Le président qui aimait le chocolat | le blog du storytelling le blog du storytelling

Le président qui aimait le chocolat

 

 

Jeudi, Le Post m’avait proposé de participer à un live chat pour décrypter l’intervention télévisée de Nicolas Sarkozy en direct. Mais comme je participais à la même heure au débat du Celsa sur le storytelling, j’ai dû décliner cette invitation. Le site d’information 2.0 m’a recontacté le lendemain pour commenter les propos que le président a tenu sur le chocolat, propos qui buzzent déjà beaucoup sur la toile. Voici pour info l’article que je leur ai livré et qui est passé ce jour en une.

 


Nicolas Sarkozy face à la Crise : l’affaire du chocolat
envoyé par byubyu

Lors de son intervention du 5 février, Nicolas Sarkozy a appris à nombre de téléspectateurs que le chocolat noir et le chocolat blanc ne sont pas soumis au même taux de TVA, illustration d’une supposée incohérence bien française qu’il importe de changer sans délai (les confiseurs dénoncent depuis 40 ans cette aberration). Il existe de nombreux autres exemples tout aussi parlants mais le choix présidentiel ne s’est pas fixé sur le chocolat par hasard. Décryptage gourmand…

 

Pendant la campagne présidentielle, de passage à Lyon, Nicolas Sarkozy avait été contraint de faire demi-tour pour ne pas voir les manifestants qui l’attendaient et il avait ainsi renoncé à la visite prévue chez le célèbre pâtissier-chocolatier de la Croix-Rousse,Bouillet. Une attitude que Libé avait résumée par une formule lapidaire : «pas de courage, pas de chocolat». Et dans L’aube le soir ou la nuit, Yasmina Reza avait également noté sa tendance à la consommation effrénée de macarons et de bonbons au chocolat. Plus récemment, Rama Yade a tenté la réconciliation avec son futur ex-mentor en lui envoyant une boîte en forme de coeur contenant des chocolat, «parce qu’il aime ça». Peut-être les joggings présidentiels ont-il aussi pour but de garder la ligne ?

 

 

Un président friand de friandises

 

En fait, le buzz autour de l’amour présidentiel pour le chocolat et plus généralement pour moquer son côté «bec fin» illustre le mépris dans lequel on tient le sucré. Ce dernier est un plaisir inné (le lait maternel est sucré) tandis que tous les autres goûts (salé, amer, acide) sont affaire d’apprentissage. Dans le domaine gastronomique, les grands chefs sont d’ailleurs incomparablement plus respectés que les grands pâtissiers. Derrière l’ironie chocolatière se profile donc aussi une forme d’anti-sarkozisme qui oppose sa nature forcement fruste au vernis civilisationnel de ceux qui savent bien manger. En somme, de rappeler que la gourmandise est un péché mortel tandis que la «gourmétise» est un plaisir d’esthète.

 

De fait, le président a un rapport avec la nourriture qui le distingue de ses prédécesseurs, réputés fins gourmets (François Mitterrand et ses ortolans) ou illustrant le thème national de l’estomac pantagruélique (Chirac et ses visites au Salon de l’Agriculture). Mais cela le rapproche aussi du comportement de nombre de nos concitoyens : grignoteur compulsif et gourmand de sucreries, il n’aime pas les repas longs et ne boit pas (ou peu) de vin. Comment faire confiance à un homme «qui préfère la ‘junk food’ à la gastronomie, affiche un goût immodéré pour les sucreries et ne distingue pas un bourgogne d’un bordeaux ?» demandait sottement Marianne la semaine dernière. C’est pourtant lui qui entend faire classer la gastronomie française au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Comme quoi, on peut être croyant et pas pratiquant…

The bookmarklet

Add this to your bookmarks or drag it to your bookmarks bar to quickly access shortening functions.

Shorten

This bookmarklet takes the page URL and title and opens a new tab, where you can fill out a CAPTCHA. If you have selected text before using the bookmarklet, that will be used as the keyword.

Support for bookmarklets on mobile varies. For example, they work on Chrome for Android but you have to add and sync them from your desktop.

">Twitter cet article. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser une réponse