L’automobile, c’est du passé, passez à l’automobilité ! | le blog du storytelling le blog du storytelling

L’automobile, c’est du passé, passez à l’automobilité !

 

Renault Reinastella : En 1992, ce modèle imaginé pour Disneyland Paris représentait le futur de l’automobile selon Renault. Le modèle a du plomb dans l’aile...

Renault Reinastella : En 1992, ce modèle imaginé pour Disneyland Paris représentait le futur de l’automobile selon Renault. Le modèle a du plomb dans l’aile...

Après d’autres secteurs, celui de l’automobile doit se réinventer s’il ne veut pas être emporté, non pas seulement par la crise, mais par le vent de l’Histoire… A l’avenir, nous aurons toujours besoin de nous déplacer mais les alternatives à la sacro-sainte voiture particulière existent et doivent inciter les constructeurs à revoir leur business model.

 

Le plan de sauvegarde du gouvernement est axé sur la préservation de ce fleuron national et ne tient pas compte de l’avenir. Je n’écris rien là de nouveau, si vous me lisez régulièrement, vous savez que je crois que l’automobile, c’est du passé et qu’il est temps de passer à… l’automobilité ! Ce qui est nouveau, c’est que je commence de plus en plus à lire ce genre de propos ailleurs, ce qui aidera peut-être ce nouveau paradigme à s’imposer.

 

Ainsi, Challenges faisait récemment sa couverture sur la fin de l’hyperconsommation (oui, même Challenges !) et interviewait Robert Rochefort. Or, que dit le DG du Crédoc ? Que «cela fait une dizaine d’années que ce sont les plus de 50 ans qui achètent majoritairement des voitures neuves. Les jeunes n’en ont plus les moyens, et la bagnole ne les fait plus rêver. Ne pas se rendre compte de cela quand on fabrique un produit aussi emblématique, c’est aller dans le mur. (Les constructeurs) doivent sortir de leur logique d’ingénieurs. L’avenir de l’automobile, ce n’est pas l’objet lui-même, mais l’usage qu’on en fera. Cela suppose une réponse composite. Il faut réfléchir à des systèmes de type Loca-Pass pour faciliter l’emprunt des jeunes, à un engagement sur le prix de reprise, ou bien à des packages intégrant une place de parking». 

 

Habituellement dans les médias, quand ce n’est pas Robert Rochefort, c’est Gérard Mermet qu’on interroge sur les tendances de nos contemporains. Et justement, dans le même magazine, ce dernier voit dans le développement du marché de l’occasion un changement durable : «Dans l’occasion, il y a aussi l’idée du recyclage. Quand on n’a plus l’usage d’un objet, on ne le jette pas, on le remet dans le circuit». Pierre Kosciusko-Morizet, PDG de PriceMinister, le dit dans les termes les plus clairs : «C’est le signe qu’on n’est plus dans la possession, mais dans l’usage». 

 

Peu à peu, les constructeurs y viennent donc (contraints et forcés, mais c’est déjà ça). Ainsi, Vincent Besson, directeur des produits, chez Citroën, note-t-il à son tour que «il faudra satisfaire les besoins fondamentaux de mobilité (des excédés de l’automobile)». Nous entrons dans l’ère du No Auto comme il y a 10 ans, nous avons connu l’ère du No Logo (et la com n’en est pas morte). A l’inverse, Carlos Ghosn n’y croit pas. «L’automobile fait toujours rêver» dit-il dans Le Point. Il ajoute même : «L’avènement de la voiture banale, purement utilitaire, je n’y crois pas». Mais alors, pourquoi le design des dernières Renault l’est-il à ce point, banal ? 

 

En tout cas, même si ce n’est pas un constructeur, celui qui montre la voie, c’est Michelin. L’entreprise visionnaire qui a développé la signalisation routière, les plans et les guides touristiques afin de mieux vendre des pneus vient de lancer une nouvelle offre. Michelin Fleet Solutions propose aux professionnels du transport (pour le moment ?) un service de location pour ses fameux pneus : Michelin assure l’entretien, le contrôle et le renouvellement des pneus tout en optimisant leur utilisation et les économies (rechapage etc.). Le modèle est appelé à s’imposer…

The bookmarklet

Add this to your bookmarks or drag it to your bookmarks bar to quickly access shortening functions.

Shorten

This bookmarklet takes the page URL and title and opens a new tab, where you can fill out a CAPTCHA. If you have selected text before using the bookmarklet, that will be used as the keyword.

Support for bookmarklets on mobile varies. For example, they work on Chrome for Android but you have to add and sync them from your desktop.

">Twitter cet article. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser une réponse