Répondez d’emblée aux 3 questions implicites | le blog du storytelling le blog du storytelling

Répondez d’emblée aux 3 questions implicites

 

Samedi dernier, un ami directeur des ressources humaines dans une entreprise de spectacle me faisait part des tensions dans son théâtre. Il avait été demandé un effort aux employés pour un événement spécial à fortes retombées médiatiques mais ayant lieu un jour de relâche. Les artistes et les techniciens s’opposaient à travailler ce jour-là au nom de leur droit normal au repos tandis que la direction arguait qu’il était nécessaire de faire cet effort, au nom de la survie de l’entreprise (je ne peux pas donner plus de détails ici). Des deux côtés de la table, les arguments apparaissaient donc comme légitimes et la tension n’avait pas permis de faire bouger la situation. Mais les vraies questions n’ont pas été abordées…

 

Selon Madelyn Blair que j’ai rencontrée à Copenhague récemment, dans n’importe quelle réunion (pas nécessairement en cas de conflit social comme c’est le cas pour la société de mon ami) les participants arrivent avec 3 questions en tête, jamais clairement énoncées. Mais si, en tant qu’organisateur, DRH, animateur etc., vous n’y répondez pas d’emblée, ils ne seront réceptifs à aucun de vos arguments raisonnés. Ces trois questions sont :

 

 

1/ Qu’est-ce que je fais ici ?

 

Les participants ne doivent nourrir aucun doute sur la nécessité – sur leur légitimité – à être autour de la table. 

 

Dans notre exemple, les représentants du personnel ne doivent pas se dire qu’ils sont convoqués pour les obliger à travailler pendant leur journée de congé mais “qu’est-ce-qui justifierait éventuellement de nous faire travailler ce jour-là ?”. 



2/ Puis-je faire confiance aux personnes autour de la table / à l’animateur de la réunion ?

 

C’est une question fondamentale. J’ai déjà traité de ce sujet dans un post récent (N’avancez pas masqués). L’honnêteté commande que l’organisateur joue cartes sur table et parle en toute honnêteté. Cela n’exclut bien sûr pas qu’il utilise une story – sa story – afin de désamorcer le cynisme de ses interlocuteurs.

 

En l’occurrence, j’ai conseillé à mon ami DRH de commencer par parler de sa passion réelle pour le spectacle afin d’établir d’emblée qu’ils sont tous sur le même navire et que leurs objectifs peuvent être communs. Ensuite que, sans se désolidariser de la direction de l’entreprise, il mette “de côté” cette solidarité pendant les négociations afin que les représentants du personnel puissent lui faire confiance.

 

 

3/ Quel intérêt ai-je à rester dans cette réunion ?

 

C’est important aussi que chacun sache ce qu’il a éventuellement à gagner à s’asseoir à la table des négociations. Si les participants ne voient aucun intérêt à leur présence, c’est bien simple, ils ne discuteront pas ! 

 

Dans notre exemple, en acceptant le dialogue – et donc implicitement qu’ils pourraient finalement travailler ce jour-là – les représentants du personnel sont en droit d’espérer des compensations : jours de repos compensatoires, primes voire heures sup. etc.

 

Attention, les phrases menaçantes du style “Si vous n’acceptez pas de jouer ce jour-là, nous serons sans doutes bientôt contraints de mettre la clé sous la porte” sont à proscrire. Elles ne font que renforcer les gens dans leurs convictions négatives. Positivez plutôt les expressions utilisées : “Pour que le spectacle continue sur la saison et qu’il y ait plus de spectateurs, il faut que tout le monde se mobilise et en particulier, accepte de travailler à la réussite de cet événement médiatique”. Le risque est implicite mais parfaitement compris et il n’y a plus de menace au chantage.

 

Ces 3 questions ne s’appliquent pas seulement en temps de crise. Sans être aussi tendue, n’importe quelle réunion met autour de la table des personnes aux intérêts souvent divergents. Il importe donc que l’animateur sache répondre subtilement à ces trois questions préalables à tout débat… 

 

Dans le cas de mon ami, dimanche, après en avoir parlé avec sa direction, il a pu répondre aux 3 questions implicites. Les comédiens et techniciens ont accepté de jouer exceptionnellement pendant leur jour de relâche. Cette journée sera récupérée par la suite…

The bookmarklet

Add this to your bookmarks or drag it to your bookmarks bar to quickly access shortening functions.

Shorten

This bookmarklet takes the page URL and title and opens a new tab, where you can fill out a CAPTCHA. If you have selected text before using the bookmarklet, that will be used as the keyword.

Support for bookmarklets on mobile varies. For example, they work on Chrome for Android but you have to add and sync them from your desktop.

">Twitter cet article. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser une réponse