septembre, 2009 | le blog du storytelling le blog du storytelling

Archive pour septembre 2009

Chroniques du storytelling : BMW, Barbie, Harcourt, sérendipité…

Lundi 28 septembre 2009

«Il faut 100 ans pour faire un bon gazon mais quelques intempéries pour le perdre» me dit un ami anglais. Comme la e-réputation

«Il faut 100 ans pour faire un bon gazon mais quelques intempéries pour le perdre» me dit un ami anglais. Comme la e-réputation

ACCOR

> «Les actionnaires devraient trouver leur compte à court terme (à la scission d’Accor)» http://bit.ly/1sfkKv Mais à long terme ?

———-

AUTOMOBILITÉ

> «Nous créons de la joie» La nouvelle signature de marque de BMW est ridicule. De la fierté, je veux bien mais de la joie ?

> Le projet de TGV Air France tourne court http://bit.ly/Y6uwo La compagnie continuera donc de perdre des PDM face au train. Court-termisme…

———-

BARBIE

> Barbie : et maintenant, le film http://bit.ly/1j1rYe Quelle actrice voudra devenir l’égérie des filles de 4-7 ans ?

———

CHINE

> Les jeunes Chinois adorent les flash mobs et ils tiendront 1 milliard de blogs d’ici 2012*

> PDG de Vallourec : «La Chine détruit l’industrie des autres pays» http://bit.ly/c2YKW Bien pratique ça, le retour du péril jaune

———-

CLEARSTREAM

> Le lapsus présidentiel sur la «culpabilité» de son meilleur ennemi est objectivement la meilleure chose qui pouvait arriver à DDV

———-

DANONE

> Danone valorise le lait des Peuls au Sénégal http://bit.ly/LLQ8Z Belle opé mais quid du timing de com, avec la crise du lait chez nous ?

———-

EDF / VEOLIA

> Henri Proglio, premier patron double casquette du CAC 40. Bravo pour lui, mais pour les employés d’EDF ? pour les actionnaires de Veolia ?

———-

FRANC-MAÇONNERIE

> Anne Lauvergeon à-p des francs-maçons: «Pas besoin d’en être quand on appartient au corps des Mines» (cité dans Challenges). Réseau, réseaux

———-

GRANDE DISTRIBUTION

> Des hypers + grands pour Auchan, + petits pour Carrefour, avec – de rayons pour Casino: 3 réponses diverses à la crise, qui a raison ?

———-

HARCOURT

> Cela fait 75 ans que les photos du Studio Harcourt ont l’air d’avoir 75 ans (avec classe). L’expo anniversaire : http://bit.ly/Flzbc


———-

LOGICIELS

> Microsoft voudrait ouvrir un bar éphémère (avant un Megastore) à Paris. Mais qui trouvera cool de donner RDV à ses amis chez Microsoft ?

> Dans une ère marquée par l’accès généralise à Photoshop, il y aura une prime pour les produits 100% authentiques

———-

MARQUES À RELANCER

> Aubade fête sa 100e leçon de séduction mais licencie toujours, Hom restructure ses slips et son organisation : l’automne est chaud…

> Centenaire, le Choco BN de notre enfance ne séduit plus les enfants http://bit.ly/X6tHC Opération relance en vue !

> Populaire mais ingérable et en déshérence, qui veut relancer la marque Laure Manaudou ? http://bit.ly/dYYzF

———-

MCDONALD’S / STARBUCKS

> Sur le papier, Starbucks avait tout pour être le prochain McDo mais au final, c’est McDo qui est le nouveau Starbucks. J’y reviendrai.

———-

MEDIAS

> Pub TV Figaro avec les 2 frères dont le bobo (nouvelle cible ?) se moque du BCBG, je n’y crois pas. En + ça dénigre leurs lecteurs tradi

> La «colère» de N. Sarkozy contre A. Chabot (http://bit.ly/knF5u), habituellement soupçonnée de complaisance, arrive au bon moment, non ?

> Version papier ou numérique, Der Spielgel fait toujours trembler l’Allemagne

> Séisme dans les médias : après l’échec AOL, Time Warner mettrait en vente… Time. Symbolique de la fin d’une ère

———-

SÉRENDIPITÉ

> 1/2 «La sérendipité a joué un grand rôle dans l’histoire. Christophe Colomb cherchait la Chine; il découvrit l’Amérique.» A. Peyrefitte

2/2 «En politique, nous sommes souvent des Christophe Colomb, bien que nous découvrions rarement l’Amérique» ;-)

———-

SFR

> Le mot «texto», inventé par SFR, n’est plus protégé http://bit.ly/13z48c Gros fail du service juridique. Tant mieux

———-

STORYTELLING

> Les règles du jeu – 3 pages pour faire le tour du storytelling dans Le Nouvel Économiste http://bit.ly/g8ovZ Autopromo ;-)

———-

UNESCO

> Mon tweet récent sur un Hosni en colère menaçant de brûler l’Unesco était (presque) prémonitoire ;-) http://bit.ly/3UP82N

———-

UNIQLO

> Une modeuse à-p d’Uniqlo qui ouvre prochainement à Paris : «c’est une sorte de H&M nippon, mais avec des clients hommes, tu vois»

Remerciements : Didier Rols

Suivez-moi sur Twitter ici.

