias regardent ailleurs : IKEA a discrètement supprimé 5 000 emplois dans le monde depuis le début de la crise.

> A force de muer, les entreprises ne risquent-elles pas d’y laisser leur peau ? se demande en substance Pierre Baqué dans Le Monde*.

———-

* Remerciements : Patrick Prodhon

Suivez-moi sur Twitter ici.

Je t’aime moi non plus 1/3 : Total

Lundi 19 octobre 2009

Les campagnes d'image de Total sont toujours apparues terriblement décalées avec - précisément - son image dans l'opinion. Le groupe a-t-il enfin pris la mesure de la détestation qu'il génère. Peut-être...

Les campagnes d'image de Total sont toujours apparues terriblement décalées avec - précisément - son image dans l'opinion. Le groupe a-t-il enfin pris la mesure de la détestation qu'il génère. Peut-être...

Parce qu’il s’adresse à l’émotion, le storytelling raconte une histoire de désir. Mais est-il toujours indispensable de se faire aimer ? C’est la question que posait déjà Machiavel dans «Le prince». Elle est toujours d’actualité.

Il y a un siècle, John D. Rockefeller a cru pouvoir faire sans : après tout, quand on détient le quasi monopole de l’extraction et de la distribution du pétrole, on n’a pas besoin d’inspirer du désir… Mais en 1911, sous la pression des consommateurs qui en avaient fait l’homme le plus haï d’Amérique, la justice prononça le démantèlement de la Standard Oil Company en 34 petites entités.

C’est peut-être inspiré par cet exemple, et éviter un jour la même mésaventure (ou à plus court terme afin de faire taire les demande de surtaxe de ses superprofits) qu’un autre handicapé notoire de l’image, Total, a commencé à évoluer. Après des années de gestion désastreuses des crises où son nom était cité, le groupe a lancé il y a quelques mois une campagne de «réconciliation» : «Total est une société française qui n’est plus assez proche de la France : nous avons besoin de la France, nous devons être bien en France» a déclaré son PDG Christophe de Margerie avant d’investir 50 millions d’euros dans le plan d’insertion de Martin Hirsch. Le mois dernier, il est même descendu de sa tour de verre de La Défense pour répondre sans fard aux questions des lecteurs d’un quotidien national. Et même si certains ont dénoncé une opération de com, les lecteurs, eux, en sont sortis plutôt convaincus.

Bien sûr, la reconquête de l’opinion prendra du temps mais au moins est-elle désormais engagée. Et puis, on peut être la société la plus mal aimée de France et avoir besoin de recruter de bons profils… ou de mettre du baume au coeur d’équipes démotivées par les critiques : autant de raisons de faire le choix du coeur… par raison.

Dans un prochain post, je reviendrai sur cette nécessité de se faire aimer, y compris en interne (n’est-ce-pas France Télécom ?)

Chroniques du storytelling : Volkswagen et la joie urbaine, Christine Boutin et la réécriture de l’histoire

Samedi 17 octobre 2009

«C'est mon combat contre le Pacs qui a sorti l'homosexualité de son tabou» : ose déclarer Christine Boutin dans Direct Soir, 10 ans après. La vieillesse est un naufrage quand elle conduit à réécrire l'histoire.

«C'est mon combat contre le Pacs qui a sorti l'homosexualité de son tabou» : ose déclarer Christine Boutin dans Direct Soir, 10 ans après. La vieillesse est un naufrage quand elle conduit à réécrire l'histoire.

AUTOMOBILITÉ

> 75, 92 et 93 sont volontairement délaissés sur les nouvelles plaques d’immatriculation au profit des 69, 59, 13 et 31.

> Quand GM et Chrysler sont nationalisés ou vendus, Ford se recentre sur sa marque et sur l’Amérique et ça marche.

> Volkswagen investit le thème de la joie urbaine et c’est très réussi. Plus modeste et plus légitime aussi que quand BMW nous parlait de bonheur…

———-

DISNEY

> Disney relance sa chaîne de boutiques sur le modèle des Apple Stores… et avec l’appui de Steve Jobs*.

———-

GASTRONOMIE

> «Auparavant, je n’avais jamais adressé la parole à un oignon». Alain Passard, génie de la haute gastronomie sur France 2. Je l’adore.

———-

GRANDE DISTRIBUTION

> Carrefour a supprimé 3200 postes en un an en France sans faire de vagues. Comme quoi, il suffit parfois de ne pas communiquer…

———-

GUERLAIN

> «Faites de bons produits, ne cédez jamais sur la qualité, et puis ayez des idées simples et appliquez-les scrupuleusement» : le parfumeur Guerlain en 1828

———-

HANDICAPÉS DE LA COM

> 25e suicide chez France Télécom, depuis le temps que je disais que le dircom ne survivrait pas aux fails à répétition de Lombard & Cie…

Quand l'Autorité des Marchés Financiers s'exprime (ici dans Challenges)... Certains responsables de com devraient vraiment apprendre à faire de la com.

Quand l'Autorité des Marchés Financiers s'exprime (ici dans Challenges)... Certains responsables de com devraient vraiment apprendre à faire de la com.

———-

INFORMATIQUE

> Dell détrôné par Acer, nouveau numéro 2 du marché PC. HP toujours numéro un mais de peu*.

———-

MÉDIAS

> Catherine Deneuve transformée en manège à bijoux au 20H de TF1, une story pas très réussie de placement de produits Dior.

