Raymond Domenech ou l’art de botter en touche | le blog du storytelling le blog du storytelling

Raymond Domenech ou l’art de botter en touche

 

Ce n’est pas à cause de son apparemment calamiteuse gestion de l’équipe de France de football – je ne m’intéresse pas à ce sport, avouons-le tout de suite – que je décerne un bonnet d’âne au sélectionneur mais en raison de sa très maladroite tentative de diversion, inspirée des pires techniques du Storytelling. Comme l’a si joliment si résumé le titre d’une dépêche d’Associated Press (citée dans La Tribune), « Raymond Domenech soigne ses bleus à l’âme par une demande en mariage« . 


Généralement adepte d’une communication minimaliste qui fait la joie des Guignols, soucieux d’empêcher ses footballeurs de s’exprimer – ce qui n’est peut-être pas toujours un tort – il est incomparablement plus disert quand il s’agit de sa propre vie privée. Ainsi, interrogé hier soir à l’issue du match sur qu’il pense de cette défaite, commence-t-il par des propos pure langue de bois : « J’ai de la fierté. Ils se sont accrochés. Ils ont montré de l’énergie. Pour moi, cette équipe a de l’avenir« . Jusque là, on comprend l’histoire qu’il nous raconte. Il se comporte comme ces leaders politiques qui ont un discours de victoire quand ils ont perdu une élection (par exemple Ségolène Royal au soir du 6 mai 2007). Mais quand le journaliste évoque son avenir, sa possible démission – légitime, non ? – il change complètement d’histoire : « Je n’ai qu’un seul projet, c’est d’épouser Estelle, c’est aujourd’hui que je lui demande. Je sais que c’est difficile, mais c’est dans ces moments-là qu’on a besoin de tout le monde et moi j’ai besoin d’elle« . Passons sur le côté macho du « mec qui en a » et qui considère que le rôle de sa petite femme et de s’occuper de lui les soirs de blues. Charles Villeneuve – l’ancien directeur de l’information de TF1 récemment passé au PSG –  a effectivement bien expliqué que le foot n’est pas un sport de gonzesses.


Passons aussi sur le fait qu’Estelle Denis, la compagne du sélectionneur et la mère de ses deux enfants, animait jusqu’à il y a peu 100% Foot, une émission où elle avait amplement l’occasion de commenter l’action de… Raymond Domenech. Cette proximité a alimenté de nombreuses rumeurs sur l’influence qu’elle aurait dans les choix du sélectionneur et dans certaines de ses détestations « inexplicables ». Sans lui faire un procès d’intention qu’elle ne mérite pas, on peut noter qu’un tel mélange des genres ne permet effectivement pas une grande crédibilité. Estelle Denis avait quitté le plateau pour présenter un magazine d’info sur la vie des stars et autres sujets très M6, 100% Mag. Mais depuis le début de l’Euro, elle a repris les commandes de son ancienne émission, rebaptisée pour l’occasion 100% Euro. Après le match d’hier soir, elle a d’ailleurs enchaîné sans réagir aux propos de son compagnon. Comme le dit ce matin dans 20 Minutes le commentateur et grand spécialiste des dérapages Thierry Roland, « Estelle n’aime pas du tout exposer sa vie privée » ! Qu’elle se rassure, Raymond Domenech le fait pour elle.


En tout cas, les propos du sélectionneur ont été largement repris et commentés. Comme l’écrit l’AFP, « Domenech demande Estelle Denis en mariage plutôt que de répondre sur son avenir« . Ce matin, il a pourtant dû y revenir et se justifier. « Pardonnez moi. J’ai eu un brin d’humanité au moment où j’aurais dû rester froid et professionnel » a-t-il dit avec une ironie qui démentait ses propos. « Derrière la carapace de sélectionneur, j’ai eu envie de dire aux gens que j’aime que je les aime (sic). J’ai toujours cette réaction dans les moments difficiles. Je m’appuie sur les gens. Je ne l’ai pas réfléchi, je ne me suis pas posé la question, c’est sorti comme ça (…) C’était un moment spontané, de sincérité, d’émotion totale et une erreur de communication, comme une impulsion« . 