Chroniques du storytelling : Lipton, Paul Smith, Interbrand 2009…

Mercredi 23 septembre 2009

Paul Smith et la cuvée Evien 2010 (photo en provenance de TheDieline.com)

Paul Smith et la cuvée Evien 2010 (photo en provenance de TheDieline.com)

ACCOR

> Accor vend les murs de ses hôtels F1 au plus bas des prix immobiliers http://bit.ly/Nel7s

———-

CHARAL

> Charal en campagne TV ne répond pas à la polémique sur ses conditions d’abattage http://bit.ly/Zl2uL Qui a péché par le net périra par…

———-

EDF / VEOLIA

> H. Proglio prendrait la tête d’EDF en gardant un droit de regard sur Veolia. Jusqu’où ira le rapprochement entre les 2 sociétés ?

———-

LACROIX

> Le cheikh d’Ajman veut racheter Christian Lacroix «qui jouit d’une très haute image dans le Golfe» http://bit.ly/jYzRg Le baiser qui tue…

———-

LIPTON

> Lipton invite ses clients (et bloggeurs) à vérifier sur place (en Inde) son nouveau positionnement durabili-thé http://bit.ly/2No2T Malin

———-

MARSEILLE 2013

> Marseille 2013 est bien parti pour réitérer le succès de Lille 2004 http://bit.ly/1ipCnC La ville revoit l’urbanisme de son centre

———-

MARKETING 2.0

> Petra Friedman, présidente Europe de HomeAway (in Les Échos) : «Le consommateur devient de + en + coproducteur de ses loisirs»

> Pour se réinventer, les marques font appel à l’interactivité avec le consommateur http://bit.ly/hqgBW Mais il leur faut apprendre l’humilité

> «Il n’y a que 1% des gens capables d’apporter une contribution forte» François Pétavy. C’est ce 1% qui peut imposer sa griffe aux marques…

———

MEERT

> Le lillois Meert ouvre prochainement sa 1ère boutique dans le Marais. Enfin de bonnes gaufres à Paris*

——–

NESTLÉ

> Si la Suisse plafonne les rémunérations des dirigeants, Nestlé pourrait délocaliser son siège menace le PDG http://bit.ly/18E6bq

——–

NRJ

> J.P. Baudecroux, NRJ (CB News) «C. Sabot n’a pas réussi ce pourquoi il était chèrement payé. A. Bompard a réussi, lui, à relancer Europe 1.»

———

ORANGINA – SCHWEPPES

> Requinqué par la pub, Orangina-Schweppes devrait passer sous le contrôle du géant des boissons japonais, Suntory http://bit.ly/rO3Ev

———

PAUL SMITH

> 1/2 Paul Smith a designé la nouvelle bouteille Evian http://ff.im/-8xJRq (via @MarketingPub). J’aime, mais j’aime encore plus sa phrase :

> 2/2 Paul Smith: «My life is all about being child-like. Not childish. Child-like» Savoir garder l’innocence de l’enfance sans la puérilité.

———-

TOP 100

> 1/2 Les marques les plus puissantes sont aussi les plus fortes en storytelling. Classement 2009 Interbrand http://bit.ly/iPXjU

> 2/2 1er Coca, 2e IBM, 3e Microsoft, 4e GE, 5e Nokia, 6e McDonald’s, 7e Google, 8e Toyota, 9e Intel, 10e Disney. Le 1er français LV est 16e.

> Il y a 2 classements concurrents des 100 les + puissants et pour BrandZ, c’est Google qui est N°1, Microsoft 2, Coca 3.

———-

UNESCO

> Farouk Hosni battu et c’est heureux. Va-t-il menacer de brûler les bureaux de l’UNESCO ?

———-

Remerciements : Alban Vandekerkove

Chroniques du storytelling : Barbie, Far West, Vuitton…

Mardi 22 septembre 2009

"Quand la légende devient un fait établi, imprimez la légende" : la Chine semble avoir fait sienne cette citation de L'Homme qui tua Liberty Valance. Les répétitions permettent déjà de savoir exactement comment la RPC fêtera ses 60 ans le 1er octobre prochain. Ce jour-là, comme pour les J.O. l'an dernier, même la météo sera sous contrôle.

"Quand la légende devient un fait établi, imprimez la légende" : la Chine semble avoir fait sienne cette citation de L'Homme qui tua Liberty Valance. Les répétitions permettent déjà de savoir exactement comment la RPC fêtera ses 60 ans le 1er octobre prochain. Ce jour-là, comme pour les J.O. l'an dernier, même la météo sera sous contrôle.

APPLE

> Dans l’affaire des iPhones explosifs, on ne s’est jamais demandé si concernait un ou plusieurs opérateurs*. Curieux… ?

> On devrait offrir un iPhone aux traders voyous, ça pourrait régler le problème…

> Steve Jobs à-p de sa greffe du foie : «Nous devrions tous être des donneurs d’organes». OK pour le storytelling, mais les nouveaux produits ?

———-

AUTOMOBILITÉ

> Michelin aussi croit dans la voiture électrique pour vendre… des roues motorisées http://bit.ly/I864K

———-

BARBIE

> Pour les 50 ans de Barbie, Mattel offre 50 «Barbie Générations de Rêve»*  http://bit.ly/uZEiu Elle fait son âge, je trouve.

