Le retour du Martine Cover Generator, une chance pour Casterman ! | le blog du storytelling le blog du storytelling

Le retour du Martine Cover Generator, une chance pour Casterman !

 

Le site potache Martine Cover Generator (qui permet de créer des titres fantaisistes sur les couvertures de vrais albums de l’héroïne des cours de récré) est de retour. Ou plutôt, de nouvelles versions miroirs ici ou là pour contourner l’ire des éditions Casterman qui l’avaient fait fermer il y a deux ans. Et qui n’ont toujours pas compris que l’engouement pour les couvertures détournées est une aubaine marketing pour eux ! 

 

Martine est une série de livres créée par Gilbert Delahaye et Marcel Marlier, publiée depuis 55 ans et tirée à plus de 80 millions d’exemplaires. Les éditions Casterman (propriété de Flammarion) veillent au respect des valeurs de la petite fille. C’est pourquoi leur intervention pour faire fermer le premier site Martine Cover Generator aurait pu se comprendre… au siècle dernier : la popularité de Martine vient de son charme innocent qui rassure les parents dont certains – selon l’éditeur – s’étaient émus que les titres eussent été détournés : Martine dénonce les sans-papiers, Martine attaque les tours jumelles ou encore (mon préféré) Martine tente un low-kick balayette etc. Malgré l’humour discutable de certaines de ces appellations, la réaction de Casterman est contre productive. 

 

En effet, l’image de Martine n’est pas vraiment menacée. Contrairement à certains détournements chez Disney – notamment des personnages dessinés dans des poses pornographiques -, les illustrations de Marlier sont respectées dans leur intégrité. Ce ne sont que les titres qui sont modifiés… et il faut donc savoir les lire pour en rire. Si ces couvertures détournées tombent sous les yeux d’enfants en bas âge, ils ne pourront donc pas s’en offusquer. De plus, le code source du Generator ayant été mis à disposition des internautes, pour un site que Casterman fera fermer, deux autres ouvriront. Les entreprises ont logiquement du mal à accepter la perte de contrôle sur leurs propriétés intellectuelles mais cette perte est un fait.

 

Si j’étais Casterman, je ne m’en lamenterais d’ailleurs pas : une marque qui vise les «pré-schools» les perd logiquement quand ces derniers grandissent. Peut-être redeviendront-ils fans plus tard quand ils voudront faire découvrir les héros de leur enfance à leurs propres bambins. Mais, avec les changements de modes de vie, rien ne le garantit. C’est pourquoi les marques dont les «adulescents» s’emparent (Petit Bateau, Nutella) – y compris pour les détourner – sont une bénédiction pour leurs propriétaires. Ils doivent accepter cette part d’irrévérence chez leurs fans. C’est le prix à payer pour que le lien ne se rompe pas. Car, comme l’écrivait le Martine Cover Generator original, on peut toujours utiliser l’alternatif «Hollywood Poster Generator (mais) rien ne pourra remplacer Martine» : si ça n’est pas de l’amour ! 

The bookmarklet

Add this to your bookmarks or drag it to your bookmarks bar to quickly access shortening functions.

Shorten

This bookmarklet takes the page URL and title and opens a new tab, where you can fill out a CAPTCHA. If you have selected text before using the bookmarklet, that will be used as the keyword.

Support for bookmarklets on mobile varies. For example, they work on Chrome for Android but you have to add and sync them from your desktop.

">Twitter cet article. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser une réponse