Hermé, les galettes qui se ressemblent un peu trop… | le blog du storytelling le blog du storytelling

Hermé, les galettes qui se ressemblent un peu trop…

 

S’il existe un héritier à Gaston Lenôtre qui vient de nous quitter, c’est sans doute Pierre Hermé, que les gazettes gourmandes ont nommé le Picasso de la pâtisserie (en fait, il a pris l’habitude de le répéter un peu partout et les rédactrices impressionnées l’écrivent bien gentiment. On a toujours raison de faire son propre storytelling !). Chaque fois que je passe à Paris, je fais un détour par sa boutique de la rue Bonaparte pour aller goûter quelques gâteaux aussi beaux à regarder que délicieux à manger. 


Né à Colmar en 1961, Pierre Hermé a effectivement commencé sa carrière à 14 ans auprès du grand Gaston avant de révolutionner Fauchon puis Ladurée. Le renouveau du macaron lui doit d’ailleurs beaucoup. Il était une star au Japon avant d’ouvrir sa première pâtisserie parisienne. Parmi ses grandes créations, on peut citer la cerise sur le gâteau, le deux mille-feuilles et l’ispahan : un macaron à la rose, aux framboises et aux litchis à se damner. Hermé a aussi inventé le concept de présenter deux collections de desserts par an, comme pour la haute couture, élevant de ce fait sa discipline au rang des arts appliqués (à défaut des beaux-arts). Décidément, quel storyteller ! Il n’a pas toujours été heureux en affaires, il signe sans doute plus de livres qu’il n’en a le temps d’écrire mais qu’importe, on pardonne tout au talent. 


Enfin, presque tout. Car je viens de recevoir sa dernière newsletter à propos des galettes des rois (c’est de saison). Et une comparaison attentive des visuels de la galette traditionnelle et de la galette Ispahan montre sans ambiguïté qu’il s’agit de la même photo retouchée pour rendre les galettes plus appétissantes et dans le cas de la version Ispahan, plus rosée. Je pensais que les photos “améliorées” concernaient les produits surgelés de la grande distribution, pas nécessairement des produits de haute gastronomie qui devraient se suffire à eux-mêmes… 

Ou alors, on s’assure que le trucage est indécelable en évitant en premier lieu de montrer les deux galettes côte-à-côte !

 

The bookmarklet

Add this to your bookmarks or drag it to your bookmarks bar to quickly access shortening functions.

Shorten

This bookmarklet takes the page URL and title and opens a new tab, where you can fill out a CAPTCHA. If you have selected text before using the bookmarklet, that will be used as the keyword.

Support for bookmarklets on mobile varies. For example, they work on Chrome for Android but you have to add and sync them from your desktop.

">Twitter cet article. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser une réponse