> «Possédez-vous – de 100, de 100 à 500, ou + de 500 Barbie de collection ?». Mais à qui s’adresse ce concours ?

———-

CHINE & GÉOPOLITIQUE

> Pourquoi la Chine n’a jamais réussi à imposer sa marque dans le thé* http://ff.im/-8nuGF

> Warren Buffet change de tailleur, la bourse de Shanghai bondit http://bit.ly/4uSt63

> Iconoclaste : «Le (sino)christianisme va renforcer les Chinois au point de battre les Américains.» J. Micklethwait http://bit.ly/3jqp5o

> Autres idées de Micklethwaith (The Economist), la gauche américaine + religieuse que la droite, le 21e siècle + chrétien que musulman

———

FAR WEST

> «Le vrai Far West» dans le National Geographic http://bit.ly/X1xHq La conquête de l’Ouest est une totale création intellectuelle a posteriori

———-

GRIPPE A

> Un dirigeant de PME toulousain à propos des mesures anti-grippe: «Je me demande si on ne nous refait pas le coup du bug de l’an 2000»

———-

GUINNESS

> Il y a 250 ans à la brasserie St. Jame’s Gate (Dublin), Guinness a signé un bail de 9 000 ans ! Reste donc encore 8 750 ans !

———-

LOUIS VUITTON : LVMH

> Passionnant papier dans The Economist sur les capacités de résilience de Louis Vuitton et de LVMH en temps de crise http://bit.ly/5qUMB

> LVMH : «Les 4 éléments de notre business model : produit, distribution, com, prix. Le but est que les 3 premiers fassent oublier le 4e.»

> Louis Vuitton est la seule marque de luxe qui ne solde jamais et préfère détruire ses stocks d’invendus pour ne pas dévaloriser sa marque

> Trouver des relais de croissance. Pour Louis Vuitton, «La Chine est le nouveau Japon»

> Entre les lignes, on sent monter la tension entre le management de Vuitton et celui de LVMH. Je te tiens tu me tiens par la barbichette

———-

MEDIAS

> Le Post (auquel je contribue parfois) s’auto-parodie pour ses 2 ans* http://tinyurl.com/n5xdpt

———

SÉRENDIPITÉ

> Sérendipité, l’art des hasards heureux. Liste d’inventions dûes au hasard* : http://tinyurl.com/nof76k Le hasard, toute une histoire…

———-

Union Européenne

> «L’Europe ne parlera à la raison des Européens que si elle touche leurs émotions» D. Moïsi http://bit.ly/58OM3 Le rêve européen en miettes

———-

VGE

> 1/2 Love Story (rêvée ?) VGE/Diana. Heureusement que l’Ex est là pour la réputation de la France. Comme le disait Madame de La Fayette :

> 2/2 «La magnificence & la galanterie n’ont jamais paru en France avec autant d’éclat que dans les dernières années du règne de Henry Second»

———-

Une photo qui raconte une histoire - Je fais justement un «pèlerinage» ce week-end à Illiers-Combray. J’y croiserai peut-être cet autre fan de Marcel Proust. À moins qu’il ne s’agisse que d’affichage de goûts littéraires censés construire la geste présidentielle... Nicolas Sarkozy a assez de personnes pour lui porter ses dossiers pour que le fait de garder en main ce livre (dans la collection Jean d’Ormesson du Figaro s’il vous plaît) ne soit pas anodin...

Une photo qui raconte une histoire - Je fais justement un «pèlerinage» ce week-end à Illiers-Combray. J’y croiserai peut-être cet autre fan de Marcel Proust. À moins qu’il ne s’agisse que d’affichage de goûts littéraires censés construire la geste présidentielle... Nicolas Sarkozy a assez de personnes pour lui porter ses dossiers pour que le fait de garder en main ce livre (dans la collection Jean d’Ormesson du Figaro s’il vous plaît) ne soit pas anodin...


———-

Suivez-moi sur Twitter ici.

Remerciements : Julien Jouanneau, Camille Jung Andry Rakotomavo, (Boris Perchat), Didier Rols.

Olympus Pen, 50 ans image par image

Lundi 21 septembre 2009

Le site de la marque offre lui aussi une double approche, argentique et numérique, à la saga de l'Olympus Pen.

Le site de la marque offre lui aussi une double approche, argentique et numérique, à la saga de l'Olympus Pen.

Olympus fête les 50 ans de son célèbre appareil photo Pen avec un petit film qui, outre l’exploit technique et artistique, est un exercice très réussi de storytelling.

Pour cet anniversaire, Olympus a donc concocté un très joli film en mettant bout à bout près de 2.000 photos qui reconstituent 50 ans de la story d’un homme à travers les photos prises avec ses différents Pen argentiques et numériques. Il s’agit bien ici de stop-motion, cette technique d’animation image par image aussi vieille que le cinéma lui-même mais qui reste toujours d’actualité (Coraline par exemple). Selon Such a Blog, ce spot s’inspire directement du style de l’artiste Takeuchi Taijin qui a mis en ligne il y a quelques mois un film intitulé A Wolf Loves Pork (オオカミとブタ). Si c’est bien le cas, j’espère que ce jeune homme a tiré de confortables royalties de cette reprise !