> Le retour de Géopolis, magazine de politique étrangère de la rédaction de France 2 désormais sur le Net*.

> Pourquoi appelle-t-on «3D» de l’image de synthèse alors que les films en «relief»… gardent tout de même l’appellation «3D» *?

> Selon Patrick Le Lay, sur FR3 : «Tant qu’un événement est sur le Net, il n’existe pas encore. Il faut passer à la TV». Arrogance quad tu nous tiens…

———-

RÉVISIONNISME

> Mona Chollet met à nu l’abjection des défenseurs de Polanski, pour qui la femme est un objet… surtout quand on appartient à la génération de Mai 68.

> Le petit-fils de Staline qui voulait rehabiliter pépé a été debouté. Bonne nvlle : en Russie aussi la réécriture de l’histoire a ses limites

———-

SÉMANTIQUE

> Marboro Classics devient MCS : quand une marque ne peut plus assumer l’héritage de son nom*…

———-

STORYTELLING

> Le pays qui fait le plus rêver le monde ? Les USA (+ 8 places depuis l’élection d’Obama). La France est 2e*.

———-

TGV

> Je suis dans un TGV désigné par Christian Lacroix et ce n’est que justice qu’il soit en dépôt de bilan. Mauvais goût…

> «Astérix 50 ans et toujours aussi bien gaulé» : Euh, ils relisent leurs titres à TGV magazine ?

> Dans le TGV, les Fans d’Apple (ordis et iPhones confondus) sont sur-représentés. Les Macs sont-ils de grands voyageurs ? Grégarisme social…

———-

WEB

> Microsoft va ouvrir un WindowsCafé à Paris 3e et invite à surfer sur le trottoir en attendant !

> «Yahoo it’s You!» dit la pub. OK, mais en 2009, qui peut encore dire ce qu’est Yahoo ? A quoi ça sert, pourquoi y aller ?

———-

* Remerciements : Jean Allary, Amaury Guibert, Andry Rakotomavo, Didier Rols, Alban Vandekerkove

Suivez-moi sur Twitter ici.

Chroniques du storytelling : Marge Simpson dans Playboy, Bibendum en pub TV

Mardi 13 octobre 2009

Il y avait déjà eu des parodies underground (notamment Jessica Rabbit il y a 20 ans) mais, à ma connaissance, c’est la première fois qu’une toon fait officiellement la couverture de Playboy : bravo Marge Simpson ! Quelle histoire !*

Il y avait déjà eu des parodies underground (notamment Jessica Rabbit il y a 20 ans) mais, à ma connaissance, c’est la première fois qu’une toon fait officiellement la couverture de Playboy : bravo Marge Simpson ! Quelle histoire !*

BONHEUR

> Âge d’or : en Grèce antique, on perdait sa citoyenneté si on travaillait soi-même et à Rome, l’otium (oisiveté, loisir) était 1 activité en soi.

> Sans remord : Émile Aillaud, architecte de nombreux grands ensembles et cités : «Il faut savoir faire le bonheur des gens malgré eux».

———-

FRANCE TÉLÉCOM

> «Il faut remettre de l’humain dans les rouages». Stéphane Richard, prix France Télélco du fail du jour en com sociale.

———-

GRANDE DISTRIBUTION

> Leclerc a 60 ans, Carrefour 50, Intermarché 40 : les hypers vont-ils survivre à la fin de l’ère de la conso de masse ?

———-

MARQUES ANTI-CRISE

> Nivea : +5% en 2009. Pour résister à la crise, rien ne vaut les marques doudous qui nous font retomber en enfance.

———-

MEDIAS

> «La campagne de com du Figaro est un attentat contre le titre et sa ligne éditoriale» : Fred & Farid (CB News). Ils ont raison.

———-

MICHELIN

>Le Bibendum devient enfin un vrai toon dans la nouvelle campagne de pub. Légitime.

———-

FRÉDÉRIC MITTERRAND

> Plutôt que deux camps, l’affaire Polanski/Mitterrand a opposé deux générations; celle de nos parents («jouir sans entraves») à la nôtre (come-back de la morale)

> Manuel Valls : «Les dissonances du PS sur l’affaire Mitterrand expriment le clivage générationnel sur la liberté et les règles».

> Sondage BVA : 67% des Français ne veulent pas la démission de Frédéric Mitterrand. Il a donc été plus convaincant que je ne pensais.

———-

SÉMANTIQUE

> La sémantique est centralisatrice : c’est de Gaulle qui trancha en conseil des ministres entre «informatique» et «ordinatique» en 1966.

> Les grandes écoles : on n’y entre qu’une fois, mais on en sort toute sa vie.

> Novlangue : selon le Ministère de la Culture, on ne dit plus « prostitution« , on dit « relations tarifées« .

———-

STARBUCKS

> Les employés de Starbucks racontent leurs stories en vidéo sur MyStarbucksStory.com. Les clients les départageront*

———-

STORYTELLING

> Sur la peur du vide. Un ministre : «Que c’est beau ce peuple dans les rues». Louis-Philippe : «Ce sera encore plus beau quand il sera rentré chez lui».

> Au Zoo de Gaza, les ânes sont teints pour se faire passer pour des zèbres. On ne sait pas s’il faut en rire ou en pleurer.

———-

* Remerciements : Stéphen Bunard, Andry Rakotomavo,

Suivez-moi sur Twitter ici.