Une story qui se répète ad libitum | le blog du storytelling le blog du storytelling

Une story qui se répète ad libitum

 

 

J’aime bien Jean-Pierre Foucault. En fait, je dois avouer que je ne suis pas spectateur ses émissions en général mais, à une époque, j’ai souvent eu l’occasion de travailler avec lui sur TF1 et RTL et c’est un grand professionnel de l’audiovisuel, respectueux de ses employeurs (normal), de ses collaborateurs (comme moi) et de son public (c’est assez rare pour être noté !). Il a eu son lot de succès et de flops mais il a toujours su rebondir, une qualité que j’admire énormément. C’est un homme plus profond et intéressant que son image, avec laquelle il maintient d’ailleurs en privé une distance intelligente. On n’est pas présent à la radio et à la télé depuis plus de 40 ans sans raison. 
 

 

Si je vous parle aujourd’hui de Jean-Pierre Foucault, c’est à cause de sa célèbre antienne de Qui veut gagner des millions ? sur TF1: “C’est votre dernier mot ?”. En imposant cette phrase, si souvent répétée sur le plateau, aux téléspectateurs, il en a fait  (intentionnellement ?) un slogan, un véritable gimmick, propagé à l’envi par ceux qui l’aiment comme par ceux qui se moquent de lui. Je pense que j’ai dû entendre cette expression 10 ou 20 fois avant même d’avoir vu le jeu qu’il présente depuis 2000. Il m’a confié un jour qu’il devait lui-même être interpellé quelque 150 fois par jour par cette apostrophe dans la rue. La rançon du succès…

 

C’est l’équivalent en discours Storytelling de la phase “capter l’attention”, celle qui consiste à interpeller son auditoire avec une “story”, ce qu’est d’ailleurs cette phrase si on y réfléchit bien : le dernier acte d’une dramaturgie à suspense (le candidat va-t-il échouer à ce niveau du jeu ?). 

 

Il y a quelques mois, Jean-Pierre Foucault a publié un livre de souvenirs chez Albin Michel, titré “Ce n’est pas mon dernier mot”, manière de boucler la boucle. En tout cas, la question “C’est votre dernier mot ?” est entrée dans la psyché collective, ce qui est le but de toute bonne story. 

 

Puissiez vous trouver un “c’est votre dernier mot ?” qui soit le commencement de votre success story !

 

(En réalité, la phrase “Is that your final answer ?” a été prononcée en 1999 par Regis Philbin, le présentateur de la version américaine et elle a eu tant de succès que les producteurs du jeu en ont cherché des équivalents locaux pour toutes les éditions de Qui veut gagner des millions ? Ce qui n’enlève rien à la force de persuasion de Jean-Pierre Foucault quand il l’énonce…)

The bookmarklet

Add this to your bookmarks or drag it to your bookmarks bar to quickly access shortening functions.

Shorten

This bookmarklet takes the page URL and title and opens a new tab, where you can fill out a CAPTCHA. If you have selected text before using the bookmarklet, that will be used as the keyword.

Support for bookmarklets on mobile varies. For example, they work on Chrome for Android but you have to add and sync them from your desktop.

">Twitter cet article. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser une réponse