En attendant, le film d’Olympus réussit avec brio la mission qui lui était assignée : célébrer les 50 ans du Pen et illustrer le temps qui passe sans s’appesantir sur le passé, montrer qu’un appareil photo n’est pas ringard à l’ère des smartphones et qu’une photo-souvenir plus une photo-souvenir plus une photo-souvenir plus une etc. finissent par égaler toute une vie.


Pen Story Stopmotion
envoyé par yom_Découvrez plus de vidéos créatives.

———

Le + du blog du storytelling : Olympus fait partie de ces groupes japonais qui illustrent le deuxième âge du marketing : celui des marques (après celui des produits). Comme Sony qui a choisi un nom évoquant le soleil et le son (sunny / sonus), Olympus s’est d’abord appelé Takachiho Seisakusho. Pour se lancer à la conquête du monde, il a pensé à le changer pour Takamagahara, le mont sacré qui abrite les dieux et les déesses shintoïstes avant de réaliser que l’Olympe (Olympus en anglais) tenait la même place dans notre imaginaire occidental… et qu’il serait plus facile à prononcer hors du Japon !

> Remerciements à Didier Rols qui a attiré mon attention sur le spot Olympus Pen.

Chroniques du storytelling : confiserie, Muppet show, Google, Renault, Chine

Vendredi 18 septembre 2009

REMÈDE ANTI-CRISE - Un secteur qui échappe à la crise : la confiserie (chocolat +4%, chewing-gum : +5%) C’est l’effet doudou qui rassure (j’en ai déjà parlé avec Nutella).

———

MUPPET SHOW – Charles Rivkin, le nouvel ambassadeur des États-Unis en France, est l’ex producteur du Muppet Show. Pas étonnant qu’il déclare aimer les froggies

———

GOOGLE - Google a réussi à déposer un brevet pour protéger sa page d’accueil. Mais dans quel but ? Pour mieux attaquer les autres moteurs de recherche ?

———

RENAULT - Grave sortie de route pour Renault qui avoue avoir trompé tout son monde en truquant un championnat de F1 et provoqué un accident. Il sera intéressant de voir si les fans de grosses cylindrées ont la même mansuétude pour les tricheurs que dans le cyclisme, ce qui est possible, ou si Ghosn n’attendait que ça pour sortir de ce gouffre financier qu’est la formule 1…

———

AUTO-MOBILITÉ - PSA voudrait segmenter ses marques Peugeot et Citroën sur le modèle d’Accor avec les siennes. Problème : l’hôtelier peut les différentier car elles sont complémentaires tandis que nos deux fabricants d’autos visent les mêmes clientèles.

———

MEDIAS - Débuts mitigés pour le 19.45 de M6. Mais le véritable enjeu est peut-être ailleurs : « Un vrai JT donne plus de poids auprès des téléspectateurs… mais aussi du monde politique » assume Thomas Valentin.

Moins transparent : quand on interroge nos quotidiens sur le montant des subventions gouvernementales qu’ils reçoivent, c’est le silence radio (sauf La Croix qui ne cache pas ses 2,7 millions d’euros). Étonnant pour une presse qui réclame toujours plus de transparence… pour les autres. Difficile de prétendre à l’indépendance après ça, peut-être ?

C’est Vendredi, l’hebdo papier du meilleur du web, qui réalisera les pages sur Internet de la future version papier du site web de Backchich ! Vous suivez ? Quand on pense que Médiapart réalise aussi certaines pages de Marianne, je trouve qu’on ne comprend plus grand-chose à la valeur ajoutée de chacun des titres…

Avec Le Canard Enchaîné, au moins, c’est clair, le volatile n’est pas prêt de prendre le virage Internet… Ajoutez un prix qui n’a pas augmenté depuis 1991 (!) et pas de publicité : c’est un cauchemar pour les communicants… et une réussite unique qu’il faut saluer !

———

CHINE - En 2008, les 500 premières entreprises chinoises ont fait presque deux fois plus de bénéfices que leurs homologues US. C’est officiel, le siècle de la Chine a commencé. Même si cela ne va se faire sans heurts comme j’ai pu le constater lors d’un voyage récent. En attendant, nombreux sont les sites filtrés dans l’empire du milliard même si, comme me l’a dit un étudiant chinois : « Twitter, ça me manque pas. Mais je drague moins bien depuis que mon profil Facebook est bloqué lui aussi« .

« En Chine, on va chez IKEA pour voir à quoi ça ressemble de faire partie de la classe moyenne« *. La marque suédoise est consciente que beaucoup de consommateurs ne viennent que pour regarder et n’ont pas encore les moyens d’acheter mais elle investit à long terme sur leur potentiel…

Le vrai problème de la Chine est ailleurs. J’en traiterai dans la prochaine newsletter. En attendant, je ne peux clore ce sujet sans ce bon mot de Libé à propos du documentaire sur Mao diffusé récemment sur Arte : «A Libé, on espère qu’il n’a pas oublié ce qu’on a fait pour lui»*.

———

TINTIN - Je sais que c’est un sujet qui déchaîne les passions mais le tintinophile que je suis est d’accord avec Patrick Lozès, le président du Cran, qui demande la contextualisation de Tintin au Congo par le biais d’une préface. Il ne s’agit pas d’interdire ce livre mais d’expliquer aux enfants que ce qui était risible en 1931 ne l’est légitimement pus en 2009. Sans interdire le livre pour autant bien sûr.

