Chaque détail de la story a son importance | le blog du storytelling le blog du storytelling

Chaque détail de la story a son importance

 

blog-storytelling-sebastien-durand-conseil-disney-paradeIl y a quelques années, les artistes de la division spectacles de Disneyland Resort Parisavaient mis au point une nouvelle parade. Elle avait pour thème les grands classiques de l’animation Disney. L’ordre chronologique était respecté : le char de Pinocchio (sorti en 1940) devançait celui de Dumbo (1941) et ainsi de suite jusqu’au Roi Lion (1994) qui fermait la marche. Cela permettait donc de raconter, de manière ludique, la story de Disney, faite de chefs d’oeuvres successifs.



1 / Un détail qui cloche et tout l’édifice vacille ?


Or, deux chars ne respectaient pas ce concept. Le Livre de la Jungle (sorti en 1967) devançait en effet celui de Mary Poppins (1964). Je pris donc mon téléphone pour avertir le directeur artistique de cette petite erreur qui gâchait un peu la story… Il prit la chose de haut et, avec mauvaise foi, prétendit que “c’est une décision artistique. Tu n’es pas habilité à la contester”.


Or, j’étais considéré comme le gardien du temple chez Disney et j’en fis donc une affaire personnelle. Puisque le téléphone n’avait pas suffi, je lui adressai un mémo factuel auquel il ne répondit pas. Je contactai alors le directeur des spectacles (son supérieur) pour lui signaler cette erreur et lui demander de bien vouloir remettre les deux chars dans le bon ordre. Il me répondit en prenant fait et cause pour son chorégraphe et déclarant l’incident clos. 


Mais quelques temps plus tard, le service des relations visiteurs me fit suivre plusieurs lettres nous indiquant qu’une erreur avait dû se produire dans la parade… Oui, j’étais peut-être “pinailleur” mais je peux vous assurer qu’il y a des fans Disney bien pires que moi ! Je m’estimai donc fondé à continuer mon “combat”. 


Je contactai le grand manitou des dates de sortie des films, l’archiviste en chef de Disney en Californie, Dave Smith, afin qu’il fasse pression avec moi. Tous les deux, nous prîmes contact avec le président de la division spectacles monde qui fit redescendre sa décision jusqu’à son collaborateur de Marne-la-Vallée : les chars du Livre de la Jungle et de Mary Poppins devaient être intervertis ! 



2 / La princesse au petit pois


Quelles leçons tirer de cette anecdote ? Sur un plan personnel d’abord, le directeur artistique ne m’a plus adressé la parole pendant plusieurs mois. C’est aussi à ce moment là que j’ai décidé que je partirais un jour d’une entreprise à la bureaucratie aussi pesante et où il fallait 6 mois (!) pour statuer sur un sujet aussi peu important. 


Sur le plan du Storytelling, j’en ai gagné la conviction qu’aucun détail n’est insignifiant et qu’on peut mettre à mal n’importe quelle story en n’étant pas cohérent jusqu’au bout. Il y aura toujours quelqu’un pour vous le faire remarquer. 


C’est comme dans le conte d’Andersen, La Princesse au petit pois. Il suffit d’un détail – petit pois caché sous un amoncellement de matelas et de couvertures – pour faire passer une mauvaise nuit à une jeune fille délicate ;-)


Soyez sympa, le jour où un Sébastien Durand en herbe viendra vous faire remarquer une petite erreur, ne lui sortez pas cette excuse bidon : “c’est une décision artistique” !

 

The bookmarklet

Add this to your bookmarks or drag it to your bookmarks bar to quickly access shortening functions.

Shorten

This bookmarklet takes the page URL and title and opens a new tab, where you can fill out a CAPTCHA. If you have selected text before using the bookmarklet, that will be used as the keyword.

Support for bookmarklets on mobile varies. For example, they work on Chrome for Android but you have to add and sync them from your desktop.

">Twitter cet article. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser une réponse