Le modèle des parcs d’attractions danois : Tivoli, Legoland | le blog du storytelling le blog du storytelling

Le modèle des parcs d’attractions danois : Tivoli, Legoland

 

Pourquoi et comment un pays de 5,5 millions d’âmes a-t-il produit quelques-uns des plus grands storytellers qui soient (H.C. Andersen, Karen Blixen, les sagas Vikings) et est-il le seul en Europe à organiser des conférences sur le Storytelling ? Peut-être comme me le disait Anne-Charlotte Thorsted de LEGO, qui assistait avec moi au séminaire Story at Work, “parce que c’est dans nos gênes d’éduquer, de transmettre des messages, de façon divertissante”. La preuve avec une industrie dont les Danois sont les rois : les parcs à thèmes.

 

 

I – Tivoli, le monument préféré des Danois

 

Les Jardins de Tivoli sont une institution nationale : quel autre parc d’attractions pourrait se targuer de recevoir chaque année plus de 4 millions de visiteurs, soit près des 3/4 de la population totale (certes, il y a aussi quelques Suédois dans le lot)  ?


Tivoli n’est pourtant pas le plus vieux parc encore en activité. Celui qui lui vole la couronne s’appelle Bakken (de son nom complet Dyrehavsbakken) qui se trouve à quelques kilomètres de Copenhague. Il a été fondé en 1583 (il y a 425 ans !) et s’apparente un peu à notre Foire du Trône parisienne. Il est en tout cas célèbre pour ses daims blancs, élevés là à l’origine pour le plaisir des chasses royales.

 

Pour sa part, Tivoli a ouvert ses portes en 1843. Son fondateur a su trouver les mots pour convaincre le roi de le laisser bâtir un lieu de plaisirs à proximité de la capitale (aujourd’hui en son extrême centre). Il s’agissait alors de concurrencer les parcs d’attractions qu’il avait vu en France ou en Angleterre et de rendre hommage aux jardins à l’italienne de la villa d’Este à … Tivoli. 

 

Tivoli est la meilleurs incarnation de l’âme danoise, à tel point qu’en 1943, bravant les interdictions de l’occupant, plus de 100.000 personnes virent fêter son centième anniversaire. L’année suivante, en abandonnant Copenhague lors de leur retraite, les nazis y mirent le feu. Mais 15 jours plus tard, les habitants de la ville avaient déjà installé de tentes et le parc rouvrait, en attendant la  reconstruction des pavillons.

 

Alors qu’il réfléchissait à son futur Disneyland en Caifornie au début des années 50, Walt Disney rendit visite au parc danois pour tenter d’en comprendre le succès. Il fut rassuré de constater que, loin des fêtes foraines bruyantes, sales et mal fréquentées qu’il avait vu jusqu’à présent, la réussite de Tivoli reposait en grande partie sur le Storytelling. Le parc raconte en effet une histoire, avec ses “lands”, son épaisse végétation si rare en centre-ville, son architecture exotique et un brin kitsch, ses restaurants à thème. Mais surtout, c’est la population qui le visite qui lui donne son cachet. On y vient en famille (il y a peu d’attractions à sensations, l’accent est mis sur les expériences collectives) exalter la mythologie viking, revivre les contes d’Andersen et découvrir Copenhague du haut d’une impressionnante tour… 165 ans après son ouverture, Tivoli reste ce qu’il est depuis le début, un concentré du Danemark… 

 

 

II – Legoland, musée vivant à la gloire des petites briques 

 

Un autre concentré de ce pays est constitué par Legoland, à Billund (220 km de Copenhague) un parc d’attractions dont le coeur est un monde entièrement bâti en briques LEGO.

 

D’après la société Lego, chaque être humain sur cette planète possède 52 briques colorées de la célèbre marque et il s’en vend 7 boîtes à chaque seconde ! Autant dire qu’il s’agit là d’une vraie marque passion avec laquelle nous avons tous grandi (elle existe depuis 1916). Et nulle part cette passion ne s’exprime mieux que dans son pays d’origine, Leg godt voulant dire en danois, “ça marche”. 

 

Le parc a ouvert en 1968 (il en existe aujourd’hui d’autres versions en Angleterre, en Allemagne et aux Etats-Unis) et il a accueilli l’an dernier 1,6 million de visiteurs. Cette année marque son 40e anniversaire. 

 

A l’origine, le PDG et fils du fondateur de la marque avait prévu une simple “exposition” de ses modèles phares mais devant le succès, il développa vite quelque chose de plus substantiel. Ayant traversé des difficultés financières importantes dont il commence seulement à émerger (et qui mériteraient un un bonnet d’âne dans un autre article), Lego a vendu la majorité des actions de ses parcs à Merlin Entertainments, propriétaire entre autres des célèbres musées Madame Tussauds, ancêtres du Grévin.

 

Au centre du parc, on trouve Miniland, un parc d’attractions miniature à l’intérieur du parc d’attractions. Là, tous les monuments, des pyramides d’Egypte au Mont Rushmore, sont bâtis en briques LEGO, 58 millions en tout ! 

 

Mais pour les Danois, la partie qu’ils préfèrent est la “leur”, celle qui reconstitue l’aéroport de Billund et la célèbre jetée de Nyhavn dans le port de Copenhague. A la nuit tombée, la rue s’illumine, comme la vraie. 

 

Désormais, on peut même prolonger l’expérience LEGO en passant la nuit dans un hôtel dont les 176 chambres ressemblent à des coffres à jouets surdimensionnés et où les meubles semblent eux mêmes faits dans le plastique des célèbres petites briques. 

 

On l’aura compris, dans ce pays où les habitants sont nombreux à mettre le drapeau à leur fenêtre à la moindre occasion, le Danemark utilise aussi ses parcs  pour raconter à chacun une story, sa story. Les Danois ont été les premiers à passer du concept de parcs d’attractions à celui de parcs à thèmes – c’est-à-dire à intégrer le Storytelling – et ils continuent de le faire avec plus de constance et de réussite que partout ailleurs.

The bookmarklet

Add this to your bookmarks or drag it to your bookmarks bar to quickly access shortening functions.

Shorten

This bookmarklet takes the page URL and title and opens a new tab, where you can fill out a CAPTCHA. If you have selected text before using the bookmarklet, that will be used as the keyword.

Support for bookmarklets on mobile varies. For example, they work on Chrome for Android but you have to add and sync them from your desktop.

">Twitter cet article. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Un commentaire sur “Le modèle des parcs d’attractions danois : Tivoli, Legoland”

  1. Modele dit :

    ‘h.c. andersen, karen blixen, les sagas vikings’,n euhhh !?

Laisser une réponse