———

TOTAL - J’ai assez souvent critiqué Total sur sa désastreuse gestion de ses crises d’image (un cas d’école) pour ne pas noter les pas qui vont dans la bonne direction. Christophe de Margerie a répondu sans fard aux questions des lecteurs du Parisien : «Le règlement du problème birman ne passera pas par Total. C’est un problème politique qui dépasse largement l’entreprise». Certains ont beau jeu de dénoncer l’opération de com (le fait de parler aux lecteurs et non aux journalistes est en soi un coup de maître), la vraie question est ailleurs : est-ce efficace ? Selon moi, oui, et les lecteurs en sont ressortis convaincus. C’est un tout petit petit début mais enfin, c’est un début.

———

NAMING – Question storytelling, la première faute du gouvernement concernant la taxe carbone, c’est précisément de s’être laissé enfermer par ce terme de «taxe» si connoté.

———

MÉTROSEXUALITÉ - On nous dit depuis 10 ans que « le mâle est entré dans l’ère de la cosmétique » en espérant, à force de le répéter, que cela se passe vraiment. Ce qui n’est pas tout à fait la réalité.

———

INDIANA JONES 5 - Harrison Ford se déclare «prêt pour un nouvel Indiana Jones». Pas nous, pitié, la franchise est use jusqu’à la corde ! Messieurs Lucas et Spielberg : changez d’histoire !

———

TITI & GROMINET - J’ai lu aussi (et je ne sais plus où) que Cathy Guetta était chargée par Warner de redorer l’image de Titi & Grominet. Le pire, c’est que maintenant, globalisation oblige, nous sommes priés de dire Tweety et Sylvester ! Je me souviens d’une aberration semblable il y a quelques années quand Disney a voulu imposer Winnie the Pooh partout… avant de faire marche arrière.

———

FUTURS PODCASTS - La grand-mère d’une amie sur le plateau d’une émission culinaire : «Attention, cette pâte ne fonctionne pas bien du tout dans un gaufrier Téfal». La journaliste : «Euh, madame, il ne faut pas citer de marques». Et la grand-mère : «Je n’ai pas dit de marque, j’ai dit Téfal»*.

Titien et Véronèse répondirent à l’appel d’offres d’un couvent par une ébauche, Tintoret réalisa sans attendre la fresque complète. Il gagna la compétition.

En 670 à Jérusalem, un évêque franc vit un pilier qui n’avait pas d’ombre (il était midi) et en conclut qu’il était au centre du monde.

———

* Remerciements : Bergamote, Steven Jambot, Camille Jung.

 Une photo qui raconte une histoire - Vu à Pékin : un commerçant demande l'aide des médias occidentaux pour lutter contre la corruption. 10 jours plus tard, cette affichette était encore en place. Ce qui est encourageant.

Une photo qui raconte une histoire - Vu à Pékin : un commerçant demande l'aide des médias occidentaux pour lutter contre la corruption. 10 jours plus tard, cette affichette était encore en place. Ce qui est encourageant.

Montblanc signe un chèque à l’Unicef

Jeudi 17 septembre 2009

Montblanc, dont la signature si storytelling est «A Story To Tell», mène actuellement sa 3e campagne en faveur de l’Unicef.

Cet engagement en faveur de la lute contre l’illettrisme est légitime pour une marque qui incarne depuis plus d’un siècle l’excellence en matière d’instruments d’écriture. Il se traduit cette fois par l’édition d’un stylo plume nommé Signature for Good, en fait un Meisterstück (le modèle iconique de la marque depuis 1924) orné d’un saphir dont 10% des ventes seront reversés à l’Unicef, avec un montant minimum de 1,5 millions de dollars.

Mais là où l’idée séduit encore plus, c’est que Montblanc a ouvert un site dédié à l’opération sur lequel on peut participer à l’édition d’une oeuvre d’art. Le visage d’un enfant enserré dans la célèbre étoile du stylo-plume apparaît au fur et à mesure des contributions, entièrement dessiné à bases de signatures. Ajouter la sienne ne coûte rien et permet donc de «continuer la story», un thème qui m’est cher vous le savez.

Cerise sur le gâteau, un tirage au sort permettra de gagner des lithos du visage final et surtout un voyage à Hambourg et une visite des ateliers Montblanc, histoire là encore, de mieux en pénétrer tout le storytelling… Le tout avec bonne conscience !

Quelque part dans ce dessin (en haut à droite, en rouge si vous avez de très bons yeux !), j'ai été le 2315e à ajouter ma signature...

Quelque part dans ce dessin (en haut à droite, en rouge si vous avez de très bons yeux !), j'ai été le 2315e à ajouter ma signature...

> Un regret cependant… Marque allemande passée dans le giron du suisse Richemont, pourquoi Montblanc décline-t-il tous ses noms et slogans uniquement en anglais : «A Story to Tell» «Signature for Good», le mini site consacré à l’opération, jusqu’au montant du chèque à l’Unicef qui est donné en dollars plutôt qu’en euros ? Ce n’est pas vraiment l’esprit du luxe qu’il est censé incarner…

Chroniques du storytelling : Renault/PSA, Tag Heuer, grippe, homophobie ordinaire…

Mercredi 16 septembre 2009
Quand le macaron est sexy, pour une fois ce n’est pas chez Ladurée... mais dans la dernière campagne de McDonald’s !