Selon L’Equipe, il affirme d’ailleurs que ses joueurs ont eu les mêmes réactions que lui, mais hors caméra. « Dans la peine, ils ont tous cherché quelque chose, appelé femmes et enfants. Mon fils m’a envoyé un texto pour me dire qu’il m’aimait. J’ai vu des joueurs en larmes, d’autres qui ont jeté leurs chaussures. A ce moment-là, c’était une bulle d’émotion« . Avant de conclure : « Fermons la parenthèse, n’en parlons plus« . 


Ainsi donc, tout cela ne serait qu' »erreur de communication » et « bulle d’émotion » ? C’est bien sûr un peu court. Raymond Domenech, dont Le Monde révélait hier qu’il avait tenu à doter les Bleus d’un DRH (!) qui n’est autre que le secrétaire général du comité exécutif de Médéric (la société de protection sociale dirigée par Guillaume… Sarkozy) a peut-être emprunté plus que son frère à notre omniprésident. Il semblerait en effet que le sélectionneur s’inspire d’un autre gimmick présidentiel : créer de la diversion chaque fois qu’on est dans une situation difficile. C’est une technique qui peut marcher mais qui exige une certaine subtilité ou un gros culot (dont Raymond Domenech ne manque pas) doublé de beaucoup de talent. 


Rappelez-vous, c’était il y a seulement quelques mois même si ça nous semble déjà loin. Dans un contexte difficile pour lui, voilà que Nicolas Sarkozy faisait une petite virée à Disneyland Paris et qu’apparaissait soudain sur notre radar Carla Bruni. De quoi alimenter l’actualité pendant plusieurs jours d’affilée (et peut-être même ne plus la quitter depuis). D’ailleurs, même Eric Zémour – qui n’est pourtant pas un dangereux gauchiste ! – parodiait ce matin dans sa chronique du Figaro la formule du président, faisant dire à Domenech : « Estelle et moi, c’est du sérieux« . 


Autrement dit, personne ne croit à la spontanéité du sélectionneur. Ce matin, Libé a fait le tour des rédactions pour constater que la demande en mariage faisait effectivement presque autant couler d’encre que la nouvelle de la défaite. Mais pour en souligner le ridicule ! 


En matière de communication, si vous ne maîtrisez plus l’histoire que vous racontez, soyez très prudent quand vous tentez une diversion (à moins de vous appeler Nicolas Sarkozy pour qui ça a longtemps été « plus c’est gros, mieux ça passe« ). Il faut que la nouvelle « story » présente un minimum de cohérence avec la précédente pour que ça fonctionne. Comment Raymond Domenech aurait-il dû (ré)agir ? A défaut de présenter sa démission – ce qui serait la conséquence légitime de son échec –  il pouvait au moins mieux se comporter. Je lui aurais conseillé de s’exprimer ainsi : « Il y a un temps pour tout, pour l’examen des responsabilités et pour en tirer les conséquences » (ça ne mange pas de pain et ça permet de gagner du temps) « Mais dans l’immédiat, ma mission est d’être aux cotés des joueurs et de les aider à reprendre courage« . La dignité dans la défaite donne une forme de gloire.


Je laisse le mot de la fin à un article de Plurielles, le site féminin de TF1 : « Nous n’avons plus qu’à attendre les photos de la noce où tout le gratin du football devrait être présent ou presque « . Allez, tous mes voeux de bonheur, Monsieur et Madame Domenech !

The bookmarklet

Add this to your bookmarks or drag it to your bookmarks bar to quickly access shortening functions.

Shorten

This bookmarklet takes the page URL and title and opens a new tab, where you can fill out a CAPTCHA. If you have selected text before using the bookmarklet, that will be used as the keyword.

Support for bookmarklets on mobile varies. For example, they work on Chrome for Android but you have to add and sync them from your desktop.

">Twitter cet article. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser une réponse