Quand le macaron est sexy, pour une fois ce n’est pas chez Ladurée... mais dans la dernière campagne de McDonald’s !

Renault mise sur la voiture électrique, PSA Peugeot/Citroën préfère les véhicules hybrides mais au moins, nos deux champions nationaux semblent avoir enfin pris le virage de l’automobilité. Sans compter que l’avenir sera plus à l’ultra personnalisation qu’aux grosses cylindrées. Renault l’illustre d’ailleurs par une excellente nouvelle signature « Changeons de vie, changeons l’automobile » et un film pour l’installer qui constitue une promesse forte… qu’il faudra tenir.

De son côté, Citroën présente Révolte, une 2CV montée en gamme mais qui rappelle l’originale (ce qui n’était pas le cas de la DS) et fête ses 90 ans avec un film humoristique, à mon sens pas très abouti.

———-

Une langue qui fourche peut ruiner toute une campagne de com : hier, Didier Lombard semblait enfin prendre la mesure du problème social chez France Télécom. Mais il a eu une formule plus que malheureuse : «Il faut mettre un point d’arrêt à cette mode du suicide». Aujourd’hui, il fait amende honorable : «Par erreur, j’ai utilisé ‘mode’ qui était la traduction de ‘mood’. Je m’excuse». Dont acte. Ah la la, la mode du franglais a encore fait des ravages. Par ailleurs, il faudra un jour rappeler la différence entre « présenter ses excuses » et « s’excuser« . Dans le second cas, on s’auto-amnistie…

———-

Peur de perdre leurs bonus ? De voir leur salaire retoqué ? Toujours est-il que 30 traders de la Société Générale démissionnent et créent leur fonds spéculatif. Vous leur confieriez vos économies ?

———-

Martin Bougues, qui déclarait à propos de la 4e licence de téléphonie mobile «Je me suis acheté un château, ce n’est pas pour laisser les romanichels venir sur les pelouses» semble avoir été entendu. Le président Sarkozy ne vient-il pas de déclarer curieusement : «Le prix le plus bas n’est pas forcément le meilleur» ? Ca ressemble à un enterrement de 1ère classe pour Free…

———-

Il y a quelques jours, on apprenait le rachat de Marvel par Disney pour environ 4 milliards de dollars. En France, Disneyland Paris qui a raté la F1 l’an dernier ferait tout pour récupérer Roland Garros à Marne-la-Vallée. C’est clair, les années d’atermoiements sont derrière lui et Mickey repasse à l’offensive partout.

———-

Intelligent. Tag Heuer demande à ses fans Facebook de choisir le claim de sa prochaine campagne storytelling. Pour le moment, «History begins every morning» tient la cote.

C’est nouveau mais les marques de luxe demandent enfin l’avis des consommateurs, illustrant cette «nouvelle modestie» chère à Karl Lagerfeld (!) et ce nouveau positionement qui fait des clients, «non plus des des VIP mais des VPI, Very Private Individuals». Même les logos sont out : «Un nom sur un objet ne veut rien dire, c’est du marketing. Les montres des rois ne portaient pas de signature».

———-

La Grèce étrenne sa nouvelle campagne d’image : «Greece, the true experience». Ca donne envie d’aller en Grèce à qui, un slogan en anglais ? Perso, je préfèrerais une campagne autour du nom «Ἑλλάς», ça me fait plus rever…

———-

Le tourisme craint la pandémie H1N1. Sans attendre, les résultats du Club Med sont déjà bien grippés.

Et à propos de grippe H1N1, sa story a été reconstituée : «il s’agit bien d’un descendant de 4e génération du virus de la grippe espagnole de 1918». Et le terme de grippe porcine n’était pas usurpé : «une surveillance plus attentive du monde porcin aurait permis une détection + précoce». (J’ai traité de la campagne storytelling pour nommer la grippe ici)

———-

Jusqu’où ira la justice en faveur des «victimes»? Comme tout le monde, le martyre du chien Mambo m’a choqué mais de là à lire que ce pauvre animal était présent au procès «non pour susciter de l’émotion mais parce que c’est sa place en tant que victime a estimé le procureur»… On attend avec impatience sa déclaration à l’issue de la condamnation de ses tortionnaires ?

———-

Après Tautou, Tati et Delon, c’est Chirac qui est victime du politiquement correct. La photo choisie pour illustrer ses mémoires a été retouchée pour gommer sa cigarette.

Après Tautou, Tati et Delon, c’est Chirac qui est victime du politiquement correct. La photo choisie pour illustrer ses mémoires a été retouchée pour gommer sa cigarette.

———-

Dans la rubrique : mieux vaut tard… En Angleterre, Gordon Brown a demandé pardon pour l’attitude de son pays qui, il y a 50 ans, a conduit Alan Turing, mathématicien de génie et un des pères de l’informatique, au suicide. Après avoir été outé et renvoyé, il avait en outre été castré chimiquement… (une légende urbaine prétend que c’est en son hommage que la pomme d’Apple était à l’origine multicolore).

Mais l’homophobie ordinaire la vie dure. Quand un gay est assassiné à Toulouse, La Dépêche du Midi se croit autorisée à écrire : «Il vivait au grand jour son homosexualité avec son lot de rencontres». Forcément, un pédé ça ne peut que passer sa vie à faire des rencontres sans lendemain, c’est bien connu… Formule aussi beauf en son genre que celle d’un certain ministre à propos de nos concitoyens d’origine arabe…

———-

Une photo qui raconte une histoire : sur la Voie des Esprits des tombeaux Ming de Badaling en Chine, on peut lire qu’«il est interdit de se battre, de faire des paris ou de pratiquer des activités superstitieuses ou érotiques». Qu’a-t-il donc dû s’y passer pour qu’on en vienne à de tels panneaux d’avertissement ? ;-)

Une photo qui raconte une histoire : sur la Voie des Esprits des tombeaux Ming de Badaling en Chine, on peut lire qu’«il est interdit de se battre, de faire des paris ou de pratiquer des activités superstitieuses ou érotiques». Qu’a-t-il donc dû s’y passer pour qu’on en vienne à de tels panneaux d’avertissement ? ;-)

Chroniques du storytelling : Cartier, France Télécom, crise, vieux médias

Mardi 15 septembre 2009

Choses vues à Pékin : une remarquable exposition des trésors de Cartier au sein de la Cité Interdite ! La marque y assène ses messages à destination des locaux : initialement joaillier des rois, Cartier est devenu le roi des joailliers en visant toutes les fortunes… et surtout celles des nouveaux riches. Quant à l’inspiration de ses artisans, elle s’est souvent nourrie de la Chine et de l’Orient en général. Un très beau cas de storytelling joaillier même si l’expo n’échappe pas au «syndrome Pierre Cardin» avec ses produits dérivés : blocs-notes ou mugs Cartier à… 3,5€ !

Ce n’est qu’un des multiples exemples du fait que le luxe gagne l’empire du milliard. Les vieux palaces parisiens étaient aux mains de fortunes du Golfe : George V, Ritz, Meurice, Plaza Athénée, Royal Monceau et normalement bientôt le Crillon. Mais ceux qui vont ouvrir dans les trois prochaines années – Peninsula, Shangri-La et Mandarin Oriental – seront, comme leur nom l’indique,chinois.

———-

La vague de suicides au sein de France Télécom (après celle chez Renault l’an dernier) met au jour une pratique que l’on croyait réservée au Japon : le burn-out. Mais dans un premier temps, la réponse de l’entreprise est plus que maladroite : le DRH explique candidement qu’environ 30 salariés du groupe se suicident chaque année, on serait donc en quelque sorte dans la moyenne. De plus, « les employés qui ont mis fin à leurs jours avaient un statut de fonctionnaire« . Autrement dit, inaptes au travail au sein d’une vraie entreprise ? Heureusement, après convocation ministérielle, le PDG semble prendre la mesure du problème… et de sa communication. «Nous devons créer un nouveau contrat social dans l’entreprise» déclare-t-il en promettant que le France Télécom de décembre ne ressemblera plus à celui qu’il est aujourd’hui. Une promesse forte et qui engage.

«Le travail n’est-il pas le lieu de gestation des questions véritables ?» demandait récemment Arte. À quoi un de mes amis a répondu : «oui, comme dans la fameuse maxime Arbeit macht frei !». Je suis en effet surpris dans mes échanges avec nombre de DRH de leur mauvaise maîtrise de la communication en général. Comme la façon factuelle et dénuée d’émotion, d’empathie, de celui de France Télécom. Pendant ce temps là, dans un papier sur les « chasseuses de têtes » stars dans Madame Figaro, l’une d’elles explique qu’elle croit « beaucoup au management par la bonté« . Ah ah ah…

———-

Rappeler que crise en chinois se dit wei-ji (危机) et signifie à la fois danger et opportunité est devenu une tarte à la crème journalistique. Mais on dit moins, et c’est dommage, qu’en français, le mot vient du grec krisis et signifie : instant de décision.

———-

Accusé d’avoir à nouveau touché le fond avec Secret Story cet été, TF1 répond. «Ce n’est pas pour deux fesses et un bout de sein qu’il faut s’émouvoir » explique Nonce Paolini qui assume ce retour à la célèbre formule (apocryphe) « du cul du cul du cul » qui fit les grands jours de la chaîne. Son directeur des programmes enfonce le clou : «Secret Story est la seule invention en télé depuis 5 ans. Dans 20 ans, ce sera la madeleine de Proust des ados actuels». Et le pire, c’est qu’il n’a pas forcément tort…

NRJ n’a pas fait de conférence de presse de rentrée. Ne pas communiquer, c’est forcément mal communiquer mais que dire quand tout le monde fuit le navire ? Comme le confie un ex-cadre du groupe (j’en fus aussi dans une autre vie) : « Il n’y a plus personne pour dire du bien de NRJ car il n’y a personne qui en parte en bons termes« .

Libé lance une nouvelle formule avec une Une visiblement inspirée des codes web… avant de revenir par petites touches à son look d’avant ?

Pour mieux se valoriser auprès de ses annonceurs, Challenges augmente son prix facial de… 25%, histoire de faire fuir les lecteurs pas assez CSP+ ! Véridique. Et, comme TF1, assume cyniquement sa position.

Décidément, les médias traditionnels ont bien du mal à s’adapter aux nouvelles pratiques de notre époque.

———-

Une photo qui raconte une histoire... Dans la Cité Interdite, les panneaux en anglais étaient sponsorisés par American Express. Soit que le mécénat ait expiré, soit qu'il y ait eu une embrouille, toujours est-il que les autorités chinoises ont passé le ruban adhésif sur tous les panneaux.

Une photo qui raconte une histoire... Dans la Cité Interdite, les panneaux en anglais étaient sponsorisés par American Express. Soit que le mécénat ait expiré, soit qu'il y ait eu une embrouille, toujours est-il que les autorités chinoises ont passé le ruban adhésif sur tous les panneaux.

———-

À suivre…

KitchenAid apporte de la beauté dans la cuisine depuis 90 ans

Lundi 14 septembre 2009

Depuis 90 ans, la réussite de KitchenAid s’est bâtie sur un concept simple mais efficace : démocratiser l’électro-ménager professionnel pour le mettre à la portée du grand public. Et quel gastronome aimant faire la cuisine (pléonasme) pourrait rêver mieux que son robot Artisan ?

C’est en 1889 que l’Américaine Josephine Garis Cochrane invente le lave-vaiselle. Elle vend ses modèles aux plus grands hôtels et restaurants mais, à la fin de sa vie, comprend que l’avenir de ses produits les destine au plus grand nombre. Elle divise ses prix par deux, pas leur qualité. En 1919, il y a donc 90 ans, l’entreprise met au point le premier batteur domestique. L’épouse d’un des dirigeants le teste et s’exclame «Je ne sais pas comment vous appelez ça mais c’est le meilleur aide que j’aie jamais eu en cuisine» : la société y trouve sa nouvelle dénomination sociale : KitchenAid.

Au fil des années, KitchenAid a diversifié ses produits mais est resté fidèle à ses principes fondateurs. Plus encore, peut-être parce qu’une femme en est à l’origine, et une autre à celle de son nom, l’entreprise a toujours considéré que les produits qui nous entourent doivent être aussi beaux que bons. C’est pourquoi c’est à un éditeur de mode (celui du célèbre Vanity Fair) qu’elle s’est adressée en 1936 pour concevoir le robot ménager et la machine à café qui sont devenus deux icône du design industriel du 20e siècle et comptent toujours parmi les le best-sellers de la marque. Sans doute aussi pourquoi KitchenAid propose des éditions limitées destinées à financer la recherche contre le cancer du sein.

> Remerciement à René Duringer pour l’idée de ce post.

———-

Le + du blog du storytelling

> Une autre marque culte de tous ceux qui sont des esthètes de la cuisine et qui savent qu’on la fait mieux avec de beaux ustensiles, ce sont les cuisinières La Cornue qui ont récemment fête leur centenaire. Mais leur prix stratosphérique les réserve pour le coup uniquement aux professionnels et aux (très) riches amateurs.

Une photo pleine d'humour où le grand chef Alain Passard pose devant un piano La Cornue (à propos d'Alain Passard : http://bit.ly/ksdob)

Une photo pleine d'humour où le grand chef Alain Passard pose devant un piano La Cornue (à propos d'Alain Passard : http://bit.ly/ksdob)

« Le buzz et moi », une contribution exclusive de Marcel Proust

Mercredi 9 septembre 2009

Une fois n’est pas coutume, j’ai fait appel à un contributeur extérieur pour rédiger ce post. Répondant à mon invitation, Marcel Proust a en effet accepté de nous faire part de ses réflexions sur la façon dont le buzz se répand sur le web, comment notre e-réputation se construit en partie indépendamment de nos actions.

———–

«Chacune de nos actions, de nos paroles, de nos attitudes est séparée du «monde», des gens qui ne l’ont pas directement perçue, par un milieu dont la perméabilité varie à l’infini et nous reste inconnue ; ayant appris par l’expérience que tel propos important que nous avions souhaité vivement être propagé (…) s’est trouvé, souvent à cause de notre désir même, immédiatement mis sous le boisseau, combien à plus forte raison étions-nous éloignés  de croire que telle parole minuscule, oubliée de nous-mêmes, voire jamais prononcée par nous et formée en route par l’imparfaite réfraction d’une parole  différente, serait transportée, sans que jamais sa marche s’arrêtât, à des distances infinies (…) et allât divertir à nos dépens le festin des dieux. Ce que nous nous rappelons de notre conduite reste ignoré de notre plus proche voisin ; ce que nous avons oublié avoir dit, ou même ce que nous n’avons jamais dit, va provoquer l’hilarité jusque dans une autre planète, et l’image que les autres se font de nos faits et gestes ne ressemble pas plus à celle que nous nous en faisons nous-mêmes qu’à un dessin quelque calque raté où tantôt au trait noir correspondrait un espace vide, et à un blanc un contour inexplicable.»

———-

Plus sérieusement, je profite de l’été pour me replonger dans À la recherche du temps perdu avant un petit pèlerinage prévu à en terres proustiennes – à Illiers-Combray – fin septembre. Et en relisant Le côté de Guermantes, je suis tombé sur ce passage. Certes, il y a 90 ans, le dandy du Ritz ne pouvait guère envisager Internet lui qui raconte déjà avec délices les débuts du téléphones (et ses célèbres «vierges vigilantes» : les standardistes !) mais ses pensées sur la façon dont notre «story» se propage et nous échappe ont une résonance très contemporaine pour peu qu’on les applique à quelques buzz récents sur le web…